La joie de l'équipe de France
L'équipe de France unie dans la joie sur la terre-battue | AFP - PATRICK KOVARIK

Les Français sur terre pour recevoir Federer et Wawrinka ?

Publié le , modifié le

Après avoir officialisé le lieu (le stade Pierre-Mauroy de Lille) la semaine dernière, la Fédération française de tennis a dévoilé la surface sur laquelle sera disputée la finale de la Coupe Davis, face à la Suisse. Pour recevoir Roger Federer et Stan Wawrinka, les joueurs et Arnaud Clément ont décidé de choisir la terre-battue. Une décision logique face aux forces helvètes sur surfaces rapides indoors.

La terre-battue de Roland-Garros a particulièrement souri aux Français contre les doubles tenants du titre tchèques en demi-finale. Pour la finale, ils vont tenter un bis repetitae, mais pas à Paris mais à Lille, sous le toit fermé du stade Pierre-Mauroy où évolue le LOSC en football. Fin novembre, la Suisse de Roger Federer et Stan Wawrinka vont donc mettre le pied sur une terre-battue bien éloignée des surfaces rapides de cette fin de saison, et notamment de celles où se disputent le BNP Paribas Masters de Bercy puis le Masters de Londres dans les trois semaines précédant la finale. 

Ce choix est plutôt logique, sachant que les deux Suisses seront de la partie dans le tournoi des Maitres de Londres, la semaine précédant la finale de la Coupe Davis, alors que du côté français, seul Jo-Wilfried Tsonga semble en mesure d'y aller en simple, Julien Benneteau pouvant également en être en double en compagnie d'Edouard Roger-Vasselin (et aussi Michael Llodra associé à Nicolas Mahut). Les Français misent donc sur un coup similaire à la demi-finale, où Tomas Berdych, le N.1, manquait clairement de jeu sur la terre après être arrivé tardivement du fait de son quart de finale à l'US Open. La France avait pu se permettre de mettre de côté le vendredi Gaël Monfils, sorti au même stade à New York. 

Une surface plus rapide qu'en extérieur 

En outre, la terre-battue est de loin la "moins bonne" surface pour Roger Federer et Stan Wawrinka. Tout est bien sûr relatif pour l'ancien N.1 mondial, vainqueur de 10 titres sur cette surface sur ses 80 sacres en tournois, et pour son coéquipier, vainqueur à Monte-Carlo cette saison. Reste que les conditions en intérieur changent considérablement la donne. Sous un toit, Federer demeure une référence sur le circuit, son service s'exprimant pleinement et son coup droit, parfois versatile lorsque le vent s'invite, garde toute sa précision. Et le rebond sera loin d'être le même qu'à Roland-Garros. A l'intérieur, la terre-battue est forcément plus rapide qu'en extérieur. Les Français avaient déjà utilisé cette surface, avec bonheur, lors du 1er tour contre l'Australie, face à Nick Kyrgios et Lleyton Hewitt. 

Mais de toute façon, Jo-Wilfried Tsonga, le N.1 français, avait clamé avec autorité, après la victoire contre les Tchèques: "La surface n'a aucune importance. Ce qui comptera, c'est l'envie."