Paul-Henri Mathieu
Le joueur français Paul-Henri Mathieu | AFP - ERIC FEFERBERG

Paul-Henri Mathieu souhaite terminer sa carrière à Paris

Publié le , modifié le

Paul-Henri Mathieu, qui pourrait disputer à Metz son dernier tournoi ATP, espère "terminer (sa) carrière à Paris" en novembre, deux mois avant ses 36 ans, à condition d'y obtenir une invitation.

"Est-ce vraiment votre dernier tournoi ?"
Paul-Henri Mathieu : "C'est le dernier 250. J'ai reçu une invitation, qui me permet de le disputer. Je vais participer au challenger d'Orléans la semaine prochaine, puis essayer, si j'ai une invitation, de prendre part au Masters 1000 de Bercy, et je terminerai à Paris. Je savais que cette saison serait certainement la dernière. Je suis content de pouvoir jouer ici une dernière fois. Mes parents vont venir. C'est un tournoi qui a énormément compté dans ma carrière. Il n'est pas loin de mon Alsace d'origine."

Quand vous regardez votre carrière, qu'en retenez vous de positif ou négatif ?
PH. M : "Ce serait trop long de la résumer. Je suis content d'avoir pu jouer au haut-niveau pendant si longtemps. Je suis arrivé sur le circuit dans les années 2000, on est en 2017. Jamais, il y a quinze ans, je n'aurais pensé jouer à cet âge-là. Surtout qu'à 30 ans, j'ai subi une opération du genou assez importante. Il y a de la fierté d'être resté au haut-niveau aussi longtemps. Je me sens privilégié d'avoir pu vivre cela. Maintenant, c'est difficile de sortir un souvenir parmi d'autres. J'en ai différents: les tournois en France sont toujours assez mémorables, Roland-Garros a été, pour moi, le moteur de ma carrière, en Coupe Davis aussi, on vit des moments vraiment intenses. Le plus dur, ça a été mon opération (au genou gauche en 2010, NDLR), je ne savais pas si j'allais rejouer. Les défaites sont difficiles aussi, comme quand j'ai perdu deux fois en huitièmes à Roland-Garos, ou les revers en finales de tournois".

Vous serez le premier supporteur des Bleus lors la finale de la Coupe Davis ?
PH. M : "Bien sûr. C'est super qu'on soit une nouvelle fois en finale. En France, il va y avoir une chouette ambiance. Ça va être un beau spectacle.

Comment envisagez-vous votre après-carrière ?
PH. M : "Je ne sais pas trop. Je vais essayer, dans un premier temps, de rester actif car j'ai toujours été quelqu'un d'hyper-actif. Je vais peut-être garder un pied dans le milieu par d'autres biais. Je n'ai aucun projet concret. Ensuite, je vais voir ce que j'ai envie de faire, quelle direction je vais prendre. Soit dans le sport, soit faire autre chose. Mais je vais déjà digérer le fait de tourner la page parce que ce n'est pas si facile que cela. Après, on verra. Depuis quelques semaines, je me rends compte que c'est la fin, je n'ai pas à penser aux tournois de l'an prochain, à ma préparation hivernale. C'est quelque chose d'assez étrange."

Gilles Gaillard