Sam Querrey
Sam Querrey | MARK RALSTON / AFP

Querrey expédie Djokovic à Londres

Publié le , modifié le

Novak Djokovic croyait bien avoir maté l’Américain Sam Querrey lorsqu’il s’est retrouvé à 6-0, 2-0. Mais c’était compter sans le géant Californien qui a retourné la situation en puissance pour se qualifier pour les huitièmes de finale du BNP Paribas Masters en trois manches, 0-6, 7-6(5), 6-4. Le Serbe, sorti pour la première fois avant les quarts cette saison, prendra quand même la place de numéro 1 mondial à Roger Federer lundi, juste avant le début du Masters

Arrivé sur le court avec un masque de Dark Vador, Novak Djokovic s’est montré aussi impitoyable que le héros de Star Wars durant plus d’un set avant de sortir du match, victime d’une déconcentration incroyable et inattendue. 

Djokovic parfait pendant 30 minutes

Vingt minutes ! C’est le temps qu’il a fallu à l’ex-futur numéro 1 mondial (il reprendra son sceptre lundi quoi qu’il arrive) pour empocher la première manche contre un Sam Querrey désabusé par tant de facilité. L’Américain n’a réussi que 36% des points après sa première balle, une misère pour lui (contre 75% au Serbe). Mais surtout seulement 14% des points engagés sur son deuxième service (contre 66%) ! Djokovic n’a commis que quatre petites fautes durant ce laps de temps. Et il a converti trois bales de break sur quatre. Si Querrey n’a pas ressenti à ce moment-là un grand sentiment d’impuissance, c’est qu’il ment !

Querrey se rebelle

Le début du deuxième acte semblait confirmer cet état de fait puisque le vainqueur de l’Open d’Australie breakait d’emblée. Mais le Yankee recollait à 2-2 en profitant des premières erreurs du Slave jusque-là en roue libre. Intimidé en début de rencontre, il lâchait enfin ses grands parpaings pour désarçonner le Belgradois. D’un coup, le match devenait intéressant et accroché (4-4 puis 5-5). A 6-5, le natif de San Francisco menait même 30-0 sur l’engagement adverse. Combattif, Djokovic s’en sortait finalement pour arracher un jeu décisif. Mais son rival jouait mieux les points clefs en exploitant les erreurs de Novak pour arracher la manche (7-5 au tie-break). Ce deuxième acte avait duré quasiment trois fois plus que le premier (56 minutes). Querrey avait beaucoup mieux servi (10 aces) et tout simplement mieux joué (22 points gagnants).

Impérial au service

Dans le troisième set, Querrey maintenait la pression sur Djokovic. Il parvenait à breaker à 2-2 avant de devoir sauver sa mise en jeu à 4-3 à deux reprises. Sa puissance de tir le sortait de situations encombrantes à chaque fois, comme sur cet ace à 211 km/h. "Djoko" était écoeuré devant tant de réussite de la part d’un joueur qui, deux heures avant, ne mettait pas un pied devant l’autre. En champion, il s’accrochait néanmoins et revenait à 4-5. Mais l’Américain achevait sa besogne au jeu suivant, sans l’ombre d’un doute (0-6, 7-6, 6-4 en deux heures). Il venait de priver le tournoi d’un troisième membre du Big Four. Un tournoi aujourd’hui presque décapité.