Rafael Nadal
Rafael Nadal | Maddie Meyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Rafael Nadal, les chiffres d’une saison galère

Publié le , modifié le

On le sait, Rafael Nadal connaît une saison 2015 plus que compliquée. A la recherche de son meilleur niveau, l'Espagnol enchaîne les contre-performances et les revers prématurés. Analyse en chiffres d'une saison galère.

0 : Le nombre de set remporté face au « Big Four » cette saison. En 2015, Rafael Nadal n’a pas affronté Roger Federer, et c’est sans doute malheureux pour le Suisse. Il a en revanche croisé la route de Novak Djokovic par deux fois, pour deux défaites (6-3, 6-3 à Monte-Carlo et 7-5, 6-3, 6-1 à Roland-Garros) et une fois celle d'Andy Murray, pour un revers également (6-3, 6-2 à Madrid). Vous l’aurez compris, Nadal n’a pas pris un seul set à ses meilleurs ennemis.

0 : en 2015, Nadal n'a disputé aucune demi-finale de Grand-Chelem, une première depuis 2004. L’Espagnol a été éliminé deux fois au stade des quarts de finale: en Australie (par Berdych qui ne l’avait plus battu depuis 2006...) et à Roland-Garros (balayé par Djokovic). A  Wimbledon, c’est même Dustin Brown qui l’a éliminé au deuxième tour. La première défaite de Nadal en Grand Chelem face à un joueur issu des qualifications.

1 : Rafael Nadal a certes remporté trois titres cette saison mais il n’a disputé qu’une seule finale en tournoi majeur (comprenez Grands Chelems + Masters 1000), c’était à Madrid quand Andy Murray l’avait fait chuter sur le score sans appel de 6-3 et 6-2. Un affront à domicile.

2 : Nadal aime les grands rendez-vous. Ou plutôt aimait. Car en 2015, son ratio face aux joueurs du Top 10 est cataclysmique : seulement deux victoires pour sept défaites !

3 : Elle est loin la saison 2010 et les onze titres obtenus par « Rafa ». Alors que la saison entre dans son ultime partie, l’Espagnol n’a remporté que trois tournois (Hambourg, Stuttgart et Buenos Aires), son plus faible total depuis 2004 (à égalité avec 2011 mais « Rafa » avait alors triomphé à Roland-Garros et à Monte-Carlo).

4 : Ce chiffre va de paire avec le précédent. Si Rafael Nadal n’a remporté que trois tires, c’est parce qu’il n’a disputé que quatre finales en tout et pour tout. Jamais depuis 2004 et son premier titre sur le circuit (à Sopot), le nonuple vainqueur de Roland-Garros n’avait connu pareille disette.

5 : C’est le nombre de places perdues à l’ATP à ce jour par Rafael Nadal en 2015. Le 29 décembre dernier, il pointait au 3e rang mondial, lors du dernier classement ATP, lundi, il est classé seulement 8e. Nadal a même chuté au 10e rang entre le 8 juin et le 27 juillet. Il faut remonter au 18 avril 2005 pour retrouver trace d’un Nadal hors du Top 8 mondial (11e).

6 : Conséquence d’une saison moyenne : Rafael Nadal est aujourd’hui 6e à la Race, qui prend en compte seulement les points glanés en 2015. Il est devancé par, dans l’ordre, Djokovic, Murray, Wawrinka, Federer et Nishikori.

13 : Nadal a déjà été battu treize fois en 2015. C'est évidemment un nombre très important pour l'Espagnol qui n'a perdu au maximum que 17 matches sur une saison (en 2004). A trois mois de la fin de saison, on imagine mal Nadal ne pas connaître l'amer goût de la défaite moins de quatre fois encore en 2015. "Rafa" connaîtra donc sans doute la pire saison de sa carrière, sauf s'il décide d'y mettre fin prématurément...

16 : Le nombre plutôt important de tournoi disputés par Rafael Nadal en 2015. A titre de comparaison, Novak Djokovic en a joué 11, Murray 14, Wawrinka 15 et Federer 12. Le Majorquin est donc laissé tranquille par les blessures, un point positif, mais il cherche bel et bien son jeu, d’où le nombre important de tournois disputés.

75 : En 2015, « Rafa » a remporté 75% de ses matches en Grand Chelem. C’est un total loin d’être déshonorant, sauf quand on s’appelle Rafael Nadal et qu’on a l’habitude de gagner 87,5% de ses rencontres dans les quatre tournois majeurs du calendrier

76 : En écho au chiffre précédent, Nadal sort vainqueur de 76% de ses matches depuis le début de saison. C’est assez loin du chiffre ahurissant de 83% de victoires en carrière.