tsonga queen's 11062011
Jo-Wilfried Tsonga | GLYN KIRK / AFP

Une première pour Tsonga

Publié le , modifié le

Bourreau de Rafael Nadal la veille, Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié pour la finale du tournoi sur gazon du Queen's, une première pour le Manceau sur cette surface. Pour y parvenir, Tsonga a dominé le Britannique James Ward 6-3, 7-6 (7). Cette demi-finale n'était pas une partie de rigolade pour la tête de série N.5, qui a été accrochée dans le deuxième set face au 216e joueur mondial. Tsonga jouera en finale face à Murray.

Après avoir remporté la première manche 6-3, Tsonga pensait sans doute avoir fait le plus dur et s'est totalement relâché au début du deuxième set. Conscient qu'il n'avait plus rien à perdre, et jouant devant son public, James Ward a pris rapidement le service du Français pour mener 2-0, puis 4-1. C'est alors que le Manceau s'est réveillé pour renverser la tendance et arracher un tie-break pour s'imposer dans ce jeu décisif 9-7. "J'étais assez tendu parce que je savais que ce match était largement à  ma portée", a expliqué Tsonga. "J'ai eu du mal à lâcher mes coups. C'est moi qui avais la pression. Sur gazon, on a déjà vu de très grandes surprises. Des joueurs moins bien classés mais très offensifs et qui jouent avec talent réussissent alors qu'ailleurs ils n'y arrivent pas", a-t-il expliqué.

Au prochain tour, il retrouvera un autre Britannique. Et cette finale s'annonce compliquée face à Andy Murray. "Il va falloir que je sois agressif, que j'écourte les échanges. Plus ça  va être long, plus il va se régaler. Il adore jouer à la baballe sur l'herbe. On a pu le voir aujourd'hui contre Roddick, c'était tout simplement une leçon. Il va falloir que je sois très bon si je veux gagner", a reconnu le joueur de 26 ans. Tsonga visera tout de même un sixième titre, le premier de sa carrière depuis qu'il n'a plus d'entraîneur officiel. Le Sarthois participera à sa deuxième finale de l'année, après celle disputée à Rotterdam.

Dans l'autre demi-finale, Murray n'a fait qu'une bouchée de l'Américain Andy Roddick 6-3 6-1. Dès le premier jeu, Murray a pris les devants en faisant le break. "J'ai réalisé un bon début de match (3-0 puis 4-1, ndlr) et je suis parvenu à le breaker d'entrée dans chaque set, a expliqué Murray à l'issue de la rencontre. Ce n'est pas courant de faire un match aussi bon. C'est l'un de mes meilleurs, tout ce que je touchais restait dans le court. Si on rejouait cette rencontre, je ne sais pas si le résultat serait le même (...) Andy est venu assez souvent au filet mais j'ai réussi pas mal de passings (...) Je ne m'étais pas rendu compte que c'était allé si vite." Et pour le plus grand plaisir du public britannique, il a bouclé cette rencontre en ne concédant que quatre jeux, de quoi donner confiance aux supporteurs anglais qui attendent depuis 1936 la victoire d'un Britannique à Wimbledon. Mais n'est pas Fred Perry qui veut, et Murray devra faire face à un Jo-Wilfried Tsonga en pleine confiance depuis qu'il a éliminé Rafael Nadal.

Romain Bonte