Jo-Wilfried Tsonga - Monte-Carlo 2011
Jo-Wilfried Tsonga | AGFP - VALERY HACHE

Tsonga trop juste pour Federer

Publié le , modifié le

Pas de surprise au 2e tour de Rome où Roger Federer a battu Jo-Wilfried Tsonga (6-4, 6-2). Gilles Simon a lui aussi trébuché face à l'Argentin Juan Ignacio Chela. De son côté, le Serbe Novak Djokovic s'est aisément qualifié pour les 8e de finale en battant le Polonais Lukasz Kubot (6-0, 6-3) tandis que Rafael Nadal a connu les pires difficultés pour se défaire de l'Italien Paolo Lorenzi 6-7 (5/7), 6-4, 6-0.

Jo-Wilfried Tsonga avait beau claironner qu'il connaissait les recettes pour battre Roger Federer, le Français n'a pas réussi à les mettre en œuvre face au Suisse. Le n°3 mondial, qui menait trois victoires à une dans leurs confrontations avant le début du match, a quant à lui réalisé un début de match parfait pour rapidement prendre les devants. Bien aisé par une première balle impeccable, Federer parvient à dicter les échanges, de loin la filière où il est le meilleur sur terre battue. La mécanique suisse va ensuite quelque peu se gripper mais Tsonga n'en profite pas. Après avoir perdu le premier set, le Manceau cherche à forcer la décision, et ses coups, mais cette prise de risques est trop inconsidérée. Dans une fin de match rendue crispée par les fautes directes des deux côtés, Tonga se procure bien cinq balles de débreak mais c'est bien Federer, d'un coup droit gagnant, qui conclut ce match (6-4, 6-2). "J'ai pris une volée mais je me fais plaisir sur le court, c'est sympa d'affronter ces joueurs-là", déclarait "Jo" après le match. "Il n'y a que comme ça qu'on progresse. "Volée", le terme est cru, mais des choses m'ont plu, et j'ai quand même quelques petites occasions de le breaker. Il faut que je regarde devant, c'était un match difficile, il a été bien au-dessus de moi." Au prochain tour, le Suisse retrouvera un autre Tricolore, Richard Gasquet. Avec la même réussite à la clé ?

Simon cale, Djokovic se promène

"Il n'y a pas huit mille raisons à trouver, il a mieux joué que moi tout simplement, il était plus régulier, il attaquait bien", a expliqué Simon pour expliquer sa contre-performance face à Chela. Je ne peux pas jouer toujours aussi bien que lundi contre Roddick..." Après un premier set disputé, Simon, 19e à l'ATP, a vite concédé deux breaks dans la deuxième manche (4-1) et a subi la loi de l'Argentin, 42e mondial, en 1h32. Il a aussi râlé sur le court, insultant à voix haute le cordeur, notamment. "Rien n'est stable pour moi cette saison, sauf les résultats. L'attitude, l'envie, le jeu..." regrettait le Français, revenu dans les vingt premiers, son "gros objectif" du début de saison. "Mais les résultats, c'est vrai, sont stables. Je suis remonté là où j'avais envie, et tant que je n'aurai pas envie d'aller plus haut, je n'irai pas plus haut, c'est aussi simple que ça".

Pas de souci du côté de Djokovic. Il a battu le Polonais Lukasz Kubot (6-0, 6-3), signant sa 33e victoire consécutive depuis le début de l'année 2011. Kubot, 141e mondial, a tout de même résisté dans la seconde manche, gagnant  trois fois sa mise en jeu après avoir été mené 3-0, à chaque fois très applaudi par le central du Foro Italico. Puis la classe du Serbe, N.2 mondial, lui a permis de remporter le match. Il rencontrera au troisième tour le Suisse Stanislas Wawrinka (N.14), vainqueur de l'Italien Filippo Volandri (6-1, 3-6, 6-2).

Nadal rame

Si Djokovic s'est amusé, Rafael Nadal, lui, a trimé. L'Espagnol accuse-t-il le coup, physique ou psychologique, après sa défaite en finale à Madrid face au Serbe dimanche dernier ? Le numéro 1 mondial a semblé en effet bien émoussé face au modeste Italien Paolo  Lorenzi, 148e au classement ATP (6-7 (5/7), 6-4, 6-0). En petite forme, frappant moins fort qu'à l'accoutumée, Nadal a  fait rêver le Central du Foro Italico, qui a longtemps cru que son protégé  viendrait à bout du géant. Lorenzi, 148e à l'ATP, spécialiste des tournois ATP Challenger, a  brillamment donné la réplique au Majorquin dans les deux premières manches. Il  a remporté au tie-break la première, dès sa première balle de set, Nadal  ratant  un smash facile. Dans le deuxième set, Lorenzi, qui n'a gagné que six matches dans sa  carrière sur le circuit principal, a encore tenu tête à Nadal , qui perdrait sa  place de N.1 s'il n'atteignait pas les demi-finales à Rome et que Djokovic s'y  imposait. Dans la troisième manche, l'Italien a lâché prise et Nadal, vainqueur final  ici-même cinq fois ces six dernières années, s'est imposé 6-0. Mais la terre battue a tremblé.

Résultats de la 4e journée
2e tour:
Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Paolo Lorenzi (ITA) 6-7 (5/7), 6-4, 6-0
Feliciano Lopez (ESP) bat Philipp Kohlschreiber (GER) 6-4, 3-6, 6-3
Mardy Fish (USA/N.11) bat Ivan Ljubicic (CRO) 7-6 (7/2), 5-7, 6-2
Marin Cilic (CRO) bat Carlos Berlocq (ARG) 6-4, 6-3
Roger Federer (SUI/N.3) bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA) 6-4, 6-2
Florian Mayer (GER) bat Jurgen Melzer (AUT/N.8) 6-4 (abandon)
Juan Ignacio Chela (ARG) bat Gilles Simon (FRA) 6-4, 6-2
Potito Starace (ITA) bat Viktor Troicki (SRB/N.15) 6-4, 6-4
Nicolas Almagro (ESP/N.9) bat Sam Querrey (USA) 6-3, 7-6 (7/4)
Stanislas Wawrinka (SUI/N.14) bat Filippo Volandri (ITA) 6-1, 3-6, 6-2
Novak Djokovic (SRB/N.2) bat Lukasz Kubot (POL) 6-0, 6-3

Isabelle Trancoën