Alizé Cornet - Fed Cup 2011
Alizé Cornet a donné le premier point à la France face à la Russie | AFP - YURI KADOBNOV

Les Bleues se jouent des montagnes russes

Publié le , modifié le

Après la victoire d'Alizé Cornet sur Svetlana Kuznetsova 3-6 6-3 6-4, c'était au tour de Virginie Razzano de créer la surprise face à Maria Sharapova (6-3, 6-4). Ce premier tour de Fed Cup qui s'annonçait redoutable pour les Françaises ne commencent finalement pas si mal, la France menant 2-0. Mais rien n'est joué, d'autant que les matches se déroulent au Stade Olympique de Moscou, devant un public entièrement acquis à la cause des Russes, théoriquement plus fortes.

Tout est désormais permis pour les filles de Nicolas Escudé et c'est la Niçoise qui a mis les Bleues sur les bons rails. La performance de Cornet n'est toutefois pas une grande surprise, l'ancienne N.11 mondiale ayant déjà démontré à l'Open d'Australie sa grande forme, après avoir atteint le 3e tour. Surtout, Cornet avait déjà battu Kuznetsova dans leur seul affrontement, au tournoi de Rome en 2008. Et même menée un set à rien et 2-0 dans le deuxième face à la triple vainqueur de la compétition (2004, 2007 et2008), Cornet n'a rien lâché. Pourtant, l'ex-N.2 mondiale, a bien failli remporter cet affrontement sur blessure de la Française. Cornet s'est en effet mal réceptionné lors d'un échange en début de troisième manche, et l'on a craint le pire lorsque la joueuse a versé quelques larmes. Mais après quelques soins, la Niçoise est repartie au front, et fait douter la Russe. Après s'être détachée à 5-3, elle remportait finalement cette rencontre.

Avec un poids en moins sur ses épaules, c'était alors au tour de Virginie Razzano, 83e mondiale, de batailler. Là encore, sa mission s'annonçait tout aussi périlleuse, face à Maria Sharapova, 13e mondiale. Les deux joueuses s'étaient rencontrés il y a 15 jours à Melbourne, et il s'en était fallu de peu pour que Razzano ne s'impose. Cette fois, peut-être victime de la pression, Sharapova connaissait toutes les peines du monde à mettre son jeu en place, commettant de multiples fautes directes et ne pouvant compter sur un service digne de son rang d'ex-N.1 mondiale. La Nîmoise restait concentrée malgré les coups de sang de son adversaire et s'imposait pour donner le deuxième point à l'équipe de France. A y regarder les statistiques, la suite des événements s'annonce plutôt bien pour les Françaises, la Russie n'ayant jamais remonté un écart de 2-0 en Fed Cup... Mais il reste encore deux autres simples et un double dimanche.

Romain Bonte