Simon en finale à Bucarest

Simon en finale à Bucarest

Publié le , modifié le

Gilles Simon s'est qualifié samedi pour la finale du tournoi ATP de Bucarest, sa troisième après 2007 et 2008, en battant l'Allemand Matthias Bachinger 7-5, 6-2. Demi-finaliste à Monte-Carlo, battu par Nadal, le Français est dans une excellent dynamique après un début de saison difficile en raison d'une blessure. Il affrontera l'Italien Fabio Fognini, 57e mondial, qui a dominé le qualifié hongrois Attila Balazs 6-3, 6-1.

Simon aime la terre battue roumaine ou la terre battue roumaine aime le Français. Le N.2 français s'est qualifié pour sa troisième finale à Bucarest, où il a remporté deux titres, en 2007 et 2008. Il n'a connu qu'une seule défaite, pour 14 victoires, dans la capitale roumaine, en 2006. Ce sera la première finale de l'année pour Simon, trois fois demi-finaliste, à Brisbane, Montpellier et Monte-Carlo, où il s'était incliné la semaine passée face à Rafael Nadal, le N.2 mondial, sur la route de son 8e titre consécutif dans la Principauté. C'est vrai que Bucarest n'est pas le plus gros tournoi de terre du circuit (aucun espagnol engagé) mais la tête de série N.1 a le mérite d'enchaîner les victoires, de tenir son rang, et d'engranger de la confiance avant les prochains Masters 1000 de Madrid et de Rome.

17 balles de break

Après avoir éprouvé du mal la veille en quarts de finale à se défaire du Polonais Lukasz Kubot (3-6, 6-1, 6-3), le N.12 mondial s'est montré un peu plus  dominateur face à Bachinger, 120e mondial, qui disputait sa première demi-finale d'un tournoi ATP.  Il s'est procuré la bagatelle de 17 balles de break, mais n'en a converti  que cinq, dont trois dans un premier set très accroché, lors duquel il a aussi  concédé deux fois sa mise en jeu et n'a réussi que sur la fin à hausser son  niveau de jeu. Le second set a été moins disputé et Simon a pu tranquillement déroulé. Dimanche, il retrouvera l'Italien Fognini, un autre excellent joueur de terre, avec l'objectif d'aller enfin cueillir son premier titre en 2012..

Mathieu Baratas