Tsonga: "Besoin d'être à mon meilleur"

Tsonga: "Besoin d'être à mon meilleur"

Publié le , modifié le

En ayant "été au-delà de la frustration" d'un premier set poussif contre John Isner, Jo-Wilfried Tsonga a gagné le droit de jouer la finale du BNP Paribas Masters de Bercy face à Roger Federer. "Je sais qu'il faut que je sois agressif. Il ne faut pas que je subisse le jeu, sinon j'ai perdu", avertit-il. Pour ce neuvième affrontement, et le sixième cette année, il pourra compter sur l'appui d'un public qui l'a énormément soutenu contre l'Américain.

- Vous avez été vraiment très loin pour chercher cette victoire. Comment avez-vous fait pour dépasser votre frustration après ce premier set très difficile pour vous ?
Jo-Wilfried Tsonga: "Je pense que j'ai été au-delà de la frustration. Le premier set a vraiment été très dur. J'avais chaud, je transpirais beaucoup. Je n'étais pas à l'aise. Petit à petit, je me suis dit qu'il fallait que je profite de ce moment-là. Ce sont des moments extraordinaires. Il y a du monde qui te soutient. Les gens sont derrière toi. Personne ne t'oblige à gagner. Il faut absolument que tu te la kiffes, que tu te fasses plaisir. À partir de là, j’ai commencé à être un peu mieux, à me faire plaisir dans les retours, à essayer d'avancer, de la prendre tôt, quitte à prendre des aces ou ne pas mettre la balle dans le terrain, au moins jouer le tennis que j'aime jouer et qui me fait bien jouer."

- Revenons à 4-4 dans le troisième set, au moment où vous réalisez un superbe passing-shot de revers à une main. Qu'avez-vous ressenti ?
JWT: "C'est juste extraordinaire. Comme je le disais tout à l'heure, je suis privilégié de pouvoir vivre des moments comme ça. Des ambiances pareilles, je n’en ai pas vécu beaucoup. J'ai presque envie de dire que je n'en ai pas vécu des aussi fortes. Ça faisait beaucoup de bruit quand les gens tapaient sur le sol, tout Bercy vibrait, c'était juste extraordinaire."

- Vous trouviez-vous dans l'obligation de gagner en sachant que Roger Federer s'était qualifié pour la finale ? Tout le monde ne parlait que de cette finale...
JWT: "Je sais que John est le genre de joueur que je n'aime pas affronter. Il sert extrêmement bien. Il met énormément de pression sur vous en retour, et j'ai beaucoup de mal à le breaker. C'est toujours une lutte pour moi. Je savais avant d'entrer sur le court que ce serait extrêmement compliqué. Jusque-là, je n'avais jamais réalisé de bons matches contre ce genre d'adversaire."

- Demain, vous affronterez Roger Federer en finale. Il a moins joué que vous. Pensez-vous que cela aura une influence sur la finale ?
JWT: "Cela aura un impact parce que tout ce qui s'est passé avant à des conséquences sur la suite. Est-ce que cela jouera contre moi ? Je ne sais pas. Parce que passer du temps sur le terrain est également une bonne chose parce que, bien sûr il y a la fatigue, mais vous vous habituez aussi à l'environnement, au court... Vous avez plus de repères. Quand je ne joue pas le match d'avant, c'est plus difficile. Quand je joue contre John, je n'ai pas beaucoup de chances de beaucoup frapper la balle. Mais si la question est de savoir si je vais perdre ou gagner à cause de ça ? Je ne sais pas."

- Sur les trois derniers matches contre Roger, vous en avez gagné deux, dont celui à Wimbledon. Pensez-vous avoir trouvé la clé pour le dominer ?
JWT: "Non, je sais que c'est difficile d'avoir une réelle tactique contre lui étant donné mes armes à moi. J'ai ma tactique bien sûr. Je sais qu'il faut que je sois agressif. Il ne faut pas que je subisse le jeu, sinon j'ai perdu. Je ne peux pas me dire comme Rafa je vais lui faire des ronds sur le revers et puis voilà. Je sais que, quoi qu'il arrive, pour gagner contre Roger, il faut que je joue mon meilleur tennis. Je ne me repose pas sur une tactique bien établie, il va falloir que je sois bien agressif et que je rentre dans le terrain le plus possible."

- Pensez-vous qu'il vous craint ?
JWT: "Forcément, il doit se dire que ce n'est pas un match si évident que ça parce que si c'était si évident que ça, il m'aurait battu à chaque fois qu'il m'aurait rencontré. Cela reste Roger, on sait qu'il est capable que du meilleur presque et que demain il va être très fort. Le défi est vraiment pour moi quelque part."

- Il n'a pas gagné de Grand Chelem depuis un moment, et il n'a pas gagné de Masters 1000 cette année. Reste-t-il spécial pour vous ?
JWT: "Oui. Pour moi, cela reste Roger Federer. Quoi qu’il arrive, il reste impressionnant. En cette fin de saison, il a envie de montrer à tout le monde qu'il est encore là, qu'il a encore de belles choses à faire dans le tennis. Forcément, demain, je vais jouer un Roger Federer qui sera très fort."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze