Simon Gilles coup droit Monte-Carlo 2011
Gilles Simon sur la défensive | AFP - Valery Hache

Simon et Federer démarrent bien à Monte-Carlo

Publié le , modifié le

Pour son entrée dans le Masters 1000 de Monte-Carlo, Gilles Simon (N.16) a disposé du Brésilien Thomaz Bellucci 6-3, 6-2 pour se qualifier pour le 2e tour. Il y affrontera l'Espagnol Montanes. Le tournoi monégasque a vu Roger Federer (N.2) entrer en lice avec un succès net sur l'Allemand Philipp Kohlschreiber 6-2, 6-1 au 2e tour, tandis que Jo-Wilfried Tsonga (N.12) a chuté face au Croate Ivan Ljubicic 7-6 (7/2), 6-4.

EN DIRECT A 13H30 SUR SPORT.FRANCETV.FR

RESULTATS - STATISTIQUES DE MONTE-CARLO

Le retour se confirme. Après un intéressant début de saison notamment en Australie, une belle tournée américaine, Gilles Simon prend bien ses marques sur terre. Si sa défaite en quarts de finale à Casablanca contre Starace lui avait laissé quelques regrets la semaine dernière, il a réalisé un 1er tour exemplaire à Monte-Carlo. Opposé à Thomas Bellucci, talentueux grand gaucher qui ne pointe qu'à sept places à l'ATP derrière le Français, la tête de série N.16 a réalisé un match sérieux, opposant sa défense et quelques montées bien gérées, à l'inconstance du Brésilien. Si tout n'est pas totalement en place dans le jeu du Niçois, si la fatigue commence à peser après quelques semaines chargées en tournois, cette victoire contre le 31e mondial fait beaucoup de bien. Comme à l'US Open, Simon domine Bellucci, pour remporter sa seizième victoire pour neuf défaites depuis le début de la saison. Absent la saison dernière, éliminé sans gagner un set les trois années précédentes, le natif de Nice, 24e mondial, a déjà réussi son meilleur tournoi sur le Rocher après sa percée jusqu'en 8e de finale à ses débuts en 2006. "C'était bien, un bon match où j'ai réussi à être relâché d'entrée. J'avais de bonnes sensations mais je ne m'attendais pas à faire 3 et 2 contre Bellucci", a savouré Simon, vainqueur sous les yeux de ses grands-parents, lui qui garde "énormément de famille dans la région" même s'il n'a "pas grandi ici".

Roger Federer n'a pas fait de détails contre Philipp Kohlschreiber. Pour la sixième fois en autant de confrontations (dont un forfait), le Suisse a vaincu l'Allemand, ne lui laissant que trois jeux en tout et pour tout pour le renvoyer aux vestiaires en seulement cinquante minutes (6-2, 6-1). Une seule balle de break à sauver, cinq aces, l'entrée en matière était idéale pour la tête de série N.2 du tournoi. Vainqueur à Doha en début de saison pour son seul titre accroché en 2011, le 3e joueur au classement ATP espère bien faire mieux que lors des deux derniers tournois, terminés en demi-finales, dans une épreuve qu'il n'a jamais remportée malgré trois présences en finale (2006, 2007, 2008).

Tsonga ne trouve pas la solution

Jo-Wilfried Tsonga pourra avoir des regrets. Opposé, à Ivan Ljubicic, la tête de série numéro 16 a eu plusieurs fois l'occasion de prendre le match à son compte avant de céder 7-6 (7/2), 6-4 en 2h10. Au premier set, il menait 5-3 et servait pour le gain de la manche avant de passer complètement au travers de son jeu. Comme face à Juan Monaco, lundi, le Sarthois a trop souvent concédé sa mise en jeu. Si face à l'Argentin, il pouvait se permettre de faire rapidement son retard, face au Croate, la sanction était immédiate. Dans la deuxième manche, il s'emparait du service du géant-chauve pour servir à 3-1 avant de complètement rater deux volleys faciles. Dommage pour le Manceau qui restait sur une victoire face à son adversaire, en demi-finale du tournoi de Rotterdam. Il montre aussi, malgré de bonnes séquences, que sa nouvelle approche du jeu (sans entraîneur !) doit encore progresser. Au prochain tour, Ljubicic retrouvera Tomas Berdych, facile vainqueur d'Olivier Rochus (6-2, 6-3).

En fin d'après-midi, Milos Raonic a confirmé qu'il était bien le client annoncé. Certes, le terrible service du jeune espoir canadien fait moins de dégâts sur terre battue que sur surface rapide, il n'en demeure pas moins que le tombeur de Llodra au tour précédent est un joueur bien plus complet qu'il n'y paraît. Régulier et puissant en fond de court, Raonic s'est débarrassé sans trop trembler du Letton Ernest Gulbis (6-4, 7-5), toujours aussi irrégulier. Au prochain tour, le bombardier canadien passera un véritable test puisqu'il affrontera le vainqueur du match opposant les Espagnols Lopez et Ferrer.