Coupe Davis - Premiers entraînements sur le court de la finale, mais la course continue

Publié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille pour leurs premiers pas sur la terre battue de Villeneuve-d'Ascq pour la finale de Coupe Davis 2018
Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille pour leurs premiers pas sur la terre battue de Villeneuve-d'Ascq pour la finale de Coupe Davis 2018 | AFP - FRANCOIS LO PRESTI

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

En ayant décidé de recevoir la Croatie sur terre battue lors de la finale de la Coupe Davis, l'équipe de France s'est lancé un énorme défi. Car le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d'Ascq a accueilli samedi le match de rugby du XV de France, et les travaux pour construire ce terrain n'ont pu débuter que le lendemain. Ce mercredi, le terrain a enfin été ouvert. Et pour que la terre se tasse, des joueurs de la Ligue des Hauts de France ont se relayer de 22h à 4h du matin, les deux prochaines nuits.

Il a fallu une dérogation pour que l'équipe de France puisse recevoir la Croatie sur terre-battue à Villeneuve-d'Ascq. En effet, en temps normal, le court de la rencontre doit être mis à disposition des deux équipes dès le mardi. Mais avec un court en terre battue à construire seulement à partir du samedi soir, après un match de rugby, le timing était trop serré. Du coup, ce n'est qu'en ce mercredi que le terrain a pu être foulé par les Français et les Croates. 

"Le court est vraiment bien, il faut se dire qu'il y a 48 heures, il n'y avait pas de court ici puisqu'il y a eu un match de rugby (samedi). Bien sûr, il y a des petites choses qu'il faut corriger et améliorer d'ici vendredi mais les équipes ont fait un travail formidable", a retracé le capitaine adjoint des Bleus, Cédric Pioline. "Il faut que le terrain se fasse, que les joueurs jouent dessus, le remuent, le tassent. Les équipes vont corriger les petites imperfections pour qu'il soit encore meilleur qu'il ne l'est déjà", a-t-il poursuivi.

Deux nuits d'entrainement pour tasser le terrain

Ces petites imperfections, c'est notamment un relief "qui ressort au niveau de la ligne de service", précise le directeur des opérations de la rencontre, Sébastien Hette.  "Rien de bien méchant, quelque chose d'assez classique pour une terre battue" qui n'a "même pas été évoqué en réunion des capitaines". Mais pour que la terre se tasse plus rapidement, et que les entraînements prévus jeudi et vendredi juste avant la rencontre se déroulent dans les meilleures conditions, les plus proches de celles des rencontres, une trentaine de joueurs de la Ligue des Hauts de Seine vont se relayer dessus. Entre 22h et 4h du matin, cette nuit de mercredi puis la suivante.

Jeudi, deux entraînements sont prévus pour chaque équipe: un le matin, l'autre l'après-midi. Il y en aura encore deux autres vendredi en fin de matinée, juste avant le début de la rencontre.

Coupe Davis