Guy Forget Coupe Davis debout encourage joueurs 2010
Guy Forget | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Forget devant un choix cornélien

Publié le , modifié le

Pour affronter l'Allemagne sur la terre battue de Stuttgart de vendredi à dimanche, le capitaine de l'équipe de France a pour une fois l'embarras du choix. Si Gaël Monfils constitue la meilleure arme sur la surface ocre, rien n'est fait entre Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga pour la seconde place en simple, Michael Llodra étant certain de disputer le double.

C'est assez rare pour être souligné. Guy Forget va pouvoir compter sur tout le vivier tricolore pour tenter d'accéder ce week end aux demi-finales de la Coupe Davis. Privé de Tsonga (blessé) pour la finale 2010 en Serbie, le patron avait également dû composer sans le Manceau ni Monfils et Gasquet lors du premier tour 2011 en Autriche. Gilles Simon et surtout Jérémy Chardy –deux victoires- avaient permis aux Bleus de se sortir du piège tendu par la bande à Melzer. 

Gasquet plutôt que Tsonga pour commencer

Cette semaine, Forget se retrouve donc avec sa meilleure équipe sur le papier. Les cinq joueurs retenus sont tous dans le Top 30 et trois appartiennent au Top 15 (Monfils 7e, Gasquet 11e, Tsonga 14e). De par son passé à Roland-Garros (une demi-finale et deux quarts), Gaël Monfils semble assuré de participer dès vendredi aux joutes d'outre-Rhin. L'inconnue provient de la forme affichée par Jo-Wilfried Tsonga après son superbe Wimbledon (battu en demie après avoir sorti Federer). Forget pourrait décider d'aligner Richard Gasquet le vendredi sur le second simple –d'autant que le Biterrois est en forme avec deux huitièmes de finale consécutifs en Grand Chelem. Cela permettrait aux Français de préserver l'intégrité physique du Sarthois, candidat idéal pour le double aux côtés de Llodra même si Gasquet postule aussi.

En fonction des résultats, il serait alors temps d'envisager toutes les solutions pour le dimanche s'il s'avérait déterminant. En tous cas, contre des joueurs bons sans plus comme le sont les joueurs allemands (Florian Mayer, Philipp Kohlschreiber, Philipp Petschner et Christopher Kas), l'équipe de France parte clairement favorite même à l'extérieur. Reste à (bien) faire le travail, quelque soit les hommes alignés.