Bjorn Borg, l'homme au bandeau
Bjorn Borg, l'homme au bandeau | AFP

Bjorn Borg, le maudit

Publié le , modifié le

A un peu plus de deux semaines du début de l'US Open, voici le troisième volet d'une galerie de stars qui ont marqué leur époque depuis 1978, première année où le tournoi s'est disputé sur le decoturf de Flushing Meadows. Aujourd'hui, éclairage sur le Suédois Bjorn Borg, toujours malheureux à New York où il a notamment buté deux fois sur John McEnroe en finale. Il y a aussi joué quelques matchs mémorables dont celui contre Roscoe Tanner en 1980.

Roscoe Tanner contre Bjorn Borg à l'US Open 1979

S'il est une injustice dans l'histoire du tennis, c'est bien celle-là: jamais Bjorn Borg n'a réussi à remporter l'US Open malgré quatre finales entre 1976 et 1981 ! Quelle incongruité. Quelle déveine. Sextuple vainqueur à Roland-Garros et quintuple lauréat à Wimbledon, le Suédois a toujours buté sur la dernière marche aux Internationaux des Etats-Unis, que ce soit à Forest Hill (sur terre battue) en 1976 contre Jimmy Connors ou ensuite sur le ciment de Flushing Meadow à trois reprises (1978 contre Jimbo, 1980 et 1981 face à John McEnroe. Une incroyable série noire qui a probablement empêché Borg de réaliser le Grand Chelem vu que l'Open d'Australie se déroulait à l'époque en décembre et que le Scandinave ne dédaignait pas s'y rendre, attendant pour cela l'occasion d'enlever un quatrième Majeur consécutif.

Sa plus belle victoire: contre Roscoe Tanner, quart de finale 1980: 6-4, 3-6, 4-6, 7-5, 6-3

Lorsque Bjorn Borg se présente sur le central Louis-Armstrong en ce mercredi de septembre 1980, il sait qu'il va devoir lutter pour écarter de sa route un adversaire qu'il n'aime pas affronter: l'Américain Roscoe Tanner. Gaucher au service de mammouth, grand escogriffe doté d'une belle volée, Tanner avait comme objectif de se ruer au filet à la moindre occasion. Borg avait déjà dû batailler cinq sets avec lui en finale de Wimbledon en 1979 et l'Américain avait pris sa revanche en quarts de finale à New York deux mois plus tard, à la surprise générale. Certes, le numéro 1 mondial était diminué mais l'exploit du natif de Chattanooga n'est pas mince. Il s'imposait en quatre manches (6-2, 4-6, 6-2, 7-6) devant un public en délire. Un an plus tard, les deux hommes se retrouvent donc au même niveau de la compétition et Borg attend sa revanche. A l'issue d'un combat titanesque, le Suédois vient à bout de son rival à l'usure. Mené deux sets à un par le vainqueur de l'Open d'Australie 1977, "Iceborg" renverse la vapeur pour arracher la qualification dans le dernier carré (6-4, 3-6, 4-6, 7-5, 6-3). Il fera encore mieux en remontant deux sets de handicap contre le Sud-Africain Johan Kriek en demi-finale (4-6, 4-6, 6-1, 6-1, 6-1) mais, fatigué par ses efforts, devra s'incliner en cinq manches contre John McEnroe le dimanche suivant (7-6, 6-1, 6-7, 5-7, 6-4). En 1981, avant de perdre de nouveau contre "Big Mac" en finale, Borg matera une nouvelle fois Tanner en quart (7-6, 6-3, 6-7, 7-6). Une "belle" qu'il ne pouvait pas laisser échapper.

Ses autres matches de référence

Sa victoire contre Jimmy Connors, demi-finale 1981: 6-2, 7-5, 6-4

Lors de sa dernière tentative de gagner ce tournoi qui se refuse à lui, Bjorn Borg écarte de sa route le jeune Yannick Noah en quatre sets en huitièmes de finale puis il domine le redoutable Roscoe Tanner en quart. En demi-finale se profile l'obstacle Jimmy Connors, le grand rival du Scandinave dans les années 70 avant que McEnroe ne vienne leur piquer la place au sommet du tennis mondial. Tout le monde s'attend à une farouche empoignade entre le gaucher flamboyant et le métronome suédois. Las, Borg est injouable et il le bat 6-2, 7-5, 6-4 sans coup férir. Malheureusement pour lui, il devra encore subir le joug de McEnroe en finale (4-6, 6-2, 6-4, 6-3).

Sa défaite contre John McEnroe, finale 1980: 7-6, 6-1, 6-7, 5-7, 6-4

L'année 1980 est clairement celle de Bjorn Borg. Impressionnant, le Suédois remporte le Masters disputé début janvier au Madison Square Garden de New York avant de conserver ses titres à Roland-Garros (contre l'Américain Vitas Gerulaitis) et à Wimbledon (face à McEnroe dans une mémorable finale en cinq manches). Il aborde Flushing Meadows avec l'ambition de conquérir enfin cet US Open qui le fuit. En finale, il retrouve sa victime de Londres, bien décidé à prendre sa revanche. McEnroe commence d'ailleurs le match à fond en enlevant le premier acte au jeu décisif puis le second sèchement (6-1). Borg, qui n'est pas genre à abdiquer, revient dans la course en s'adjugeant les deux manches suivantes avant de finalement succomber face aux coups de boutoir d'un "Big Mac" irrésistible à mesure que les bruyants fans new yorkais l'encouragent. La pilule est amère pour la légende Borg qui perd ce jour-là un peu plus qu'un nouveau Grand Chelem. Une aura phénoménale due à sa quasi invulnérabilité.

Palmarès à Flushing Meadows: 3 finales

1978: finale contre Jimmy Connors
1979: quart contre Roscoe Tanner
1980: finale contre John McEnroe
1981: finale contre John McEnroe