Arnaud Clément
Arnaud Clément ne sera plus sur le banc des Bleus lors de la Coupe Davis 2016 | DPPI - JULIEN CROSNIER

Arnaud Clément n'est plus le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis

Publié le , modifié le

La Fédération Française de Tennis a annoncé ce vendredi la fin du mandat d'Arnaud Clément. Le capitaine de l'équipe de France, en poste depuis juin 2012, paye autant l'élimination en quarts de finale contre la Grande-Bretagne et la finale perdue contre la Suisse l'an dernier, que la fronde qui était née au coeur de l'été. La Fédération n'a pas encore annoncé son successeur, mais Cédric Pioline et Yannick Noah ont été sondés pour prendre la succession de Clément. "La piste Yannick Noah est assez avancée, mais pas encore actée", a précisé lors d'une conférence de presse Arnaud Di Pasquale, le Directeur technique national.

Arnaud Clément n'a pas survécu à la rentrée après un été agité. Son départ était dans l'air du temps, la Fédération Française de tennis l'a officialisé ce vendredi sur Twitter. Cette annonce met fin au suspense débuté lors de l'US Open. Durant ce dernier Grand Chelem de la saison, un audit avait été lancé par la Fédération après le fiasco du quart de finale de Coupe Davis contre l'Angleterre au Queen's. Une élimination qui avait réveillé les blessures loin d'être cicatrisées d'une finale 2014 perdue - et mal gérée dans la communication - face à la Suisse du duo Federer-Wawrinka. Ces deux échecs ont fragilisé la position d'Arnaud Clément qui semblait avoir perdu la confiance de certains cadres - Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga pour ne pas les citer -. 

Difficultés à transcender ses hommes

Lundi soir, le Bureau fédéral n'avait pas tranché le sort d'Arnaud Clément. Il s'était donné "un délai de réflexion". Délai qui a donc pris fin ce vendredi. "Le Bureau fédéral a pris acte des difficultés du capitaine à fédérer et transcender les meilleurs joueurs. Faute d'avoir pu trouver un accord avec (lui), il a été décidé, dans l'intérêt supérieur de la Fédération et de son équipe de France, de mettre fin à son mandat", a déclaré vendredi la FFT dans un communiqué. La défaite en finale contre la Suisse et l'élimination en quart de finale contre l'Angleterre ont pesé lourd dans la balance, même si à chaque fois, la France est tombée face à un (Andy Murray) ou deux (Roger Federer, Stan Wawrinka) très grands joueurs.

Non, ce qui a peut-être sonné la fin de Clément après trois ans de mandat, alors qu'il avait été conforté en vue d'une dernière saison, ce sont ses relations détériorées avec les stars de l'équipe de France. Les gestions des cas Tsonga (blessure en finale et manque d'envie en quarts) et Gasquet (pas aligné en quarts contre Murray & co alors qu'il restait sur une demie à Wimbledon) posent question. Les deux hommes auraient manifesté, lors de discussions avec Gilbert Ysern, le directeur de la FFT, durant l'US Open, leur envie de ne plus travailler sous ses ordres. "L'éviction d'Arnaud Clément est un long processus qui s'est engagé le soir de la défaite en Grande-Bretagne", a explique le directeur général de la FFT lors d'un point presse tenu cet après-midi à Roland-Garros en compagnie d'Arnaud Di Pasquale. "Au-delà des résultats, on aurait voulu montrer un autre visage", a ajouté le DTN. "Les joueurs ont critiqué Arnaud Clément, mais n'ont pas demandé sa tête", a pourtant glissé Ysern. 

Vidéo: L'annonce de l'éviction d'Arnaud Clément

Un tandem Noah-Pioline?

Le super favori pour la succession est Yannick Noah, qui ferait son retour pour la troisième fois sur la chaise après avoir gagné la Coupe Davis en tant que capitaine en 1991 et 1996. "La piste Yannick Noah est assez avancée, mais pas encore actée", a tenu à préciser Di Pasquale. Il serait secondé par un autre ex-numéro 1 français, Cédric Pioline, selon un modus operandi restant à définir. Présent à l'US Open la semaine dernière, Pioline avait confirmé que Noah avait bien été approché et qu'il était lui-même intéressé par une collaboration avec l'ex-vainqueur de Roland-Garros. "On ne va pas cacher qu'il y a des discussions en cours avec la Fédération française de tennis (FFT)", avait expliqué Cédric Pioline à l'US Open le 11 septembre dernier. "Il nous apparaît normal et logique de prendre les choses les unes après  les autres. Aujourd'hui c'est l'arrêt de la collaboration qui est actée et  après on doit finaliser les conditions avec lesquelles on peut travailler avec  Yannick". "Il nous apparaît normal et logique de prendre les choses les unes après  les autres. Aujourd'hui c'est l'arrêt de la collaboration qui est actée et  après on doit finaliser les conditions avec lesquelles on peut travailler avec  Yannick", a tenu à préciser Jean-Pierre Dartevelle, vice-président de la FFT présent également à ce point presse.

"J'ai le souhait de travailler avec Yannick (Noah) si jamais les choses avancent", avait également reconnu l'ancien finaliste de l'US Open en 1993 et  de Wimbledon en 1997. Noah, lui, ne s'est pas encore manifesté et attendrait d'avoir le soutien de tous les sélectionnables pour replonger dans le grand bain. Un soutien loin d'être acquis puisque les joueurs français étaient divisés entre ceux qui voulaient garder Clément (Benneteau notamment avec Mahut) et ceux qui voulaient le voir partir (Tsonga). "Je ne sais pas s'il y a des réticences des joueurs à sa nomination.  Yannick parle actuellement avec eux. Un soutien total, cela fait partie de ses  conditions", a précisé Jean-Pierre Dartevelle. Pour les fameux mousquetaires (Tsonga, Simon, Monfils, Gasquet), le temps presse puisque ils auront dépassé la trentaine l'année prochaine. La FFT espère qu'avec le charismatique Noah, la magie pourrait opérer une nouvelle fois.