Richard Gasquet
Richard Gasquet | FABRICE COFFRINI / AFP

Richard Gasquet, l'appel de Londres

Publié le , modifié le

Il y a cinq ans, Richard Gasquet s’était hissé en demi-finale du BNP Paribas Masters pour obtenir in extremis sa qualification pour le Masters. Le Biterrois va tenter de rééditer cette performance cette semaine à Paris même si sa tâche s’annonce ardue car tout ne dépend pas que de lui. Premier élément de réponse ce mercredi contre le Sud-Africain Kevin Anderson.

Fin octobre 2007, Richard Gasquet déboule à Bercy la bave aux lèvres. A 21 ans, le Français possède une petite (mais réelle) chance de se qualifier pour le tournoi des maîtres qui se tient cette année-là à Shanghai. Il débute par un succès contre Jo-Wilfried Tsonga en deux sets puis enchaîne face à un concurrent direct, l’Américain James Blake (7e mondial), 6-4, 6-4. En quarts de finale, Richard Cœur de Lion vient à bout d’Andy Murray en trois manches, ce qui lui permet d’affronter David Nalbandian, tombeur de Roger Federer, en demie. Gasquet doit s’incliner lourdement (6-2, 6-4) mais il valide son ticket grâce au succès de Rafael Nadal contre le Chypriote Marcos Baghdatis, autre postulant pour le Masters. 

Il a retrouvé la joie de jouer

En cet automne 2012, Gasquet n’a plus grand-chose à voir avec le jeune "Richie" des débuts, gamin précoce au talent fou mais au mental fragile. Devenu un joueur accompli après une traversée du désert de presque deux ans (blessures, incompréhension avec Guy Forget en Coupe Davis, contrôle positif à la cocaïne), le Languedocien surfe sur une belle fin de saison (titre à Bangkok) après dix mois très solides (huitièmes de finale dans les quatre majeurs et finale au Masters 1000 de Toronto). Il regoûte progressivement au plaisir de disputer des gros combats et s’affirme clairement comme le numéro 2 tricolore derrière son pote Tsonga.

Pour accéder au Top 9 du classement, lui permettant d’aller à Londres du fait du forfait de Nadal, Gasquet doit atteindre le dernier carré à Bercy (en espérant que Tipsarevic ne fasse pas un énorme tournoi). Après Anderson, il passera un test décisif contre Tomas Berdych, un outsider pour la victoire finale. Ensuite, en l’absence de Federer, il pourrait se mesurer au Japonais Nishikori avant de retrouver Andy Murray pour une éventuelle place en finale. Un parcours dense qui ne rebute pas Richard Gasquet, de retour cette saison à son meilleur niveau. De la lumière à Londres, il n’y a qu’un pas.