Murray sert la main du Français, au 1er tour du Challenger de Majorque
ert la main d'Imran Sibille, au premier tour du Challenger de Majorque | Rafa Nadal Academy

Tennis : à 17 ans, il a joué contre Andy Murray pour son premier match en Challenger

Publié le , modifié le

Du haut de ses 17 ans, Imran Sibille, non classé à l'ATP, a eu "la chance incroyable" de disputer son premier match sur le circuit Challenger à Majorque face à Andy Murray, rien que ça. Un concours de circonstances improbable pour ce jeune Français, qui nous a raconté comment il s’est retrouvé à taper la balle avec une légende du tennis.

C’est le rêve de tout jeune tennisman : jouer un jour contre une légende de la balle jaune. Lundi 26 août, Imran Sibille a fait des envieux en disputant son tout premier match sur le circuit Challenger face à Andy Murray. Le Britannique, de retour de blessure, a choisi de participer au tournoi de Majorque en simple. Si le jeune Français s'est logiquement incliné 6-0, 6-1, cette aventure restera gravée dans sa mémoire. 

Qui es-tu Imran Sibille ? 

Imran Sibille, 17 ans, est né à Paris, mais il vit en Espagne depuis qu’il est tout petit. C’est donc hors de l’hexagone qu’il dispute la plupart de ses matches. "Malheureusement je joue très peu en France, c’est pour cela que je suis toujours classé 2/6, mais en Espagne, je fais partie du top 5 de ma génération", nous explique-t-il.

Imran habite désormais à Majorque avec sa famille et fait partie de la Rafa Nadal Academy. "Je viens de reprendre le tennis convenablement, ça fait 10 mois que je joue en étant blessé. Je voulais surtout être rétabli pour jouer ce tournoi", nous a-t-il confié.
 

Une affiche improbable.

C’est justement la Rafa Nadal Academy qui lui a permis d’accéder au Challenger de Majorque, mais non sans un petit coup de pouce du destin, nous explique le Français. "L’Académie m’a donné une Wild Card pour le tournoi de pré-qualifs entre les joueurs de l’Académie, que j’ai gagné. Ensuite, il devait y avoir un tournoi de qualifs, mais il ne s’est pas fait car il n’y avait pas assez de monde. Du coup j’ai été qualifié directement pour le premier tour".

Passée l’émotion de disputer son tout premier match en Challenger, Imran n’a plus qu’une chose en tête depuis qu’un ancien numéro 1 mondial a annoncé sa présence au tournoi. "On savait qu’Andy Murray jouerait un qualifié, alors je ne pensais qu’à ça. Je n’arrêtais pas de dire à tout le monde : Imagine je le joue ! Imagine ! Imagine !".

De l’imagination, le jeune tennisman est très vite passé à la réalité lorsqu'on lui apprend que son adversaire du premier tour n'est autre que Sir Andy Murray. "J’ai appris ça quand j’étais à la salle de sport en rééducation pour mon épaule. J’ai reçu des tonnes de messages de ma famille et mes amis qui me disaient : Tu as vu ? Tu as vu qui tu joues ?", nous raconte le Français.

"Je n’ai pas pu dormir"

À la veille de la rencontre, forcément, difficile de fermer l’œil pour Imran. "Je n’ai pas pu dormir. J’étais réveillé toute la nuit. J’avais une seule obsession : ne pas prendre 2 bulles (ndlr 6-0, 6-0)."

"Le jour du match j’étais serein mais quand on m’a dit que je devais descendre dans 15 minutes pour rentrer sur le court avec Andy Murray, l’adrénaline est remontée d’un coup. J’ai entendu le speaker annoncer mon nom, le public criait c’était dingue. Heureusement qu’ils étaient là, ils m’ont bien aidé", poursuit le local de Majorque.

"Il a bien aimé mon service"

Fini le stress d’avant match pour le Français. Le moment est venu de jouer face à Andy Murray et de "ne pas prendre 2 bulles", comme il le dit. Un objectif atteint de justesse ! Mené 6-0, 5-0, le Majorquin sauve les meubles en venant remporter son jeu de service, même s’il soupçonne le Britannique d’avoir voulu jouer les grands seigneurs. "À 6-0, 5-0 je sens que Murray relâche un peu, qu’il me laisse faire le jeu. Ça m’a mis encore plus de pression ! Je me suis dit : je ne veux pas perdre le dernier !!"

Finalement le Français sauve l’honneur avant de s’incliner et d’avoir le privilège de venir faire l’accolade à un triple vainqueur de Grand Chelem. "J’ai repris il y a seulement quelques jours alors franchement je suis content. Le score est lourd mais je me suis bien défendu. Il y a eu de beaux échanges. Au filet, il m’a dit qu’il avait bien aimé mon service. Venant d’un des meilleurs retourneurs du monde c’est un sacré compliment". 

Un compliment de monsieur Andy Murray en personne, qui restera un souvenir inoubliable pour Imran Sibille : "C'est une chance incroyable, un rêve".