Le Belge David Goffin
Le Belge David Goffin recupère | AFP - Glyn KIRK

Coupe Davis - David Goffin, une semaine à double tranchant

Publié le , modifié le

Vaincu en finale du Masters à Londres par Dimitrov, David Goffin a fait le plein de confiance avant de disputer une autre finale, celle de la Coupe Davis, à Lille contre l'équipe de France (dès vendredi en direct sur France Télévisions). Tombeur de Nadal et Federer, le Belge a montré sa solidité, malgré un genou qui grince. Après son 81e match de l'année, le 7e joueur du monde peut néanmoins payer la note dans le Nord.

Un énorme tapis de confiance

Après des éliminations précoces à Shanghai, Anvers, et Bercy, David Goffin semblait accuser le coup. Mais sa semaine londonienne, pour sa deuxième participation au Masters, l'a clairement remis sur des rails. Elle l'a même propulsé vers des sommets. Non seulement il a atteint la première finale d'un tournoi majeur du circuit dans sa carrière, mais en plus il la fait en battant Rafael Nadal (diminué) et Roger Federer. Il n'est que le 7e joueur à faire tomber les deux légendes dans un même tournoi. Faire tomber les deux vainqueurs des tournois du Grand Chelem en 2017, même fatigués, est un signe de bonne forme.

Désormais 7e mondial, son meilleur classement, le natif de Rocourt a emmagasiné une énorme confiance, ponctuée par un bras de fer phénoménal en finale avec Grigor Dimitrov, l'invincible de Londres qui a pourtant vacillé lors de ce match. "Je me le suis prouvé à moi-même que je suis à ma place, je mérite ma place dans ce tournoi", a-t-il commenté après son match. "J'ai gagné en confiance jusqu'à la finale. Après cette semaine, je pense que je suis un meilleur joueur mentalement, mais aussi physiquement. Je me suis prouvé que je pouvais le faire, que j'étais à ma place, parce que parfois, vous savez, quand vous atteignez le Top 8, vous ne savez pas vraiment si vous avez le niveau." Désormais, Goffin sait où il en est. Et cet énorme travailleur pourrait bien surfer sur cette vague pour donner des maux de tête aux Français. D'autant qu'en Coupe Davis, en 22 matches de simple, il n'a été battu que 3 fois (Murray 2015, Golubev 2014, Troicky 2013), dont 2 défaites sur terre battue. 

Une usure physique supplémentaire

81e match en 2017 pour David Goffin. Malgré sa terrible blessure à Roland-Garros, qui l'avait éloigné du circuit durant près de deux mois, le Belge a aligné les matches. Plus que Nadal (78) ou Federer (57), et pas très loin des recordmans modernes. En 2008, l'Espagnol avait joué 93 matches, son record. Pour Federer, c'est monté à 97 en 2006, niveau atteint également par Djokovic en 2009. Par comparaison, aucun joueur français n'a jamais disputé 81 matches en une année. Jo-Wilfried Tsonga, auteur de 51 matches cette saison, a disputé au plus 80 matches (2012), Gasquet (47 en 2017) a atteint 73 rencontres (2007 et 2013), alors que Pouille égalera au moins son record de 57 matches, établi en 2016.

Vidéo: Sa terrible blessure à Roland-Garros

Véritable forçat des terrains, le joueur de 26 ans construit d'abord sa confiance sur son physique. Il est donc au top. sauf que ces cadences l'usent. Jeudi dernier, Thierry Van Cleemput, son entraîneur, expliquait au Masters: "Il avait mal au genou. Il dit non, mais il a mal." Et d'ajouter dans L'Equipe: "Lorsqu'il y a un grain de sables dans la machine, qu'il y a le genou, qu'il est fatigué, qu'il ne trouve pas de solution tactique, le niveau baisse. Dans la puissance du jeu, lorsqu'il n'est plus capable d'avancer dans la balle, de s'appuyer dessus, elle part moins vite". Vaincu dimanche soir tard, il doit désormais livrer un contre-la-montre. Récupération et repos au programme: "Je vais essayer de me reposer un peu pour être prêt pour un nouvelle semaine difficile", a glissé le joueur. Pour L'événement de sa fin de saison, pour sa deuxième finale de Coupe Davis après la défaite contre la Grande-Bretagne e 2015, le N.1 belge a sans doute encore un gros appétit.

En 2014, pour la finale France-Suisse, Roger Federer, touché au dos après sa demi-finale en Masters la semaine d'avant, avait su tenir sa place, de manière décisive, le samedi et le dimanche. Un exemple à suivre pour le Belge... En tout cas, dans le camp français, on s'apprête à affronter un lion: "Tu me dis demain: t'es un peu plus fatigué, mais t'as battu Nadal et Federer, je vais à Londres direct", résume Richard Gasquet. "Personne ne peut te dire que ce n'est pas un atout."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze