Gala Leon
Gala Leon | AFP PHOTO / CRISTINA QUICLER

Gala Leon évacue le "débat sexiste" et vise la remontée

Publié le , modifié le

Gala Leon, nouvelle capitaine de l'équipe espagnole de Coupe Davis, a souhaité évacuer le "débat sexiste" né de la nomination inédite d'une femme à ce poste et a dit se concentrer sur sa mission, obtenir la remontée de l'Espagne dans le groupe mondial. La nomination de l'ex-joueuse de 40 ans a fait naître plusieurs réactions sceptiques dans le milieu du tennis espagnol, dont celle de Toni Nadal, oncle et entraîneur de la star Rafael Nadal, qui a critiqué son manque d'expérience et jugé "bizarre" qu'une femme puisse évoluer dans un vestiaire masculin.

"Chacun est responsable de ses propos", a réagi Gala Leon lors d'une  conférence de presse à Séville. "Ma mission n'est pas de créer un débat sexiste  mais que l'équipe de Coupe Davis remonte dans le groupe mondial et que le  Saladier (trophée de la compétition, NDLR) revienne à la maison."

Leon, ancienne 27e joueuse mondiale et nommée directrice sportive de la  RFET cet été, est la première femme à occuper la fonction de capitaine de la  sélection masculine de tennis  espagnole, laquelle a remporté cinq fois la Coupe  Davis (2000, 2004, 2008, 2009 et 2011). Sa nomination surprise dimanche soir a fait suite à l'élimination de  l'Espagne face au Brésil en barrage (3-1), synonyme de relégation hors de  l'élite de la Coupe Davis, où elle figurait depuis près de deux décennies sans  interruption. 

En contact très bientôt avec Nadal

Peu après, le capitaine Carlos Moya a annoncé renoncer à son poste et la  fédération espagnole (RFET), qui a un temps tenté de l'en dissuader, a  finalement opté pour une solution interne. Cette nomination a notamment été  saluée sur Twitter par le joueur écossais Andy Murray, lui-même entraîné par  une femme, la Française Amélie Mauresmo. Mardi, le président de la RFET José Luis Escañuelas a fermement confirmé  son choix: "Je suis le président et Gala Leon est ma capitaine", a-t-il dit  lors de la même conférence de presse. 

Pour parvenir en 2015 à faire remonter l'Espagne dans le groupe mondial,  Gala Leon devra réussi à attirer les meilleurs talents espagnols, chose que  n'avait pas su faire Moya, privé au Brésil de Nadal ou David Ferrer. La  nouvelle capitaine a promis de se mettre rapidement en contact avec les  joueurs.

AFP