Tomic père et fils
John Tomic et son fils Bernard Tomic alors âgé de 15 ans (2008) | AFP - GREG WOOD

Tomic sans regret d'avoir frappé Drouet

Publié le , modifié le

Récemment condamné à huit mois de prison pour agression, le père du tennisman australien Bernard Tomic, a regretté mercredi dans la presse australienne ne pas avoir "vraiment frappé" Thomas Drouet, le partenaire d'entraînement de son fils qui l'avait "mérité". John Tomic a été condamné à huit mois de prison par la justice espagnole pour avoir agressé le Franco-Monégasque Thomas Drouet en mai à Madrid, lui cassant notamment le nez. Le père de Bernard Tomic, actuellement 50e joueur mondial à l'ATP, n'a pas été incarcéré et devrait vraisemblablement faire appel de cette décision.

"Je sais que je n'ai pas fait cela. Et maintenant je regrette de ne pas  l'avoir frappé, quand je vois cette campagne contre Bernard, contre moi", a  déclaré John Tomic au Sydney Morning Herald (SMH). "Je regrette vraiment de ne pas l'avoir frappé parce que je pense qu'il  l'avait mérité. Je sais que mes problèmes seraient encore plus grands  maintenant mais quand je vois comment il a menti...", a-t-il poursuivi. 

"Un choc tête contre tête"

Le père de Tomic réfute toujours avoir agressé Thomas Drouet: "c'était un  choc tête contre tête, quand il m'a frappé je l'ai juste attrapé et c'était un  choc tête contre tête" "Je dois tirer les conséquences de cette histoire et j'accepterai la  décision du tribunal et ce que j'aurai à faire, mais je n'ai pas fait cela",  a-t-il encore déclaré. 

La presse australienne a publié ce week-end un journal de bord de Thomas  Drouet dans lequel il affirme que John Tomic aurait frappé son fils à Monte  Carlo, avant l'incident de Madrid. "Jamais. Je n'ai jamais touché mon fils, mes  enfants. Je suis un père très fier et mes enfants m'aiment", a assuré John  Tomic au SMH. John Tomic a été banni de tout évènement organisé par l'ATP après cet  incident mais continue de s'occuper de son fils, avec lequel il doit préparer  les tournois de Bangkok, Pékin et Shanghai.

AFP