Pierre Mauroy, Lille, tennis
Le stade Pierre Mauroy | DPPI - JULIEN CROSNIER

La demi-finale France-Serbie à Lille au stade Pierre Mauroy

Publié le , modifié le

La demi-finale de Coupe Davis entre la France et la Serbie se tiendra au stade Pierre Mauroy de Lille du 15 au 17 septembre prochain. La métropole nordiste a été préférée au Stade Vélodrome.

Fin du suspense pour la demi-finale de la Coupe Davis. La Fédération française de tennis avait donné rendez-vous le 2 mai pour son choix du lieu de la rencontre entre la France et la Serbie. Deux possibilités s'offraient à la FFT et à son président Bernard Giudicelli : le stade Pierre Mauroy de Lille et le Stade Vélodrome à Marseille. C'est finalement l'enceinte lilloise qui a été choisie. C'est la deuxième fois que le stade va accueillir une rencontre de Coupe Davis après la finale entre les Bleus d'Arnaud Clément, à l'époque, et la Suisse en 2014. Les Français avaient perdu la finale. La demie contre la Serbie de Novak Djokovic sera disputée en plein air et sur terre battue, avec la possibilité, en cas d'intempéries, de fermer le toit du stade, d'une capacité de 18.000 places en configuration tennis.

Souvenir douloureux

"On garde un souvenir douloureux mais quelle belle fête c'était. Nous avions envoyé un beau message en battant le record d'affluence (27.432 spectateurs)", s'est félicité Bernard Giudicelli. Pour cette rencontre disputée sur terre battue et en plein air, la candidature de la métropole lilloise était au coude-à-coude avec celle de Marseille mais l'incertitude pesant sur la disponibilité du stade Vélodrome, qui proposait 19.000 places en configuration tennis, à cette époque de l'année a fait pencher la balance du côté des Hauts de France. Si l'OM se qualifie pour la Ligue Europa, "il y a un risque qu'il y ait une rencontre de football à cette période", a souligné Bernard Giudicelli. Et la Fédération internationale "aurait refusé de valider une épreuve avec ce risque", selon le président de la FFT. "Cela a été pour nous un véritable dilemme parce qu'il y avait une volonté de tenter ce formidable pari de jouer à l'Orange Vélodrome", a-t-il précisé.

Le stade Pierre-Mauroy a l'avantage de bénéficier d'un toit "pour pallier à toute mauvaise condition météorologique", a souligné Bernard Giudicelli. "Après avoir accueilli l'Eurobasket 2015, l'Euro 2016 de football, le Championnat du monde de handball (en janvier 2017), et de nombreux concerts de stars internationales, la métropole européenne de Lille a une nouvelle fois saisi l'opportunité de promouvoir son territoire, ses richesses et ses valeurs au-delà de ses frontières", s'est félicité la MEL dans un communiqué. Trois autres villes étaient sur les rangs pour accueillir les Bleus et la Serbie de Novak Djokovic: Nantes, Montpellier et le Touquet.

Travaux à Roland-Garros

Les sites de Nantes (Hall XXL, 11.000 places) et Montpellier (Arena, 10.700 places) offraient des conditions en indoor, alors que la FFT voulait privilégier des conditions en plein air, et ont donc été écartés. Le centre tennistique Pierre-de-Coubertin du Touquet dispose d'un court en extérieur doté de 1.000 places dans sa configuration normale. Des tribunes amovibles de 8.000 places au total, la capacité minimum requise pour accueillir une telle rencontre, auraient pu être ajoutées.

Mais la FFT a jugé le "challenge trop grand" pour le Touquet, selon son président Bernard Giudicelli. Les villes non retenues pourront toutefois s'appuyer sur l'antériorité de leur candidature pour accueillir une rencontre de Coupe Davis ou de Fed Cup à l'avenir, a fait valoir le président de la FFT. Roland-Garros, qui avait accueilli les Bleus en 2014 lors de la demi-finale remportée face aux Tchèques, n'était pas disponible en raison des travaux de modernisation effectués sur le site.