Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga ont qualifié la France
Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga | JEAN-SEBASTIEN EVRARD - AFP

France-Rép. tchèque: Trois paires pour un double

Publié le , modifié le

Avec un avantage de (2-0), l'équipe de France se trouve en position idéale avant le double, en demi-finale de la Coupe Davis. Face à une paire (théorique) Berdych-Stepanek qui n'a perdu qu'une fois en Coupe Davis, Arnaud Clément a l'embarras du choix. "Ils ont tous envie d'y aller, même Gaël", souriait le capitaine après la première journée. Trois choix s'offrent réellement à lui: aligner le duo qui a joué les simples Tsonga-Gasquet, ou incorporer Julien Benneteau pour l'associer soit à Tsonga, soit à Gasquet. L'objectif: se qualifier pour la finale dès ce soir.

"Toutes mes cartes sont bonnes." Arnaud Clément, le capitaine, ne nie pas qu'il a l'embarras du choix. Grâce aux victoires dans les deux premiers simples, son équipe se trouve sans pression pour affronter les Tchèques, si redoutés. En seize rencontres de Coupe Davis, Radek Stepanek et Tomas Berdych ne sont inclinés qu'une seule fois (les chances de voir Lukas Rosol jouer avec Stepanek ou Berdych ne semblent pas élevées). Les vaincre relève donc d'un petit exploit, dont sont capables les Français. Mais lesquels ?

Avec Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet et Julien Benneteau, il y a trois hommes pour réaliser un coup fin, et conclure la rencontre dès ce soir. "Les combinaisons sont multiples", souligne Arnaud Di Pasquale, le Directeur technique national et consultant France Télévisions. "Ca va être fonction des combinaisons qu'ils ont testées à l'entraînement. Car même un match rapide engendre de la tension." Richard Gasquet a passé un peu plus de 2h pour vaincre Berdych, et Tsonga 1h30 pour passer sur Rosol. "Le fait que le match ait été rapide me permettrait de jouer trois jours de suite", glisse le N.1 français, qui avoue qu'il est "toujours prêt à y aller". "Si je suis admis en double, j'irai avec plaisir", conclut-il. Même son de cloche du côté de Richard Gasquet: "Si on me le demande, je suis prêt à disputer le double". De toute façon, "ils veulent tous y aller, même Gaël", résume Clément. Peu porté sur le double, Monfils ne sera pas sur le terrain aujourd'hui. C'est l'une des seules certitudes. "Quoiqu'il arrive, l'équipe de double ne sera pas dans le même état d'esprit qu'à 0-2 ou 1-1. Dans le pire des cas, cela fera 2-1 pour la France ce soir. C'est plus facile d'aller chercher le point de la victoire", assure Di Pasquale. Pour le capitaine, la composition reposera sur un principe: "Il faut choisir la meilleure paire, sans penser à dimanche. On va mettre ce que je considère comme nos meilleures chances demain", annonçait-il après les simples.

Cette journée de vendredi a livré des enseignements au capitaine: "Ces deux matches pouvaient être importants pour la composition du double. On a vu que Richard et Jo ont très bien joué, sont tous deux prêts physiquement. L’option de les aligner ensemble reste donc possible. Mais on va attendre quelques heures pour que ça retombe. J’ai besoin de discuter avec eux", disait Arnaud Clément vendredi soir. De là à envisager le même coup qu'au 1er tour contre l'Australie, où Gasquet et Tsonga avaient joué le double après leur simple pour conclure la rencontre (3-0) dès le samedi soir... Voici les trois options qui s'offrent à l'équipe de France.

La plus risquée: Tsonga-Gasquet

En cas de match difficile (ce qui devrait arriver), Jo-Wilfried Tsonga puiserait forcément dans ses réserves, alors qu'il aura très certainement (en cas de défaite en double), un match difficile à disputer contre Tomas Berdych le dimanche. Mais les deux hommes ont prouvé, notamment en Vendée lors du 1er tour, qu'ils formaient un duo complémentaire et très intéressant. Renforcer le double mais fragiliser le simple, telle pourrait être l'équation face à Arrnaud Clément.

La plus prudente: Gasquet-Benneteau

Les deux hommes ont déjà joué ensemble, et ont même gagné la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. Ce choix aurait l'avantage de laisser "au frais" Jo-Wilfried Tsonga, alors que Tomas Berdych sera encore sur le pont, ce qui pourrait faire la différence si les matches de dimanche comptent encore. Reste que Gasquet avec Benneteau, cela pourrait manquer de "punch" face au duo Berdych-Stepanek.

La plus étonnante: Tsonga-Benneteau

Les deux hommes ont déjà joué ensemble sur le circuit. La puissance de Tsonga associée à l'art du contre de Benneteau et à sa science du jeu en double, cela peut faire des étincelles. Mais cette association aurait, comme la première, l'inconvénient de ne pas ménager le leader de l'équipe. Et, si Gaël Monfils est prévu pour jouer dimanche en cas de 5e match décisif, pourquoi laisser de côté Richard Gasquet, qui a les moyens d'enchaîner vendredi et samedi ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze