Michael LLodra et Julien Benneteau au filet
Michael Llodra et Julien Benneteau au filet | SAMUEL KUBANI / AFP

Llodra-Benneteau, double pression

Publié le , modifié le

Après la défaite de Gilles Simon et sa blessure au dos, en plus de la blessure de Richard Gasquet, l'équipe de France de double est placée dans l'obligation de s'imposer sur la terre argentine, à partir de 17h30, en quarts de finale de Coupe Davis. Moins performants sur terre-battue, Michael Llodra et Julien Benneteau font face à la paire Nalbandian-Zeballos, invaincue ensemble dans cette épreuve et surtout à même de mettre le feu aux tribunes de Buenos Aires.

ARGENTINE - FRANCE EN DIRECT SUR FRANCE 4 ET FRANCETVSPORT.FR A 17H30

Ancien talentueux 3e joueur mondial, David Nalbandian a fixé la Coupe Davis comme son ultime Everest à gravir. Horacio Zeballos est devenu, en février dernier, le troisième joueur de l'Histoire à vaincre Rafael Nadal en finale d'un tournoi sur terre-battue (à Vina del Mar) après Federer et Djokovic. Et ces deux hommes forment la paire argentine qui peut mettre à mal les espoirs tricolores cette saison.

Ensemble, ils n'ont été alignés que deux fois, pour deux succès, le duo habituel étant Nalbandian-Schwank, mais ce dernier revient d'une opération au poignet. Mais la paire appelée par Martin Jaite est complémentaire. Sur un demi-terrain, Nalbandian n'est pas handicapé par sa condition physique précaire, et sa main, sa 'vista' et surtout sa capacité à prendre la balle très tôt en font un joueur extrêmement dangereux, notamment en retour et en passing-shot. A ses côtés, le gaucher Zeballos est un pur terrien, avec ce léger goût offensif en plus. Avec eux, les Français savent qu'ils vont être soumis à un véritable tir de barrage en retour, à une pluie de passing-shots ciselés, bref, à une pression énorme. En héros de la nation depuis  13 années qu'il est sur le circuit professionnel, Nalbandian sait emmener dans son sillage un public qui n'attend que ça. Dans la ville du Stade Monumental, celui de River Plate, la passion est à fleur de peau.

Llodra-Benneteau moins bien servis par la terre

C'est donc ce cocktail explosif que Michael Llodra et Julien Benneteau vont devoir gérer, amadouer, maîtriser. Complices dans la vie comme sur le terrain, ils ont l'expérience pour y parvenir. Le problème, c'est qu'ils sont bien plus à l'aise sur surface rapide que sur terre-battue. Le service du Parisien n'y trouve pas son plein rendement, les retours du natif de Bourg-en-Bresse y sont moins définitifs. Même si en simple, Roland-Garros leur a permis de réaliser leur meilleur parcours en Grand Chelem (1/4 de finale en 2006 pour Benneteau , 8e de finale en 2008 pour Llodra). Surtout, leur jeu offensif, et notamment les volées, reviennent toujours plus souvent, les condamnant à la patience. En double, en Coupe Davis, les deux défaites de "Bennet" (sur six rencontres) ont été enregistrées sur terre-battue (Autriche, USA) avec pour complément "Mika". Leurs quatre victoires ensemble ont été obtenues sur dur. Mais ça, ce sont des chiffres. Le terrain, c'est autre chose. Les deux hommes adorent les ambiances survoltées, le public en liesse, la pression d'un résultat. Ils seront servis. 

Comme souvent, le point de double fera pencher la balance dans un sens ou dans l'autre. Avec les tiraillements du dos de Gilles Simon, la cheville grinçante de Richard Gasquet, les Français seraient bien avisés de décrocher la victoire, histoire laisser un droit à l'erreur aux joueurs de simple dimanche, à commencer par Jo-Wilfried Tsonga, qui débutera face à Juan Monaco, assez impressionnant hier lors de son premier simple. Si le deuxième simple venait à être décisif, Arnaud Clément ne sortirait-il pas de sa manche le joker Gasquet, avec deux jours de "repos" de plus pour oublier sa cheville ?

Julien Benneteau et Michael Llodra évoquent le double contre Nalbandian-Zeballos