Clubs, joueurs, entraîneurs, le tennis français détaille son plan de relance

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Monier
La pratique du tennis est de nouveau autorisée dans les clubs depuis le 11 mai
La pratique du tennis est de nouveau autorisée dans les clubs depuis le 11 mai | AFP

Les modalités du plan de relance du tennis français ont été présentés par le président de la FFT, Bernard Giudicelli. Sur les 35 millions d'euros d'aides promis depuis début avril, 21 millions iront aux clubs, 9 aux acteurs du circuit professionnel et 5 aux entraîneurs et enseignants indépendants.

Les détails du “plan de soutien et de relance pour l’écosystème du tennis français”, à hauteur de 35 millions d’euros, ont été dévoilés ce lundi par le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli. Voté le 10 avril dernier, ce plan sera opérationnel à partir du 3 juin et jusqu’au 31 août 2021. "La FFT souhaite, à travers ce dispositif, apporter son soutien à tous les acteurs français du tennis et des disciplines associées concernés par cette crise sans précédent" a expliqué le président de la FFT.

21 millions d'euros pour les clubs

Les clubs seront les principaux bénéficiaires de ce plan, avec 21 millions d’euros pour les clubs affiliés à la FFT. Des mesures de soutien immédiat pour compenser la perte économique du confinement, mais aussi des mesures de relance pour “favoriser la reprise de l’activité”. Les ligues régionales seront en charges de la répartition. “Nous allons indiquer à nos ligues le plafond moyen par catégorie de club (petit/moyen/gros), a expliqué Giudicelli. Il appartiendra ensuite à chaque ligue d’ajuster ce plafond selon leur budget et leur politique régionale.” Les entraîneurs et enseignants indépendants, qui n’ont donc pas pu disposer des mesures d’aides concernant les salariés des clubs, recevront cinq millions d’euros. 

à voir aussi Tennis : L'ATP et la WTA repoussent le début de saison à août, 12 tournois annulés Tennis : L'ATP et la WTA repoussent le début de saison à août, 12 tournois annulés

105 joueurs et joueuses concernées

Les “acteurs du circuit professionnel” recevront eux 9 millions d’euros. Cela comprend notamment 66 joueurs et 39 joueuses hors du Top 100 mondial, ainsi que certains professionnels de disciplines affiliées, comme le tennis handisport (5 joueuses, 11 joueurs), le paddle (5 joueuses, 8 joueurs) et le beach-tennis (4 joueurs et 4 joueuses). Les arbitres et les organisateurs de tournois ayant été annulés ou reportés sont également concernés. Bernard Giudicelli a également précisé que la FFT, en tant qu’organisatrice d’un tournoi du Grand Chelem, a donné un million d’euros au fond international pour les joueurs classés entre la 100 et la 500e place mondiale. 

Un plan financé en partie par un emprunt

Ces montants ne sont pas arrêtés, et pourraient être adaptés selon les besoins de chacune de ces trois branches, mais sans dépasser le montant global de 35 millions d’euros. Un total financé en grande partie par la Fédération, sur son budget de fonctionnement et sur un emprunt dont le montant doit encore être validé lors de la prochaine assemblée générale de la FFT. Les ligues et comités départementaux ont contribué à hauteur de quatre millions d’euros, sur la base du volontariat. 

Pour faire une demande d’aides, il faudra s’inscrire à partir du 3 juin sur une plate-forme dédiée. Les conditions d’accès aux aides seront précisées d'ici le 3 juin selon la "famille" concernée. Bernard Giudicelli a précisé qu’il n’y aurait pas de critère de mérite pour les joueurs. “Il faut être professionnel en activité, numéroté au classement français, être licencié à la FFT et résident fiscal français, avoir un numéro SIRET (statut d’entrepreneur indépendant) ainsi qu'avoir demandé et obtenu l’aide de 1 500 euros pour les travailleurs indépendants", a déclaré le président de la FFT.