serbie coupe davis joie djokovic 2010
Les Serbes affûtés | AFP-ISAKOVIC

Le capitaine serbe s'y voit déjà

Publié le , modifié le

En temps normal, on a plutôt tendance à rejeter la pression sur l'adversaire. Pour la finale de la Coupe Davis opposant son équipe à la France, le capitaine de la Serbie Zoran Milosavljevic ne se démonte pas en affirmant que ses joueurs sont "favoris en raison de la qualité individuelle de (ses) joueurs". La Serbie tentera de soulever son premier saladier d'argent dans la Belgrade Arena du 3 au 5 décembre, tandis que la France cherchera à remporter un 10e trophée.

Milosavljevic sait qu'il pourra compter non seulement sur Novak Djokovic, mais aussi sur Janko Tipsarevic, ou encore Viktor Troicki, en grande forme ces derniers temps. "Troicki a connu une série fantastique, couronnée par un titre à Moscou tandis que Tipsarevic, s'il est moins régulier sur le circuit ATP, est un remarquable joueur de Coupe Davis", souligne le capitaine. "Nous pouvons compter sur un esprit d'équipe formidable. Les deux joueurs rêvent d'en découdre (avec les Français) mais ce qui compte le plus, c'est que, quel que soit le choix final, il n'y aura aucune bataille d'égos", explique le capitaine. "Ce sont deux garçons super qui se soutiendront mutuellement. Troicki est notre numéro deux mais Tipsarevic a été le héros de notre victoire 3-2 en demi-finale contre la République tchèque", ajoute Bogdan Obradovic.

Par ailleurs, Milosavljevic a voulu profiter de l'occasion pour rappeler que le tennis serbe manquait de moyens. "La France bénéficie des meilleures installations qu'on puisse imaginer et d'un imposant budget pour des évènements tels que Roland-Garros et d'autres tournois, alors que nous disposons tout au plus d'une dizaine de courts en salle", a-t-il expliqué à Reuters. Selon lui, les pouvoirs publics serbes doivent investir davantage dans le tennis. "Pour exploiter à long terme ce potentiel, il nous faut un soutien systématique du gouvernement. Cela passe par des incitations (publiques) en direction des sponsors et des entreprises pour qu'ils investissent dans le tennis", dit-il. "Il y a beaucoup de gamins talentueux en Serbie et je pense que nous avons gagné le droit pour les générations à venir de s'entraîner dans de meilleures conditions", juge le capitaine. "Je pense que ça viendra et je suis sûr que les autorités prendront conscience de la nécessité de fournir des moyens supplémentaires à ce qui est l'un des meilleurs produits du pays".