Coupe Davis : Tsonga remet la France à flot

Coupe Davis : Tsonga remet la France à flot

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga a parfaitement tenu son rôle de N.1 tricolore en dominant Steve Darcis (6-3, 6-2, 6-1) lors du 2e simple de la finale de Coupe Davis vendredi à Lille, permettant à la France de revenir à égalité (1 victoire partout) avec la Belgique, après le fiasco du premier simple qui a vu Lucas Pouille ne pas tenir le choc, sévèrement battu par David Goffin (7-5, 6-3, 6-1).

Tsonga n'a pas tremblé. La pression était pourtant sur ses épaules ; mais le Français a choisi de ne pas laisser une once d'espoir à Steve Darcis, excellent manieur de balle, en choisissant de l'étouffer d'entrée. Solide au service, alternant les coups en prenant très souvent son adversaire de cours, en se montrant entreprenant sur ses coups droits et ses slices de revers, Tsonga n'a pratiquement jamais laissé la main à Darcis, et  ne laissant aucune faille pour lui permettre de s'engouffrer. Jo-Wilfried Tsonga savait qu'il devait rapidement percuter et prendre l'ascendant. 

Darcis désarçonné

Porté par le public de Lille, parfois un trop bruyant au goût, le Manceau a facilement déroulé. Après une mise en jambes, et le temps de prendre ses repères, il a pris la mesure d'un Darcis (76e mondial) que l'on a connu plus  alerte, et plus tactique. Habitué à couper le rythme pour mettre son jeu en place, le Belge n'a cette fois rien pu faire. Il fait illusion jusqu''à 3 partout dans le premier set. Ensuite, Tsonga s'est envolé, enchaînant sept jeux consécutifs, pour prendre d'abord la première manche puis double breaker rapidement et s'adjuger la deuxième sans coup férir.

Tsonga puissance trois

Le 3e set fut de la même veine, mené au pas de charge (30 minutes !) par un Tsonga (15e mondial) qui n'a laissé aucune ouverture à un Steve Darcis désarçonné, sans solution, et bousculé par la puissance et la variation des coups du Français, sous les vivats du stade Pierre-Mauroy. Jo-Wilfried Tsonga n'avait plus qu'à porter l'estocade sur un dernier coup droit décroisé pour plier le match en moins de deux heures et remettre l'équipe de France sur de bons rails. Ce fut un gros soulagement pour Yannick Noah, mais aussi, en même temps qu'un bain de foule, un bain de confiance pour Tsonga en vue de prochain simple - qui sera peut-être décisif- dimanche contre David Goffin.  

   

Christian Grégoire