Ça s'est passé le 4 juillet 1981 : John McEnroe bat Björn Borg en finale de Wimbledon

Publié le , modifié le

Auteur·e : Antoine Limoge
McEnroe

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

John McEnroe a réalisé, samedi 4 juillet 1981, l'impossible exploit : il a battu Björn Borg dans la finale de Wimbledon. Le score : 4-6, 7-6, 7-6, 6-4. Le match s'est joué sur deux jeux de différence et l'admirable vaincu - pour une fois au nom de Borg ! - n'avait perdu, en tout et pour tout, que deux fois son service et livré une énorme bataille tout au long de ces trois heures vingt.

En se tenant, cette fois, comme un grand sur le Centre Court et, de ce fait, témoignant le plus grand respect pour le champion suédois, John McEnroe a donné une nouvelle image de lui ce 4 juillet 1981 : celle d'un homme qui produit son maximum quand il fait taire ses démons. Il a en outre infligé un pied-de-nez magistral aux officiels qui n'avaient cessé de le verbaliser. Dans l'euphorie de cette finale magnifique, ceux-ci se sont-ils montrés eux aussi beaux joueurs ? Pas du tout. Ils se sont couvert de ridicule en menaçant le vainqueur, à sa sortie du court, d'une amende de 10 000 dollars pour conduite indécente durant tout le tournoi. Or la tradition, et c'est le plus drôle, veut que le champion de Wimbledon devienne automatiquement membre du All England Lawn Tennis and Croquet Club...

La finale légendaire de 1980 reste dans la tête de McEnroe

Mais avant de se concentrer sur cette finale de Wimbledon 1981, il faut revenir un an auparavant pour tout comprendre. Comprendre la naissance d'une rivalité quasi immortelle. C'est un match marathon de 5 sets comme on les aime en finale. Sur le court central, la température est aussi élevée que le moment est mythique tant il signe l'apogée de Bjorn Börg et la naissance de McEnroe. C'est un véritable tournant. Le quadruple tenant du titre suédois ne s'attend pas à être aussi bousculé face au jeune McEnroe, teigneux de 21 ans.

Les deux mêmes premiers rôles du tennis mondial réalisent un match légendaire, un combat de titans, où au final c'est encore une fois Bjorn Börg qui s'impose après plus de 4 heures heures d'effort. Une grande victoire pour Borg mais une défaite légendaire pour McEnroe qui gagnera les trois autres finales de Grand Chelem face au géant suédois. Mac le fou est au bout physiquement et mentalement mais sait qu'il aura sa revanche et elle arrivera plus vite que prévu. La rivalité entre les eux hommes ne fait que commencer. 

4 juillet 1981, McEnroe prend sa revanche 

Retour en 1981. McEnroe célèbre sa victoire sur le court de Wimbledon. L'Américain a enfin fait taire ses démons pour battre son grand rival. Mais ce n'est pas une victoire comme les autres. Elle interrompt l'incroyable série du suédois qui était sur 5 triomphes d'affilée sur le gazon londonien. Une prestation historique que Börg voulait poursuivre. Il était devenu le premier joueur de l'ère Open à remporter un même tournoi du Grand Chelem cinq fois consécutivement. En atteignant la finale en 1981, il totalise alors une série incroyable de 41 matchs gagnés consécutivement sur le gazon londonien. Cette série de victoire demeure - aujourd'hui encore - le record d'invincibilité dans un tournoi du Grand Chelem. Mais finalement, la ténacité et la fougue du jeune McEnroe auront suffi à faire perdre le roi de Wimbledon.

Ce dernier était déjà passé tout proche de l'élimination en demi finale contre Jimmy Connors. C'est un autre Américain qui aura fini le travail quelques jours plus tard. Après avoir remporté le premier set 6-4, Borg perd les trois suivants dont deux au tie break (6-4, 6-71, 6-74, 4-6). Le feu follet McEnroe vient de terrasser le meilleur joueur sur gazon et sans trembler. Cette victoire de l'Américain sonne comme une passation de pouvoir entre les deux hommes. Björn Borg confirmera que, au-delà de la défaite, cette finale aura marqué une fin.

Une défaite qui sonne la fin pour Borg

"Je sais que cela paraît fou, mais je n'ai absolument pas été déçu (sa défaite à Wimbledon en 1981). De retour au vestiaire, je n'étais pas triste. C'était étrange. Lorsque je suis rentré à l'hôtel, je n'ai plus repensé à la défaite. J'ai alors réalisé que quelque chose ne tournait plus rond. Ce scénario s'est répété à l'US Open, quelques mois plus tard. Après la victoire de John McEnroe, j'ai directement filé à la maison que je possédais alors à Long Island. J'ai sauté dans la piscine comme un vacancier. Là, en me prélassant, j'ai réalisé que la motivation n'était plus là. Ce jour-là, âgé de 25 ans, j'ai décidé d'arrêter ma carrière. Décision que je n'ai jamais regrettée. J'avais été no 1, devenir no 2 ne m'intéressait pas", déclare le Suédois en 1982. À seulement 26 ans et alors qu'il a remporté 11 titres du Grand Chelem, Bjorn Borg met un terme à sa carrière. La faute notamment à l'éclosion du prodige McEnroe. 

La rivalité entre les deux hommes n'aura duré que 4 années mais elle aura été la plus importante de l'histoire du tennis, l'une des plus marquantes. Une opposition de style dans le jeu, dans l'attitude, entre le feu et la glace, entre l'attaquant et le défenseur. 

Antoine Limoge