Coupe Davis: Tsonga propulse la France en quarts

Coupe Davis: Tsonga propulse la France en quarts

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga a qualifié la France pour les quarts de finale de la Coupe Davis en apportant le 3e point décisif contre le Canada à Vancouver. Finalement opposé à Frank Dancevic, qui a remplacé au pied levé Milos Raonic, blessé aux genoux, Tsonga a signé un sfacile succès 6-4, 6-4, 6-1. Dans un dernier match sans enjeu, Gaël Monfils a battu Vasek Pospisil 6-4 6-4 en 1h16 et la France s'est donc imposée 4-1.

Un coup de pouce du destin

"Il ne faut pas se le cacher, c'était mieux pour moi d'affronter Frank Dancevic que Milos Raonic", a déclaré Jo-Wilfried Tsonga. "Je l'ai appris une heure avant et il a fallu préparer ce match différemment. Je n'ai pas tremblé, je n'ai pas eu le temps, j'ai eu le double break. Finalement, ça a été assez simple."  Après un départ canon (4-0), le Manceau s'est légèrement relâché, permettant à Frank Dancevic, 178e mondial, de combler un break. Mais après avoir gâché quatre balles de set dans le neuvième jeu, le numéro six mondial a conclu le premier set sans trembler sur un service blanc. 

Guy Forget: "On a eu un petit coup de pouce du destin, les choses ont été plus faciles que prévues pour Jo. On savait tous que, dans un bon jour, Raonic pouvait battre Jo. On quitte Vancouver avec le sentiment du devoir accompli".

Dans une deuxième manche plus équilibrée, Jo-Wilfried Tsonga a attendu le neuvième jeu pour prendre le large. Sérieux, il se détachait très vite dans la troisième manche. Sans solution,Frank Dancevic rendait le dernier souffle au bout de 1h58. C'est la deuxième fois de sa carrière que Jo-Wilfried Tsonga apporte le point décisif, après Maastricht en 2009. "Quand j'ai fait ce barrage aux Pays-Bas, j'ai mis deux mois à m'en remettre. J'avais joué les trois matches, qui plus est sur terre battue et j'avais fini avec des crampes généralisées. Pour ça, c'était un super souvenir", a-t-il dit.

Un prochain tour face aux USA

Désormais, les Français sont tournés vers le quart de finale face aux Etats-Unis, qui ont balayé la Suisse de Roger Federer. La rencontre se déroulera en France, dans un lieu à déterminer, du 6 au 8 avril. "Quand on bat la Suisse chez elle 3-0, c'est qu'on est une équipe forte et ambitieuse", a déclaré Guy Forget. "(John) Isner est en gros progrès. Roger Federer en a fait les frais vendredi. Il a aussi amené Nadal en cinq sets à Roland-Garros. Dans un bon jour, c'est un épouvantail. (Mardy) Fish aussi est un membre du Top 10. C'est une grande rencontre. J'ai hâte d'y être."

Les discussions tournent maintenant autour du lieu et de la surface pour accueillir les Américains. Si Jo-Wilfried Tsonga estime que la terre battue peut être un bon choix, son capitaine est moins convaincu. "On ne fera pas l'erreur qu'a peut-être commise la Suisse en évoluant en altitude", a dit Guy Foget. "Il va falloir prendre une surface intermédiaire plutôt lente. Il faudra éviter des rebonds hauts car Isner est un poison.

"Pau est candidate mais il y a d'autres villes. Mais pour l'instant, c'est anecdotique. Indoor ou pas, les deux options sont faisables. Dans l'absolu, l'extérieur serait mieux mais, début avril, on peut rencontrer la pluie ou le froid. Si on n'arrive pas à trouver le lieu idéal, on se repliera sur une salle. Et il n'y en a pas des tonnes en France. Si aucun joueur n'est d'accord, c'est moi qui trancherai."
."

Gilles Gaillard