Monfils Gaël terre battue COUPE DAVIS 07072011
Gaël Monfils | THOMAS KIENZLE / AFP

Gasquet et Monfils au rendez-vous

Publié le , modifié le

Sur la terre battue de Stuttgart, Richard Gasquet est d'abord revenu du diable vauvert pour se débarrasser de l'Allemand Florian Mayer (4-6, 4-6, 7-5, 6-3, 6-3) et plus de trois heures trente de jeu. Et l'équipe de France mène 2 victoires à 0 dans ce quart de finale de Coupe Davis, après celle obtenue par Gaël Monfils sur Philipp Kohlschreiber 7-6 (3), 7-6 (5), 6-4. Sans Nadal et sur une surface ultra-rapide, l'Espagne réalise l'exploit en menant (2-0) aux USA.

On n'a jamais retrouvé sur la terre ocre de Stuttgart le Richard  rayonnant et décomplexé de ces derniers mois. Mais plutôt le Gasquet peu sûr de  lui et attentiste de 2008 et 2009. Pour son premier match de Coupe Davis en simple depuis 2008, et l'épisode  peu reluisant de Winstom Salem, le Languedocien est apparu très tendu, hésitant à  lâcher ses coups et loin de son meilleur niveau.

Aidé par une nette baisse de régime de l'Allemand, le Français s'est finalement imposé à l'issue d'un combat physique mais tronqué sur la fin quand Mayer s'est ressenti d'une élongation à la cuisse.Gasquet s'est pourtant retrouvé à quelques points de la défaites lorsque le numéro 1 allemand a servi pour le match à 5-4 au troisième set. Le scenario des trois premiers sets s'est avéré identique à peu de choses près. Richard Gasquet a d'abord pris les devants avant de se faire débreaker.

Mais si Mayer a ensuite repris l'engagement du Français dans les trois manches, il n'a conclu que les deux premières, laissant le numéro 11 mondial lâcher ses meilleurs coups en fin de troisième acte, au moment où peu de monde croyait encore en lui. Ensuite, le Français a récité ses gammes en profitant du fait que son adversaire était diminué et incapable d'aller chercher toutes les balles. Un succès au forceps donc pour Richard Gasquet qui a idéalement placé Gaël Monfils dans le deuxième simple du jour.

Monfils sans stress

Et contrairement à Gasquet, Monfils ne s'est pas trop posé de questions. Face à Kohlschreiber, le Parisien a pourtant mal débuté en concédant un break très tôt (3-1). Egalisant aussitôt, Monfils a finalement remporté cette première manche après un tie-break qu'il a pris par le bon bout. Kohlschreiber, N.42 au classement ATP, et qui l'avait battu quelques semaines plus tôt à Halle, a de nouveau pris le service du Français dans le  deuxième set (1-0). Mais Monfils  s'est remis aussitôt dans le sens de la marche en égalisant à 2-2.

"La Monf" a eu à sauver quatre balles de break à 4-4, avant de gâcher  quatre balles de set dans les deux jeux de service suivants de l'Allemand. Deux  aces, puis une attaque de coup droit pour finir, lui ont permis de remporter à  nouveau le jeu décisif. La troisième manche a été moins accrochée, le 7e joueur mondial prenant  pour une fois les devants en breakant à 3-2, avant de conclure devant un Kohlschreiber plus à la peine physiquement.

Samedi, le double composé de Michaël Llodra et Jo-Wilfried  Tsonga pourrait bien apporter le point décisif, face à la paire Philipp Petzschner/Christopher Kas. La France a perdu seulement deux rencontres de Coupe Davis après avoir mené  2 à 0: en 1946 face à la Yougoslavie, et en 1956 contre l'Italie. Mais les Français se rappelleront qu'ils menaient aussi 2-0 au 1er tour en  Autriche, avant d'être poussés dans une rencontre ardue en cinq matches, dont  ils étaient sortis vainqueurs grâce à la victoire décisive de Jérémy Chardy.

L'Espagne dynamite les Etats-Unis

Sans le N.1 mondiale Rafael Nadal, sur une surface "glacée" comme l'a décrit Jim Courier, le capitaine de l'équipe des Etats-Unis, l'Espagne est en passe de réaliser un petit exploit. Certes, les USA ne représentent plus l'armada impressionnante du temps de McEnroe, ou Agassi, mais tout de même. En choisissant une surface extrêmement rapide pour défier les "terriens" espagnols, les Américains pensaient leur avoir joué un mauvais tour. Il n'en est rien. Feliciano Lopez a sorti un énorme match pour battre Mardy Fish en cinq sets, 8-6 au 5e, alors que David Ferrer n'a fait qu'une bouchée d'Andy Roddick en trois sets, ce dernier perdant le premier set au jeu décisif. Une vraie claque pour l'ancien N.1 mondial, incapable d'affirmer sa supériorité avec son service sur ce terrain, ce qui prouve bien qu'il est sur une pente très descendante. "C'est très difficile de battre Andy en trois sets. Aujourd'hui encore, ce fut dur", a déclaré Ferrer après sa performance. Roddick, qui a terminé piteusement ce match en commettant deux double fautes sur les deux derniers points, était mortifié par cette défaite. "Si je perds à Wimbledon, cela n'engage que moi. Mais lorsque je laisse tomber mon équipe, cela me chagrine beaucoup plus", a confessé Roddick, l'enfant d'Austin où se déroule la rencontre. Dans de match, Roddick a mené 4-2 au premier set, puis 3-0 dans le deuxième, mais à chaque fois, Ferrer, réputé pour sa grande ténacité, est revenu. Les frères Bryan sont donc dans l'obligation de redonner de l'espoir à la bannière étoilée lors du double, sans quoi les Espagnols gagneront leur ticket pour les demi-finales, à domicile, contre probablement la France qui pourrait donc également plier l'affaire au troisième match.  

Déclarations

Richard Gasquet:  "C'est étonnant car je joue bien en début de match, mais je perds ce set. Mais il ne faut pas oublier qu'il est difficile à jouer. Il a un super revers, il m'a causé beaucoup de problèmes. A 5-4 pour lui dans le troisième, je fais vraiment un très bon jeu. Il a pris un gros coup sur la tête en perdant ce troisième set. Moi j'ai réussi à me battre, à m'accrocher. Mentalement, c'est dur car tu as envie d'être digne de l'équipe. C'est l'envie de bien faire qui me crispait au début du match."

Florian Mayer:"A 4-4 dans le troisième set, j'ai commencé à avoir des crampes. Au 4e set, je ne pouvais plus bouger, plus servir. Et dans le 5e ça allait un peu mieux. C'est peut-être dû à la pression de la Coupe Davis, parce que c'est plus dur que le reste. Il a joué un très bon jeu quand je sers pour le match dans le troisième. Après ça a été beaucoup plus facile pour lui. Nous avons besoin du prochain point, sinon ce sera très difficile."

Gaël Monfils: "C'est ça, du travail bien fait. Ca a été trois sets  très durs, mais j'ai joué un bon match de tennis. Je suis satisfait. Il y a  quand même eu des passages où j'ai un peu paniqué, fait des choix pas super.  Mais Guy était toujours là pour me rappeler les choses simples. C'est ce qui  est bien en Coupe Davis, il y a toujours un échange. De temps en temps, je  jouais un peu trop tendu, de trop loin, n'arrondissais pas assez. Ce n'est  jamais facile les matches de Coupe Davis. Le maillot, il est lourd. C'est  toujours l'enfer d'aborder un match de Coupe Davis. Depuis une semaine, dans la  tête j'ai fait 12 matches différents. J'étais vraiment stressé avant le match.  Mais les entraîneurs m'ont rassuré en me disant que c'était normal. Je suis  content d'avoir livré une bonne partie. Le match de Richard, c'était stressant,  car c'est un très bon pote. Il était super stressé, encore plus que moi, car ça  faisait longtemps qu'il n'avait pas joué de simple en Coupe Davis. Plus je le  regardais, plus je trouvais qu'il n'avait pas de réussite, et l'autre jouait  bien. Quand Mayer a servi pour le match, j'étais bien tendu. C'est vrai que  c'était mieux de partir à 1-0."

Guy Forget: "On a été un peu chanceux dans le  premier match. Florian jouait très bien, attaquait les bonnes balles. Richard  n'arrivait pas à conserver sa dynamique. A chaque fois qu'il était devant, il  devenait un peu timide. Le stress et l'envie de trop bien faire le  rattrapaient, il n'arrivait pas à enfoncer le clou. Il jouait mieux, mais  Florian était toujours devant. Mayer est incroyable. C'est l'un des mecs les  plus sous-évalués du circuit. Il est génial par instants. Ca me faisait mal  pour Richard qu'il vive un match comme ça, où tout se goupillait mal, alors  qu'il n'avait pas joué en Coupe Davis depuis si longtemps. Il était extrêmement  stressé avant le match. Je pense l'avoir bien aidé à toujours garder le cap, la  tête droite et à rester positif. A un moment, il était au bord du décrochage. A  5-4 pour Florian dans le troisième set, je lui ai dis: +Tu nous lâches pas  comme ça+. Je lui ai dit: +si tu gagnes ce jeu, tu vas gagner ce match+. Il a  joué un bon jeu et ça l'a relancé. Florian devenait fatigué. Richard l'a vu et  ça l'a rendu un peu meilleur. Je suis très heureux pour Richard. C'est plus  qu'une victoire. C'est symbolique d'une certaine manière. Je suis fier de lui.  C'est un moment fort, un match qui va le marquer. Gaël, lui, a joué un peu en  pointillés, pendant deux sets. C'était très décousu. Il ne servait pas très  bien. Mais lui aussi s'est bien accroché et il a bien joué les moments  importants. Au troisième set, il a été très bon, trouvant un bon équilibre  entre coups d'attente et d'attaque. Il est allé crescendo. Le double, je le  vois bien. C'est plus simple pour nous que pour eux qui sont au pied du mur. Il  y a beaucoup de talent et d'envie dans cette paire, mais nos adversaires seront  redoutables, comme ils l'ont été aujourd'hui. J'ai confiance dans ce double."

Allemagne-France 2-0

Vendredi
 Richard Gasquet (FRA) bat Florian Mayer (ALL) 4-6, 4-6, 7-5, 6-3,6-3
Gaël Monfils (FRA) bat Philipp Kohlschreiber (GER) 7-6, 7-6, 6-4

Samedi (double, à partir de 13H00):
Philipp Petzschner/Christopher Kas (GER) - Michaël Llodra/Jo-Wilfried Tsonga (FRA)

Dimanche (simples, à partir de 12H00):
Florian Mayer (GER) - Gaël Monfils (FRA)
Philipp Kohlschreiber (GER) - Richard Gasquet (FRA)
NDLR: Les capitaines ont le droit de modifier la composition des équipes pour les matches de samedi et dimanche.

Les autres quarts de finale

Suède - Serbie 0-2
Vendredi
Viktor Troicki (SRB) bat Michael Ryderstedt (SWE) 6-3, 6-1, 6-7 (6), 7-5
Janko Tipsarevic (SRB) bat Ervin Eleskovic (SWE) 6-2, 1-0, ab.
Samedi
Simon Aspelin/Robert Lindstedt (SUE) - Janko Tipsarevic/Nenad Zimonjic (SER)
Dimanche
Michael Ryderstedt (SWE) - Novak Djokovic (SRB)
Ervin Eleskovic (SWE) - Viktor Troicki (SRB)

Argentine - Kazakhstan 3-0

jeudi
Juan Monaco (ARG) bat Andrey Golubev (KAZ) 6-3, 6-0, 6-4
Juan Martin Del Potro (ARG) bat Mikhail Kukushkin (KAZ) 6-2, 6-1, 6-2
Vendredi
Juan Ignacio Chela/Eduardo Schwank (ARG) battent Evgeny Korolev/Yriy Schukin (KAZ) 6-3, 6-2, 7-5

Etats-Unis - Espagne 0-2

Feliciano Lopez (ESP) bat Mardy Fish (USA) 6-4, 3-6, 6-3, 6-7 (2/7), 8-6
David Ferrer (ESP) bat Andy Roddick (USA) 7-6 (11/9), 7-5, 6-3
Samedi
Bob Bryan/Mark Brian (USA) -  Feliciano Lopez/Fernando Verdasco (ESP)