Le capitaine Yannick Noah avec Pierre-Hugues Herbert et Lucas Pouille
Le capitaine Yannick Noah avec Pierre-Hugues Herbert et Lucas Pouille | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Coupe Davis - Equipe de France: L'embarras du choix pour une révolution ?

Publié le , modifié le

Après la victoire vitale du double Herbert-Mahut sur Dodig-Pavic, la France n'est plus menée que 2-1 par la Croatie lors de cette finale de Coupe Davis. Pour conserver le Saladier d'Argent, les Français doivent encore réaliser des exploits, notamment lors du premier match dimanche, face à Marin Cilic. Pour Yannick Noah, c'est l'heure des choix : le statu quo ou le coup de poker en changeant ses deux joueurs de simple du vendredi.

Yannick Noah face au désert. Richard Gasquet, N.1 français, blessé, Gaël Monfils et Gilles Simon, N.2 et 3 laissés de côté, Jo-Wilfried Tsonga touché vendredi et dont la présence est très hypothétique, le capitaine de l'équipe de France doit composer une équipe inédite pour tenter l'impossible. Sans forcément avoir des atouts dans la poche.

Pouille en recours

Lucas Pouille, le héros de la finale 2017 qui avait rapporté le 5e point victorieux, n'est plus que l'ombre de lui-même. L'ex N.1 français et N.10 mondial, est tombé au 32e rang à l'ATP. Depuis son élimination au 2e tour à Wimbledon, il n'a remporté que cinq matches en sept tournois. Depuis sa sortie d'entrée à Bercy face à Gilles Simon, il s'est séparé de son entraîneur, Emmanuel Planque, qui l'accompagnait depuis six années. Et le stage de l'équipe de France dans son Nord natal n'a pas convaincu le capitaine de l'aligner vendredi.

"Je me tiens prêt pour jouer dimanche", disait-il jeudi, à l'issue du tirage au sort qui officialisait sa mise à l'écart. "On est une équipe, on gagne ensemble, on perd ensemble." Après ce coup de bambou sur sa tête, il apparaît comme le recours N.1 pour remplacer Jo-Wilfried Tsonga sur le court ce dimanche. Et ce même si le capitaine a refusé de confirmer sa blessure: "Jo a eu une petite alerte hier. Depuis il est aux soins. On verra demain." Sauf que Pouille ne devrait jouer qu'en N.2, contre Borna Coric, qui l'a battu lors de leurs deux affrontements sur le circuit, à chaque fois sur surface rapide. Pour qu'il foule la terre battue lilloise, le Nordiste devrait alors espérer la défaite de Marin Cilic dans le premier simple du jour pour que la France soit toujours en vie. Pas évident.

Le coup de balai par rapport à vendredi ?

A moins que Yannick Noah ne joue un coup de poker total. Presque un coup de folie : changer ses deux joueurs de simple du vendredi, pour aligner Pouille et Herbert, le 32e mondial passant alors en N.1 face à Cilic et l'Alsacien jouant dans le deuxième match contre Borna Coric. Pourquoi un tel scénario ? Parce que Jérémy Chardy a été étouffé par la pression vendredi, et elle sera encore plus forte ce dimanche contre Marin Cilic. Même s'il a battu le Croate à deux reprises en cinq matches, dont une fois sur terre battue (mais cela remonte à 2009), le Français ne semble pas en situation de réaliser un exploit. "Il faut gagner le 4e match pour jouer le 5e", résume Arnaud Boetsch. "Autant essayer de gagner le 4e avec les armes qu'on peut avoir."

à voir aussi Coupe Davis : Jérémy Chardy, la pression de toute part Coupe Davis : Jérémy Chardy, la pression de toute part

Pour lui, l'option d'intégrer Pouille en N.1 et Herbert en N.2 est à envisager. "Je pense que Yannick a dû penser à ça toute la nuit, et qu'il a son plan en tête. Mais ça dépend des discussions qu'il a pu avoir avec les joueurs. Ce sont des paramètres importants pour prendre une décision." Même son de cloche du côté de Michaël Llodra, consultant France Télévisions : "Lucas n'a rien à perdre. Cilic est grandissime favori. Je pense que Yannick va aligner Lucas, et Pierre-Hugues en 2." Si d'aventure, le N.1 français s'imposait, il resterait à Herbert à renverser un autre monstre, Borna Coric, qui l'a battu lors de leur seul match sur le circuit principal, en 2017 sur la terre battue de Madrid. 

Mais samedi soir, Yannick Noah ne voulait retenir qu'une chose: "Nous sommes très heureux de pouvoir jouer demain." Et ne comptez pas sur lui pour en dire plus sur les choix à faire: "Je ne vois pas une seule bonne raison que je vous donne ce soir la composition de l'équipe. Même si je vous aime beaucoup", disait-il dans un éclat de rire. L'humour, il l'avait perdu la veille. 

De notre envoyé spécial

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze