Monfis - Tsonga 2010
Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga ont un objectif commun : le Masters de fin de saison | AFP - PASCAL GUYOT

Quatre Bleus pour un Masters

Publié le , modifié le

A l’aube de l’ouverture de la tournée américaine, les tennismen français sont en bonne posture pour finir l’année au plus haut. Monfils, Gasquet, Tsonga et Simon : chacun aura sa carte à jouer d’ici la fin de saison. Et pourquoi pas, s’inviter au Masters de fin de saison, réunissant les huit meilleurs joueurs de l’année.

Gaël Monfils (N.7)
Toujours plus haut

Alors qu’il étrenne son meilleur classement (7e) sur tous les courts du monde, Gaël Monfils sait qu’il tient pour la première fois la réelle possibilité de prendre place dans le saint du saint du tennis mondial. Problème pour lui : il défend plus de 60% de ses points d’ici à la fin de saison. En jeu : un quart de finale à l’US Open et deux finales, à Tokyo, et surtout à Bercy. Dur de faire aussi bien ! Pas de quoi inquiéter le principal intéressé : "Avant l’US Open, je vais jouer à Hambourg, Washington, Montréal et Cincinnati, où je n’ai rien à défendre."  Presque vrai, si l’on fait abstraction des 90 points glanés à Cincinnati l’an passé). Le Masters est-il un objectif raisonnable ? Difficile de s'avancer tant l'élève de Patrick Chamagne est imprévisible. Ce qui est sûr, c'est qu'il faudra faire mieux que depuis le début de saison. A l’heure actuelle, le Parisien est 21e au classement annuel (classement Race).
Point fort : Très motivé pour atteindre le premier Masters de sa vie
Point faible : 60% de ses points à défendre jusqu’à la fin de l’année

Richard Gasquet (N.11)
De retour des enf ers

Il tape à la porte du top 10 à s’en faire mal aux doigts. Deux ans après son "affaire" de Miami, Richard Gasquet a retrouvé le niveau de jeu qui avait fait de lui le septième joueur mondial. Une demi-finale à Rome, un quart de finale à Indian Wells, mais surtout deux deuxièmes semaine en Grand Chelem à Roland-Garros et Wimbledon. Le Biterrois peut-il rejoindre le Masters ? Il l’a déjà fait, c’était en 2007. Quatre ans plus tard, il revient avec autant d’ambition. La difficulté pour le protégé de Riccardo Piatti est de conserver les points qu’il avait acquis l’année dernière : huitième de finale à l’US Open et à Cincinnati, quart de finale à Bâle et une demie à Montpellier.
Point fort : Une qualité de jeu et une confiance retrouvées
Point faible
: Un nombre important de points à défendre

Jo-Wilfried Tsonga (N.15)
La voie royale

Il est celui pour qui l’on se fait le moins de souci. 15e mondial à l’heure actuelle (mais 9e à la Race) après sa demi-finale à Wimbledon, Jo-Wilfried Tsonga n’a aucun point à défendre d’ici à la fin de saison. Un avantage considérable pour celui qui a montré avoir retrouvé son jeu offensif depuis la séparation d’avec son entraîneur, Eric Winogradsky. Les surfaces rapides lui sont favorables et il semble avoir toutes les cartes en main pour renouer avec les joies du Masters, trois ans après sa première apparition dans cette compétition. Le potentiel et la motivation du Manceau sont énormes. Son physique le laisse t-il en paix ?
Point fort : Aucun point à défendre d’ici la fin de saison.
Point faible : Un physique qui l’épargne rarement

Gilles Simon (N.18)
Une chance à saisir

Après un exercice 2010 entaché par une tendinite, Gilles Simon a retrouvé le niveau qui avait fait de lui un membre du top 10 en 2008. Le Niçois, qui a remporté un titre en début de saison à Sydney, sait qu’il peut donner mal au crâne à n’importe quel joueur du circuit. De là à atteindre le Masters ? Pourquoi pas, puisque le protégé de Thierry Tulane voyagera très léger jusqu’à la fin de saison. Un troisième tour à l’US Open (comme en 2008 et 2009), Surtout, il pourra se racheter à Montréal et Cincinnati où il avait été éliminé d’entrée l’année dernière. Et qui sait, s'il fait un gros coup à Flushing Meadows ?
Points fort : Très peu de points à défendre d’ici la fin de l’année.
Point faible : Moins performant en Grand Chelem