Stan Wawrinka
Stan Wawrinka | KOEN SUYK / ANP MAG / ANP/AFP

Wawrinka renverse Berdych à Rotterdam

Publié le , modifié le

Le Suisse Stanislas Wawrinka (tête de série N.4) a remporté le tournoi de Rotterdam (en salle, surface dure) en battant en finale le Tchèque Tomas Berdych (N.3) 4-6, 6-3, 6-4, ce dimanche. Il enlève le neuvième tournoi ATP de sa carrière, le premier cette saison.

L'actuel N.8 mondial, breaké à 3-3 dans la première manche avant de  s'incliner 6-4 en 45 minutes, a retourné en milieu de deuxième set une  situation compromise tant Berdych semblait sûr de son jeu. Et dans le troisième, il a pris le service de son adversaire à deux  reprises pour finalement s'imposer en un peu moins de deux heures. 

Bien qu'ayant réussi neuf aces, pour trois seulement à son adversaire,  Berdych a été trahi par son service, très peu performant en première balle (51%  de réussite), laissant échapper sa mise en jeu à trois reprises sur la surface  dure et relativement rapide de l'Ahoy de Rotterdam. N.7 mondial et tenant du titre, impressionnant en demi-finale face au  Français Gilles Simon, il n'a pu livrer le même récita. Il a trouvé face à lui  un adversaire qui a bien tenu les longs échanges.

"Je suis allé la chercher"

"J'avais beau agresser Stan avec de lourds coups droits, la balle revenait  toujours. Il a fait un gros match. J'ai toujours autant de difficulté à  appréhender son jeu", a concédé le Tchèque de 29 ans qui disputait aux Pays-Bas  sa deuxième finale cette saison, après celle perdue à Doha en janvier face à  l'Espagnol David Ferrer (6-4, 7-5). En seize confrontation directe, Berdych n'a battu Wawrinka qu'à cinq  reprises.

Le Suisse, présent seulement pour la deuxième fois à Rotterdam (en 2005 il  avait été sorti en 8e de finale par Roger Federer), a remporté là son deuxième  titre de 2015 après celui décroché à Chennai face au Slovène Aljaz Bedene (6-3,  6-4). "Je suis allé la chercher, celle-là", a lancé Wawrinka dimanche à propos de  sa victoire dans un tournoi doté de 1.478.850 euros, au moment de recevoir la  coupe des mains du directeur de l'épreuve, l'ancien joueur néerlandais Richard  Krajicek. 

Il n'avait pas connu une semaine facile, reconnaissant avoir été mis en  difficulté lors de chacun de ses matches, successivement face au Néerlandais  Jesse Huta Galung, à l'Espagnol Guillermo Garci-Lopez, au Luxembourgeois Gilles  Muller et au Canadien Milos Raonic, qui l'aura forcé à disputer deux jeux  décisifs en demi-finale.

AFP