Nick Kyrgios / Queen's 2019

Queen's : Nick Kyrgios a assuré le spectacle

Publié le , modifié le

Éliminé jeudi du tournoi du Queen's, Nick Kyrgios a assuré le spectacle sur le court et en dehors. Des points fantasques, des échanges de noms d'oiseaux avec des arbitres et des spectateurs, du bottle-flip challenge, Kyrgios nous a fait du Kyrgios.

On l'avait laissé sur une sortie de route à Rome, où il avait quitté le court en plein match face à Casper Ruud. Nick Kyrgios a remis le bleu de chauffe pour la saison sur gazon et c'est peu de dire qu'il n'a pas joué la carte de l'apaisement. Après une élimination dans l'anonymat contre Matteo Berrettini au 1er tour du tournoi de Stuttgart, l'Australien s'est présenté au Queen's jeudi, dans la peau d'un demi-finaliste sortant. S'il a réussi à franchir la première marche, en l'occurrence Roberto Carballes Baena (7-6, 6-3), il s'est incliné quelques heures plus tard contre Felix Auger-Aliassime (6-7, 7-6, 7-5).

Mais on ne retiendra ni sa victoire contre l'Espagnol, ni sa défaite accrochée contre le Canadien. Au cours de son premier match, le 39e joueur mondial s'en est pris directement à un juge de ligne. "La balle était faute de ça. Je m'en vais. Je ne vais pas me donner à 100% quand j'ai des juges de ligne qui truquent le jeu. Je ne veux pas jouer", s'est emporté Kyrgios. Le joueur de 24 ans n'a pas mis sa menace à exécution, mais il a fait mine de se désintéresser du match. On l'a notamment aperçu en train de regarder au-dessus des bâches le séparant du court n°1, visiblement plus intéressé par la confrontation entre Gilles Simon et Kevin Anderson.

Tout de même vainqueur pour son entrée en lice, il a quitté le court en se moquant du chapeau de Fergus Murphy, l'arbitre du match. "C'est une blague, mec. C'est une blague sérieuse. Comme ton chapeau ridicule. Il ne fait même pas beau", a-t-il raillé. Murphy avait déjà été pris pour cible par l'Australien à Miami. Kyrgios n'avait pas apprécié que le public continue à applaudir entre les premières et deuxièmes balles. 

" Je joue avec mon cœur et je dois faire face à des arbitres idiots et à des idiots dans la foule"

A cause des intempéries, l'organisation du tournoi du Queen's a été chamboulée et Nick Kyrgios a dû jouer son deuxième tour dans la même journée. S'il a tenu tête à l'étoile montante Auger-Aliassime pendant plus de deux heures, et s'il s'est fendu de quelques top shots dont il a le secret, il a également pris à partie les spectateurs, qui l'ont hué alors qu'il mettait du temps à se relever après une chute. L'Australien n'a pas quitté le tournoi de bonne humeur.

En conférence de presse, il a maintenu et même poussé ses invectives à l'encontre du corps arbitral. "Je ne pense pas qu'ils sont assez punis, assez sanctionnés s'ils prennent une mauvaise décision. Et il (l'arbitre) sait que je vais devenir fou. Il le sait au fond de lui-même s'il n'annule pas cette balle. Mec, le gars a servi un service à 130 km/h qui sortait, genre, de trente centimètres, et il ne change pas (la décision de son juge de ligne). Si vous êtes assis sur la chaise et que vous ne changez pas, c'est que vous ne faites pas votre travail correctement", a-t-il pesté.

Connu pour son tempérament sulfureux et son franc-parler, Nick Kyrgios avait insulté Roland-Garros le mois dernier. Cette fois, c'est aux arbitres et aux spectateurs qu'il envoie des mots doux. "Je suis sur le terrain. Ils me regardent tous. Incroyable. Ils m'ont vu tomber. (...) J'ai été par terre combien de temps? Deux minutes? Vous avez des gens qui vous huent, vous traitent de tous les noms. Qu'est-ce que vous feriez? Je joue avec mon coeur et je dois faire face à des arbitres idiots et à des idiots dans la foule", a-t-il expliqué, non sans frustration.

à voir aussi "It sucks", Nick Kyrgios s'en prend violemment à Roland-Garros "It sucks", Nick Kyrgios s'en prend violemment à Roland-Garros