Federer Nadal Djokovic
Le sourire est de mise quand on a remporté les 12 derniers majeurs | AFP

Quel joueur sera le premier à rompre l'emprise du Big 3 en Grand Chelem ?

Publié le , modifié le

Annoncée depuis plusieurs années, espérée même par certains, la prise de pouvoir se fait attendre sur le circuit ATP. Le Big 3, composé par les trentenaires Federer (38 ans), Nadal (33 ans) et Djokovic (32 ans), a remporté les 12 derniers tournois du Grand Chelem. Mais la saison 2019 a noué de belles promesses, exacerbées par le Masters de Londres, où la jeunesse a montré les crocs.

Enhardis par leur parcours au Masters de fin de saison, ils sont unanimes. Alexander Zverev, Stefanos Tsitsipas et Dominic Thiem veulent croire en leurs chances en 2020. "Je pense qu’il y aura un nouveau vainqueur en Grand Chelem en 2020. Nous verrons qui ce sera, mais les jeunes jouent un tennis incroyable. Cela pourrait être Daniil (Medvedev), Stefanos (Tsitsipas) ou encore Dominic (Thiem). J'espère aussi être dans le coup", n'a pas hésité à déclarer Zverev après son élimination en demi-finale samedi. L'Allemand a ensuite été suivi par les deux finalistes du tournoi dimanche. 

Systématiquement frustrés par le Big 3 (Federer-Nadal-Djokovic) lors des 12 derniers tournois du Grand Chelem, les jeunes loups ont pu voir à Londres qu'il était possible de faire tomber les monstres de leur piédestal. Si ces derniers forcent le respect et ne peuvent que susciter l'admiration, leur domination tyrannique a créé une certaine lassitude par répétition scénaristique. Seuls deux joueurs nés après Novak Djokovic (plus jeune du Big 3, né en 1987) ont déjà remporté un tournoi du Grand Chelem : Marin Cilic à l'US Open 2014 et Juan Martin Del Potro à l'US Open 2009 (tous deux nés en 1988).

En 2019, on a pu voir, récemment, Daniil Medvedev faire vaciller Rafael Nadal en finale de l'US Open. Le Masters de Londres a consacré Stefanos Tsitsipas. Et plus largement, cinq joueurs de 26 ans ou moins sont actuellement placés dans le Top 8 mondial. Le Big 3 a pris une ride de plus, les prétendants sont plus nombreux et plus aguerris. Est-ce que 2020 consacrera pour autant un nouveau vainqueur de Grand Chelem ? Décryptage des forces et faiblesses des quatre prétendants les plus crédibles.

• Dominic Thiem 

C'est le numéro 4 mondial, le premier placé derrière les trois monstres. L'Autrichien est également le plus expérimenté et le plus âgé (26 ans) des cinq outsiders les plus proches du Big 3. C'est aussi celui qui reste sur deux finales à Roland-Garros. S'il s'est incliné les deux fois face à l'ogre Rafael Nadal, sa dernière tentative a montré des progrès puisqu'il a pris un set au Majorquin. Deux mois plus tôt, à Barcelone, Thiem était sorti vainqueur de sa demi-finale contre l'Espagnol en deux manches (Nadal était triple tenant du titre et avait remporté 11 des 15 dernières éditions du tournoi).

Capable de vaincre "Rafa" sur terre, l'Autrichien est encore plus à l'aise quand il s'agit d'affronter Roger Federer. Face au Suisse, il affiche un ratio flatteur de 5 victoires pour 2 défaites, d'autant qu'il reste sur une série de 3 victoires consécutives, toutes glanées en 2019. Son bilan est moins bon contre Novak Djokovic (4v, 6d), mais ses 4 victoires ont été remportées lors des 5 derniers face-à-face (2 à Roland, 1 au Masters, 1 à Monte Carlo). En 2019, il restera le joueur qui a remporté le plus de tournois sur le circuit ATP (ex aequo avec Djokovic, 5 au total).

L'Autrichien a su adapter son jeu sur dur, en restant moins systématiquement en fond de cours, prenant la balle plus tôt. Cela s'est traduit par deux titres sur la surface lors des deux derniers mois à Pékin et Vienne, ainsi qu'une finale au Masters. "Je pense que l’année prochaine, nous aurons des options de stopper l’hégémonie du Big 3 dans les Grands Chelems. Je l’ai déjà dit et je le répète : nous verrons un nouveau vainqueur de Grand Chelem l’année prochaine", a-t-il prévenu, malgré sa défaite contre Tsitsipas dimanche.

• Daniil Medvedev 

Véritable fusée en fin de saison, le Russe a marqué les esprits avec une finale extrêmement tendue contre Nadal à l'US Open. Battu en cinq manches après avoir obtenu une balle de match, Daniil Medvedev est le joueur qui est passé le plus proche de faire vaciller l'hégémonie tyrannique du Big 3 en tournoi du Grand Chelem. À 23 ans, il semble avoir franchi un cap en fin de saison. Du 13 août au 13 octobre, il a disputé 22 matches. Résultat : 21 victoires (1 défaite), 3 titres (Cincinnati, Saint-Pétersbourg et Shanghai) et une finale de majeur.

S'il n'avait semble-t-il plus de jus à partir du Masters 1000 de Paris, où il a été éliminé au premier tour par Jérémy Chardy avant de perdre ses trois matches à Londres, Medvedev a prouvé qu'il avait progressé dans son approche psychologique des matches et dans la gestion de ces derniers. Adoubé par John McEnroe, le Russe n'a pas hésité à provoquer le public new-yorkais. Là où certains joueurs auraient sans doute basculé du mauvais côté, il a su se nourrir de la frustration et y puiser une force redoutable.

En 2020, le numéro 5 mondial devra prouver que sa folle série de fin de saison n'était pas une enflammade ponctuelle. Son autre défi sera d'améliorer son bilan face aux trois gros. S'il a remporté ses deux derniers matches contre Djokovic, il affiche un bilan négatif contre chacun des trois meilleurs mondiaux et aucune victoire contre Nadal (0-3) et Federer (0-3). Notons, qu'il n'a jamais franchi le 1er tour à Roland-Garros, à chaque fois éliminé par un Français.

Medvedev : "La place de n°1 ne m'obsède pas du tout"

• Stefanos Tsitsipas

C'est le plus jeune des prétendants. À 21 ans, le Grec vient de remporter le Masters de Londres au terme d'une finale de haut niveau contre Dominic Thiem. Cette victoire survient seulement un an après son sacre au Masters Next Gen. Un an encore en arrière, il venait de faire son entrée dans le Top 100 mondial. Stefanos Tsitsipas est un talent précoce, un joueur avec une palette impressionnante, capable de varier les coups.

à voir aussi Masters de Londres : L'avènement de Tsitsipas Masters de Londres : L'avènement de Tsitsipas

Le temps fort de sa saison restera à coup sûr sa qualification en demi-finale de l'Open d'Australie. Avant de s'incliner contre Nadal, le Grec avait terrassé Federer en 4 sets. C'est le seul des 5 prétendants avec Thiem à avoir remporté un match contre un membre du Big 3 en tournoi du Grand Chelem. Plus largement, il les a tous battus cette année (dont Nadal à Madrid, sur terre battue). "Cette année a été ma meilleure année, (...) mais je pense que je peux faire mieux en Grand Chelem", a réagi Tsitsipas après sa victoire en finale du Masters sur Thiem dimanche. 

Le Grec est passé à la trappe dès son entrée en lice à l'US Open et à Wimbledon. Il a également été plutôt décevant à Roland-Garros, où il a été éliminé en huitièmes de finale. Cette défaite a d'ailleurs coïncidé à une baisse de régime dans sa saison (de début juin à fin octobre : 5 victoires, 8 défaites). La digestion de sa première année dans le Top 10 mondial n'a pas été facile, mais Tsitsipas a su reprendre le dessus.

• Alexander Zverev

Il a sûrement déjà grillé une cartouche. Vainqueur l'an dernier du Masters, Alexander Zverev n'a pas réussi à confirmer en 2019. L'Allemand est toujours bloqué en Grand Chelem. Jamais il n'a réussi à dépasser les quarts de finale. S'il est sûrement l'un des talents les plus précoces de l'histoire du tennis, sa régularité lui fait cruellement défaut. Cette année, "Sascha" a connu 7 éliminations dès son entrée en lice. A titre de comparaison, ça n'est arrivé à aucun des membres du Big 3 en 2019.

L'Allemand semble un peu plus en retrait par rapport aux trois autres prétendants cités plus haut. Mais, il ne faut pas oublier qu'il est dans le Top 10 mondial depuis 2 ans et demi. Depuis ses 20 ans, il a eu le temps d'engranger de l'expérience. Reste à avoir un déclic, à apprendre à gérer la pression des matches en trois sets. Si l'on s'attarde sur ses qualités, Zverev est un tel monstre de puissance qu'il est capable de tout dans un bon jour. Il a déjà battu Nadal et Djokovic, mais le natif de Hambourg a surtout un bilan positif contre Federer (4-3).