Sans pitié, Jo-Wilfried Tsonga donne le deuxième point à la France

Sans pitié, Jo-Wilfried Tsonga donne le deuxième point à la France

Publié le , modifié le

Dans la lignée de la belle victoire de Richard Gasquet sur Tomas Berdych, Jo-Wilfried Tsonga n'a fait qu'une bouchée de Lukas Rosol 6-2, 6-2, 6-3. En 1h30 de jeu, le Manceau a apporté le deuxième point à l'équipe de France face aux Tchèques. Le capitaine, Arnaud Clément, a l'embarras du choix pour composer sa paire en double, samedi, pour affronter l'un des meilleurs duos du monde, Tomas Berdych-Radek Stepanek. Les Bleus ne sont qu'à une victoire de la finale de la Coupe Davis.

Ce n'était pas l'heure des poètes. Entre Lukas Rosol et Jo-Wilfried Tsonga, la grosse artillerie était de sortie. Le Français avait entamé le match avec un ace à 189km/h, et il avait donné le ton. Il a donc fallu attendre le 12e point du match pour que le relanceur gagne enfin un point sur le service adverse. Après cette entame rapide, le match s'équilibrait un peu. Le 12e mondial se procurait la première balle de break, à (2-1), mais la laissait passer sur un service gagnant adverse. Au jeu suivant, il devait sauver trois balles de break consécutives, ce qu'il faisait avec une grosse attaque de coup droit et deux bons services. Cette petite alerte donnait des ailes au leader de l'équipe de France. A (3-2) pour lui, il menait (15-40) sur l'engagement de Rosol, qui sortait son passing de coup droit. Le break était fait, et le Tchèque n'inscrivait plus que trois points dans les trois jeux suivants. Après 28 minutes de jeu, Tsonga menait donc 6-2, 1-0. Le rouleau compresseur était lancé, et le 27e mondial ne pouvait pas l'empêcher d'avancer.

De plus en plus imprécis sur ses frappes, de moins en moins mobile, Lukas Rosol perdait de nouveau son service lors du sixième jeu du deuxième set (4-2). Certes, il parvenait encore à faire mal au Français, au service comme avec quelques coups droits, mais le déchet dans son jeu s'élevait de plus en plus. Et l'écart avec son adversaire se creusait inexorablement. Après 56 minutes de match, et sur un nouveau coup droit décroisé dans le couloir, Lukas Rosol abandonnait la deuxième manche (6-2).

Dans le troisième et dernier set, la différence se faisait encore plus tôt, permettant à Jo-Wilfried Tsonga de mener (4-1). Sans forcer son talent, le Manceau pliait l'affaire en 1h30 de jeu, sur un dernier coup droit gagnant. Le sourire du Français était large, autant que sa victoire. Le contrat est rempli pour cette journée du vendredi, achevée avant même les 15h. Et la composition d'équipe réalisée par Arnaud Clément a fait merveille.

Vidéo: La balle de match

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze