Guillermo Vilas Roland-Garros 1987
Guillermo Vilas à Roland-Garros en 1987 |

Ce Saladier d'argent qui se refuse à l'Argentine

Publié le , modifié le

Bien que de nombreux Argentins aient trusté les titres sur le circuit ATP, l'Argentine n'a jamais obtenu la récompense suprême pour un pays de tennis: la Coupe Davis. Ni Guillermo Vilas, ni la génération Gaudio, Coria, Nalbandian ni Juan Martin Del Potro n'ont réussi à soulever le fameux trophée.

La sélection argentine n'a jamais été sacrée meilleure équipe du monde. Malgré quelques joueurs de renom, malgré de bons voire très bons résultats en Grand Chelem, ce grand pays de tennis n'a pas été en mesure de s'immiscer dans le cercle fermé des vainqueurs du magnifique Saladier d'Argent portant le nom de Dwight Davis. Depuis 1921, le deuxième pays sud-américain participe à l'épreuve la plus collective de la petite balle jaune. Il aura pourtant fallu attendre les années 70 et la fin de la domination absolue australo-américaine pour voir les "Gauchos" se frotter aux cadors (Suède, France, Allemagne, Russie en plus de l'Australie et des Etats-Unis).

Safin bourreau des Argentins

En fait, les Argentins restent sur trois échecs marquants dans la compétition. Avec l'Inde et la Roumanie, ils sont les seuls à avoir échoué autant sans s'adjuger la victoire finale. En 1981, l'Argentine manque une première fois le coche. Confrontés aux Etats-Unis de John McEnroe, Roscoe Tanner et Peter Fleming, la star Guillermo Vilas (lauréat de Roland-Garros, de l'US Open et de l'Open d'Australie à deux reprises) et son acolyte Jose-Luis Clerc doivent s'incliner 3-1 malgré le succès initial de Vilas sur Tanner. Ce revers est le moins décevant des trois. Le deuxième se produit en 2006 à Moscou. Toujours sur synthétique indoor, David Nalbandian gagne ses deux simples contre Marat Safin et Nikolay Davydenko mais perd le double qu'il joue avec Augustin Calleri contre la paire Marat Safin/Dimitri Tursunov. Juan Ignacio Chela perd son simple contre Nikolay Davydenko et José Acasuso perd le simple décisif contre Marat Safin. L'Argentine s'incline donc 3-2 en ayant l'impression d'être passé de peu à côté de quelque chose de très grand. 

Nalbandian abandonné par Del Potro

Mais le pire est encore à venir. En 2008, les Ciel et Blanc possèdent tous les atouts pour vaincre le signe indien. Rafael Nadal, le leader de l'Espagne, doit déclarer forfait pour blessure. Les joueurs argentins, qui avaient choisi d'évoluer chez eux sur dur indoor, ne bénéficient qu'à moitié du forfait du Majorquin. Le premier jour, David Nalbandian domine David Ferrer mais Feliciano Lopez surprend un Juan Martin Del Potro hors de forme à l'issue d'une longue saison. A la surprise générale, Agustin Calleri et David Nalbandian perdent le double contre la paire espagnole et les Argentins se retrouvent dos au mur avant le dimanche. Nalbandian semble largement capable de terrasser Lopez mais il faut absolument que Jose Acasuso –remplaçant Del Potro au pied levé- déborde le costaud Fernando Verdasco. Las, l'Ibère résiste à la pression et s'impose finalement assez facilement contre son rival dépité et des fans locaux médusés. Cette année, l'Argentine n'est qu'à une marche de retrouver la finale.

Pour cette demi-finale en France, la sélection sera privée de Juan Martin Del Potro. Convalescent après une saison noire, le grand escogriffe de Tandill cherche à retrouver le niveau qu'il avait il y a un an lorsqu'il tapait Roger Federer dans une finale d'anthologie à Fulshing Meadows. C'est donc une nouvelle fois sur les épaules de "l'Indien" Nalbandian que reposeront les espoirs de tout un peuple bien décidé à conjurer le sort.

La France invaincue face à l'Argentine

Rappel: l'équipe de France mène 4 à 0 dans ses confrontations avec l'Argentine. Trois victoires à Roland-Garros (3-2 en 1952 et 1955, 5-0 en 1960) et une dernière en 1982 sur la terre battue de Buenos Aires (3-2) qui coïncidait avec le début d'une belle aventure pour Noah, Leconte, Tulasne et Moretton (finale perdue à Grenoble face aux Etats-Unis de McEnroe).