Coupe Davis
La joie des joueurs de l'équipe de France après leur sacre lors de la coupe Davis 2017. |

Coupe Davis : La nouvelle formule officiellement adoptée

Publié le , modifié le

C'est une véritable révolution que s'apprête à vivre le monde de la petite balle jaune. 118 ans après sa création, la Coupe Davis, dans sa formule actuelle, ne sera plus. Dès 2019, le tournoi se tiendra chaque année en fin de saison et regroupera 18 équipes, réparties en six poules de trois pendant une semaine et sur terrain neutre. Un changement qui condamne définitivement l'épreuve telle qu'elle est aujourd'hui, et qui, surtout, suscite beaucoup de bisbille. Explications.

C'est un jour qui restera gravé dans la mémoire des fans de tennis. Ce jeudi 16 août, le projet de réforme de la Coupe Davis, qui clive radicalement le monde de la petite balle jaune, a été adoptée par la fédération internationale. La réforme a recueilli 71,43% des votes des 120 délégués présents, soit plus que la majorité des deux tiers requise.

En effet, la Fédération Internationale de Tennis (ITF) n'a pas fait les choses à moitié ! L'instance mondiale du tennis a décidé de mettre en place une nouvelle compétition plutôt que de faire quelques petits aménagements. S'il n'est pas prévu que la Coupe Davis change de nom, c'est bel et bien un nouveau tournoi, sur le fond comme sur la forme, qui s'apprête à voir le jour.  Avec le nouveau format, plusieurs choses vont changer. Fini d'abord le cinquième match décisif ! Les rencontres se joueront au meilleur des trois manches (deux simples et un double), en deux sets gagnants, contre cinq matches en trois sets gagnants récemment.

Plusieurs changements radicaux comme la fin des matchs à domicile

Terminées également les atmosphères surchauffées des salles du pays  qui accueille la rencontre. Pour mettre en place cette révolution, l'ITF s'est associée au groupe d'investissement Kosmos, présidé par...Gérard Piqué, le footballeur du FC Barcelone et de l'équipe d'Espagne. "Kosmos est heureux de rejoindre ce partenariat excitant avec l'ITF, a déclaré Piqué. Ensemble, nous pouvons élever la Coupe Davis vers de nouveaux sommets pour en faire une incontournable Coupe du monde de  tennis, regroupant les meilleurs nations et les meilleurs joueurs." Pour attirer les meilleurs, Kosmos prévoit d'injecter trois milliards de dollars dans la Coupe Davis au cours des vingt-cinq prochaines années, soit 120 millions de dollars chaque année, dont 20 millions de prize money pour les joueurs.

Julien Benneteau : "Qu'ils  aient le courage de dire ouvertement qu'il n'y a que l'argent qui compte"

Une donnée qui suscite la grogne des acteurs du tennis français. Parmi eux, Cedric Pioline, adjoint de Yannick Noah en équipe de France  de Coupe Davis. "Il y a 20 millions de Prize money, tout le monde va vouloir la jouer, avait-t-il déclaré au journal L'Equipe le 27 février dernier. C'est encore une fois l'oseille contre la tradition." "Si c'est vraiment ce format qui est appliqué, il faut qu'ils aient (les dirigeants de l'ITF) le courage de leur réforme et qu'ils disent ouvertement : il n'y a que l'argent qui compte", lancait Julien Benneteau.

2018 sera donc la dernière année pour la Coupe Davis telle qu'on l'a connue jusqu'ici. Rendez-vous les 14, 15 et 16 septembre pour la demi-finale qui opposera la France à L'Espagne à Lille et qui sera à vivre en direct vidéo sur France tv sport.

Arnaud Di Pasquale : "Honnêtement ? Ça me fait grave chier"

Pour Arnaud Di Pasquale, ancien DTN du tennis français, "il y avait d'autres solutions à expérimenter avant ce changement  radical". Une déception qui se ressent aussi chez Lionel Ollinger, président de la Ligue Grand Est de tennis et membre du conseil supérieur à la fédération française de tennis. "C'est l'histoire même du Tennis qui est bafouée avec cette révolution qui fait sombrer la Coupe Davis", a-t-il regretté. 

L'Australie s'est farouchement opposée

Mais c'est en Australie que les détracteurs se sont montrés les plus virulents. La Fédération est en effet partenaire de l'ATP -organisatrice du circuit professionnel masculin- pour la tenue de sa World Team Cup, une compétition par équipes jouée en janvier à l'aube de la saison et dont le retour à partir de 2020 a été officialisé début juillet. Pas étonnant donc de voir Tennis Australia monter au créneau contre le nouveau format, qui entrerait en concurrence avec la Coupe du monde voulue par l'ATP. La formule proposée "enlève à la Coupe Davis tout ce qui en fait un événement unique et spécial", a déploré l'instance dans une lettre adressée à l'ITF.

Lleyton Hewitt : "Vous ne pouvez pas appeler ça la Coupe Davis"

"Vous ne pouvez pas appeler ça la Coupe Davis. (...) C'est une transaction financière", peste Lleyton Hewitt, ancien numéro 1 mondial. "Les matches que j'ai joués pour l'Australie, à domicile comme à l'extérieur, restent parmi mes souvenirs tennistiques les plus précieux", renchérit la légende Rod Laver, qui détient le record de 200 titres remportés en carrière, dont onze titres du Grand Chelem et huit titres du Grand Chelem professionnel. 

Alexis Ibohn @AlexisIbohn