Guy Forget
Le directeur du BNP Paribas Masters de Bercy, Guy Forget | MAXPPP - PQR - LE PROGRES - JOEL PHILIPPON

Forget : "Pas du tout dramatique" pour Tsonga, Gasquet et Monfils

Publié le , modifié le

Le bilan des Français à Paris-Bercy, tous éliminés avant les quarts de finale, n'est "pas du tout dramatique" à l'approche de la finale de la Coupe Davis face la Suisse (21-23 novembre), a estimé ce dimanche Guy Forget , le directeur du tournoi. Il fallait remonter à 2006 pour ne plus voir trace de joueurs hexagonaux après les huitièmes de finale au POPB. L'an passé, Richard Gasquet était le seul à avoir atteint les quarts et auparavant Gaël Monfils avait disputé deux finales (2009, 2010) et Jo-Wilfried Tsonga avait remporté une fois le trophée (2008) et participé à une autre finale (2011).

"Je ne m'y attendais pas. On ne va pas non plus raconter n'importe quoi et  faire une crise d'optimisme aiguë. Rien ne remplace les victoires qu'on le  veuille ou non", a souligné Forget . "Je pense que ce n'est pas du tout  dramatique", a toutefois relativisé l'ancien capitaine de l'équipe de France  (de 1999 à 2012).

"On aurait préféré avoir en finale à Bercy Jo-Wilfried, Richard ou Gaël. Ca  n'a pas été le cas. Tant pis", a-t-il affirmé, mettant en avant le bilan  "positif" de Gaël Monfils qui revenait de près de six semaines d'arrêt à cause  d'un genou douloureux. "Il songeait à ne pas participer au tournoi et c'est l'un de ceux qui a  imposé la plus grosse résistance à Novak Djokovic", a souligné Forget .  "Quant  à Jo, Richard ou Gilles (Simon), il y a eu des passages où c'était bon mais  avec des grosses baisses de régime. Il ont maintenant quinze jours pour combler  ces lacunes", a-t-il ajouté en référence à la finale de Coupe Davis. 

"A égalité avec les Suisses"

Guy Forget  estime que la France et la Suisse sont "sur un pied d'égalité"  au regard de l'impression laissée ces dernières semaines par Stan Wawrinka. "Il  y a des moments où il a été bon et des passages où il a été assez médiocre. Et  lui, cela fait plusieurs semaines que cela dure", a-t-il souligné. 

Roger Federer, quant à lui, même s'il a été "un peu moins incisif" à Bercy  (éliminé en quarts par le Canadien Milos Raonic), "bluffe" Forget : "Il y a  encore un an et demi, on le disait moribond et finalement, il est en course  pour la place de numéro 1 mondial." La France affrontera la Suisse au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Ascq,  en indoor et sur terre battue, devant quelque 27.000 spectateurs.

AFP