Le Grec Stefanos Tsitsipas rageur
Le Grec Stefanos Tsitsipas rageur | AFP - CARLOS PALMA / NurPhoto

Tsitsipas et Goffin se retrouvent dans la difficulté à Estoril

Publié le

Tête de série N.1 du tournoi d'Estoril, Stefanos Tsitsipas a éprouvé quelques difficultés pour se qualifier pour les demi-finales. Face au Portugais Joao Domingues, classé à la 214e position à l'ATP et qui est sorti des qualifications pour ensuite vaincre De Minaur (N.6) puis Millman, le Grec s'est imposé 7-6 (7/3), 6-4. Le 10e mondial affrontera au prochain tour le Belge David Goffin (N.4), vainqueur difficile du Tunisien Jaziri (75e mondial) 4-6, 7-6 (7/4), 6-2. C'est sa 2e demie de la saison, après celle à Marseille où il s'était incliné contre Tsitsipas.

C'est leur première éclaircie sur terre battue. Plutôt décevants à Monte Carlo comme à Barcelone où ils n'avaient pas gagné deux matches de suite, Stefanos Tsitsipas et David Goffin ont trouvé une plus grande régularité à Estoril. Sans pour autant faire preuve d'une énorme supériorité. 

Certes, Stefanos Tsitsipas n'a toujours pas perdu le moindre set cette semaine. Mais face au 214e mondial issu des qualifications, Joao Domingues, le Grec a mis 1h46 et a eu besoin de s'accrocher pour franchir cet obstacle. Le Portugais a été plus régulier au service (81% contre 59%), et s'est même payé le luxe de subtiliser à deux reprises l'engagement de la tête de série N.1, sur les quatre balles de break obtenues.

Tsitsipas-Goffin, 6e acte

David Goffin a eu encore plus de mal. Malmené par Malek Jaziri, il a dû s'incliner dans la 1re manche (6-4) avant d'arracher au forceps le jeu décisif de la 2e (7/4). En manque de confiance, le Belge a eu 20 balles de break, et a finalement réussi à n'en transformer que 6. C'est suffisant pour s'imposer au bout de 2h36 de combat (4-6, 7-6, 6-2) face au 75e mondial. Mais les cinq breaks concédés sont autant d'avertissements pour la tête de série N.4. Depuis le début de la saison, Goffin n'avait remporté que 7 matches en 9 tournois avant d'arriver à Estoril, où il a demandé une wild-card pour jouer cette épreuve qui n'était pas à son programme.

Ces deux victoires supplémentaires ne sont sûrement pas encore suffisantes pour le mettre dans une zone de confort. D'autant plus que son prochain adversaire, Tsitsipas, l'a déjà battu à 3 reprises en cinq affrontements passés, dont la dernière fois lors des demi-finales de l'Open 13 de Marseille. L'an dernier, lors de leur seul duel sur terre battue à Monte Carlo, le Belge s'était imposé en deux manches.