Virginie Razzano Wimbledon 2011
La Française Virginie Razzano | AFP - Ben Stansall

Les Françaises virent en tête

Publié le , modifié le

La France mène 2-0 devant la Slovénie dans son match de barrage du groupe mondial II de la Fed Cup, samedi à Besançon. Virginie Razzano a pris le premier point en battant Petra Rampre en trois sets 2-6, 6-4, 6-4. Pauline Parmentier a doublé la mise dans le 2e simple face à Nastja Kolar, 273e mondiale, en l'emportant facilement 6-2, 6-3. La France est bien partie pour se maintenir dans sa division.

Razzano aux forceps

Virginie Razzano a permis à la France de  mener 1 à 0 dans son barrage du groupe mondial II de la Fed Cup face à la  Slovénie en battant Petra Rampre en trois sets 2-6, 6-4, 6-4 samedi à Besançon. Pauline Parmentier aura l'occasion de doubler la mise  dans le 2e simple de la journée face à Nastja Kolar, 273e mondiale, dans cette rencontre où les Françaises cherchent à se maintenir en deuxième division. 

Razzano s'est imposée au courage, malgré une entame de match catastrophique  et des crampes à la cuisse sur la fin, face à la 153e mondiale qui a remplacé  au pied levé la N.1 slovène Polona Hercog, blessée à l'épaule. La Nîmoise, en manque de rythme après cinq semaines dans jouer, a d'abord  profité de la fébrilité de son adversaire lorsque celle-ci menait 6-2, 3-1 pour  renverser la situation et arracher un troisième set. L'ancienne N.16 mondiale, redescendue au 99e rang aujourd'hui, a ensuite  été héroïque en fin de match où elle a été fauchée d'une crampe à la cuisse  droite au moment de servir sur le match à 5-3, 40-40. Après avoir volontairement laissé ce jeu à son adversaire, histoire de  pouvoir se faire masser au changement de côté, elle a su trouver les ressources  pour conclure, à bout de forces, au jeu suivant.

Parmentier fait le break 

C'était sans doute le match le plus difficile pour les Françaises du fait des conditions particulières de cette rencontre. Car depuis le forfait de dernière minute de Hercog, elles se trouvaient dans une position de favorites qu'elles ne maîtrisent pas toujours très bien. Mais la leçon de courage de Razzano a sans doute remotivé une équipe de France qui se cherche évidemment, dans cette rencontre censée stopper sa chute libre qui l'a entraînée en deuxième division pour la première fois de son histoire l'an dernier.

Parmentier n'avait donc plus qu'a faire le break. Face à la jeune Nastia Kolar (17 ans); ce ne fut presque qu'une formalité pour la Française qui l'a emporté en moins d'une heure quinze. Elle devrait revenir demain pour le premier des deux derniers simpses avec de la confiance. Elle en aura bien besoin pour finir le travail et assurer le maintien. Première étape de la reconstruction de l'équipe tricolore de Fed Cup.

francetv sport @francetvsport