serena williams trophée masters 2012
serena williams trophée masters 2012 | AFP - BULENT KILIC

Williams, en toute sérénité

Publié le , modifié le

Serena Williams s'est adjugé une troisième couronne lors du Masters d'Istanbul. En finale, l'Américaine n'a fait qu'une bouchée de Maria Sharapova (6-4, 6-3) qui avait pourtant impressionné toute la semaine. Williams confirme ainsi sa fin de saison en trombe après s'être imposée à Wimbledon, aux JO de Londres et à l'US Open. La place de numéro un mondiale n'est plus qu'une question de temps.

Rien ne lui aura résisté dans la seconde moitié de l'année. Wimbledon, Londres, New York et désormais Istanbul. Serena Williams a raflé quatre des six couronnes distribuées cette année. Si son début de saison fut "raté", l'Américaine s'est rattrapée pour confirmer son statut de plus grande joueuse du circuit actuel. Et peut-être davantage encore.

Même face à Maria Sharapova, impressionnante depuis le début du Masters et invaincue jusque-là, Serena n'a pas tremblé. Comme lors de la finale des Jeux olympiques de Londres (6-0, 6-1), elle s'impose en deux petites sets, même si cette fois, elle a laissé filer un petit peu plus de jeux (6-4, 6-3), dimanche en finale. Mais sur les rives du Bosphore, la cadette des sœurs Williams s'en est remise à son service de feu (11 aces) pour maintenir une Russe, bien plus volontaire mais rapidement dominée, loin du filet et signer sa neuvième victoire consécutive sur son adversaire. Sharapova a tout donné, mais c'était insuffisant pour faire vaciller son adversaire.

A chaque set, la numéro trois mondiale s'est chargée de faire le break au meilleur moment, alors qu'elle menait 3-2. Impeccable sur son service (70% de première balle), Sharapova a pu compter sur son énorme envie. Mais cela n'a pas suffi face aux 40 coups gagnants de l'Américaine qui ne lui a pas concédé une seule balle de break.

Serena-Mouratoglou, une affaire qui marche

Oubliée l'année 2011 calamiteuse, gâchée par une embolie pulmonaire et une blessure au pied. Oubliée aussi la déconvenue de Roland-Garros et l'élimination surprise par Virginie Razzano au premier tour, Serena Williams est redevenue la reine incontestée du circuit féminin. Son association avec le Français Patrick Mouratoglou a sonné le réveil de la joueuses aux 15 titres du Grand Chelem. Depuis juin 2012, elle affiche même un bilan qui donne le vertige : 31 victoires, 1 défaite (Angelique Kerber à Cincinnati). La numéro un mondiale officieuse tant elle a dominé ses rivales (18 victoires de rang sur une joueuse du Top5 mondial) et paraît produire un tout autre tennis. "Je me sens vraiment bien, je suis ravie", a-t-elle confié trophée en mains. "C'est presque la meilleure saison de ma carrière. J'ai commencé lentement. Mais je serai là en 2013."

La boucle est désormais bouclée pour Serena Williams qui empoche à Istanbul, son troisième Masters, après 2001 et 2009. Elle prend également sa retraite sur la finale de 2004 où elle s'était inclinée face à Maria Sharapova, la dernière victoire de la Slave dans leurs confrontations. A 31 ans, Serena devient également la gagnante la plus âgée du tournoi. Elle ne montera pas sur la plus haute marche du classement WTA cette année. Victoria Azarenka s'en était définitivement emparée un peu plus tôt dans la semaine. Mais cela n'est plus qu'une question de semaines. 2013 démarrera forcément mieux que 2012.