Simon retrouve le "stade" des quarts de finale
Gilles Simon | AFP - Pornchai Kittiwong Sakul

Simon et les outsiders assurent l'essentiel

Publié le , modifié le

Gilles Simon profite du forfait de Roger Federer et donc d’un bon tableau pour avancer à pas de loup dans ce BNP Paribas Masters. Il a disposé du Roumain Victor Hanescu 7-5, 6-3. Il jouera le Japonais Nishikori pour une place en quarts de finale jeudi. Autres qualifiés: Ferrer (N.4), Monaco (N.9), Tipsarevic (N.8) et Anderson, tombeur de Gasquet (N.12). Llodra a bouté Isner (N.10) hors du tournoi (6-4, 7-6(5)). Chardy a fini par tomber contre Raonic 6-7, 7-6, 6-3.

LE TABLEAU DU BNP PARIBAS MASTERS DE BERCY

Simon connait sa leçon

Gilles Simon peut remercier Roger Federer. Le forfait du numéro 1 mondial suisse a ouvert une voie royale au Niçois pour accéder aux quarts de finale à Bercy. Après une leçon de grec bien apprise (succès expéditif contre le Chypriote Marcos Baghdatis au 1er tour), Simon a parfaitement récité sa leçon de Roumain contre Victor Hanescu, repêché in extremis pour le tournoi. Le numéro 3 français s’est imposé 7-5, 6-3 sans coup férir en évoluant un ton au dessus de son adversaire. I

Il a réussi davantage de coups gagnants (19 contre 12) et commis moins de faute (21 contre 26) pour être véritablement inquiéter par le « grand corps malade » d’en face. Très réaliste, Simon a saisi trois des quatre opportunités de breaker pour s’offrir un succès aisé qui lui permet de s’économiser avant sa leçon de Japonais ce jeudi contre Kei Nishikori. Quand on apprend bien ses leçons, il n’y a pas de souci à se faire…

Interrogé sur les qualités de son futur adversaire, Kei Nishikori, Gilles Simon a joué la prudence : "Ce n'est pas évident, je ne l'ai jamais joué. J'ai de mal à me rendre compte de ce qui est très gênant chez un adversaire avant de l’avoir affronté. De l’extérieur, on a l'impression qu'en revers, c'est très solide, que cela ne rate pas, que les jambes tournent très vite. Je le vois un peu moins serein en coup droit mais tenter quand même".

Llodra à la Leconte

Michael Llodra s’est logiquement qualifié pour les huitièmes de finale du BNP Paribas Masters en dominant l’Américain John Isner en deux sets, 6-4, 7-6(5) lors d’une partie rondement menée. Dans la première manche, Michael Llodra a très bien servi. Le Parisien s’est surtout montré intraitable derrière sa première balle avec pas moins de 93% de points gagnés ! Il a fait le break très tôt, à un partout. Isner a sauvé une première balle de set à 3-5 mais pas la seconde au jeu suivant (6-4 en une petite demi-heure).

Lors du deuxième acte, l’Américain serrait le jeu notamment sur son engagement. Il faisait la course en tête. Et même s’il s’en sortait bien à 3-3 (avec une balle de break sauvée), le vainqueur du match le plus long de l’histoire allait jusqu’au jeu décisif. Il se détachait alors pour mener 5-2 mais Llodra sortait alors le grand jeu pour finalement conclure sur un magnifique passing de coup droit pleine ligne. Le Français s’imposait donc 6-4, 7-6(5) après quarante montées au filet (25 victorieuses). En 1h18, il a terrassé un joueur beaucoup mieux classé que lui (11e contre 121e), justifiant l’invitation accordée par les organisateurs de l’épreuve. Les 21 fautes directes de John Isner (contre 10 seulement pour Micka) avaient fait la différence. Pour le plus grande joie des supporters du jeu d’attaque qui avaient envahi les gradins du POPB et qui -pour les plus vieux- se sont probablement rappelés le flamboyant tennis offensif d'un certain Henri Leconte.

Qualifié pour Melbourne

"Depuis quelques semaines ou jours, mon jeu est en place, notamment mes points forts : le service, la volée et j'ai retrouvé de l'explosivité" a expliqué Llodra. "Quand je suis bon physiquement, j'arrive à exploiter mon potentiel. Aujourd'hui, cela s'est vu, notamment au retour de service où pendant presque un set, je voyais la balle super grosse, j'arrivais à anticiper, même sur des gros services. Cela ne doit pas arriver souvent de faire retour volée sur une première balle d’Isner". "Surtout, je suis content parce que c'était malgré tout un match important pour bien finir la saison. Cela me permet de commencer l'année plus sereinement en gagnant ce match, d'être dans le tableau en Australie". "Par rapport à il y a 2 ans la surface est plus lente et par rapport à l'année dernière plus rapide. En surface, le rebond est bas. Quand on fait un slice ou un ship de revers, la balle reste basse. C'est plus à mon avantage. Je n'ai pas de balle qui gicle à hauteur d’épaule où c’est plus dur pour moi d’installer mon jeu. Quand je fais une belle volée et que j’attaque, la balle reste basse et c'est dur pour tirer les passing".

Les regrets de Chardy

Jérémy Chardy a longtemps cru à l'exploit. Contre l'énorme puissance de feu que représente Milos Raonic, il a très longtemps fait jeu égal. Il a dû attendre d'aller au-delà de 23h30 pour que la différence se fasse. C'est à ce moment-là que le Français, 34e mondial, cédait son service pour la première fois de la rencontre. C'était d'ailleurs la seule fois du match qu'un joueur était breaké. Au plus mauvais moment, puisque cela permettait au Canadien de mener 5-3 dans le 3e set, et d'avoir en plus son service à suivre. Un avantage que la tête de série N.14 du tournoi de laissait pas s'échapper. Sur un jeu blanc, et un 26e ace, il conclut la rencontre après 2h08 de jeu sur le score si serré 6-7 (4/7), 7-6 (7/4), 6-3.

Les grosses têtes assurent

Les têtes de série ont plutôt assuré ce mercredi au POPB. David Ferrer (N.4) a maté son compatriote Marcel Granollers en deux petits sets secs, 6-1, 6-3. Il rencontrera le Suisse Stanislas Wawrinka (N.16). L’Argentin Juan Monaco, tombeur du jeune Bulgare Grigor Dimitrov en deux manches (7-6(4), 6-3) jouera lui contre le Serbe Janko Tipsarevic (N.8) qui a sorti le qualifié batave Igor Sijsling en deux sets (6-4, 7-6(0)). Richard Gasquet s’est en revanche incliné contre le Sud-Africain Kevin Anderson, 7-6, 4-6, 6-1.

Résultats du 2e tour

Gilles Simon (FRA) bat Victor Hanescu (ROM) 7-5, 6-3
Kevin Anderson (RSA) bat Richard Gasquet (FRA/N.12) 7-6 (7/5), 4-6, 6-1
Juan Monaco (ARG/N.9) bat Grigor Dimitrov (BUL) 7-6 (7/4), 6-2
Janko Tipsarevic (SRB/N.8) bat Igor Sijsling (NED) 6-4, 7-6 (7/0)
David Ferrer (ESP/N.4) bat Marcel Granollers (ESP) 6-1, 6-3
Michaël Llodra (FRA) bat John Isner (USA/N.10) 6-4, 7-6 (7/5)
Sam Querrey (USA) bat Novak Djokovic (SRB/N.2) 0-6, 7-6 (7/5), 6-4
Nicolas Almagro (ESP/N.11) bat Albert Ramos (ESP) 7-6 (7/1), 6-7 (4/7), 6-3
Juan Martin Del Potro (ARG/N.7) bat Alejandro Falla (COL) 6-2, 6-2
Andy Murray (G-B/N.2) bat Paul-Henri Mathieu (FRA) 7-5, 6-3
Juan Martin Del Potro (ARG/N.7) bat Alejandro Falla (COL) 6-2, 6-2
Milos Raonic (CAN/N.14) bat Jérémy Chardy (FRA) 6-7 (4/7), 7-6 (7/4), 6-3