Novak Djokovic en souffrance
Novak Djokovic en souffrance | AFP - Xavier Bonilla - NurPhoto

Novak Djokovic ne voit toujours pas le soleil à Barcelone

Publié le , modifié le

Malgré une semaine encourageante à Monte-Carlo, Novak Djokovic n'a pas prolongé ses progrès à Barcelone. Inscrit au dernier moment en Catalogne et intégré avec le statut de tête de série N.6, le Serbe a été éliminé au 2e tour, dès son entrée en lice, par le Slovaque Martin Klizan, issu des qualifications, 6-2, 1-6, 6-3. Le 140e mondial a profité des montagnes russes du jeu adverse pour vaincre pour la 1re fois l'ancien N.1 mondial. Ce dernier n'avait plus perdu contre un joueur si mal classé depuis les JO de Rio en 2016 (del Potro).

Jamais Martin Klizan n'avait battu Novak Djokovic. En quatre duels passés, il ne lui avait pris qu'une seule fois un set. A Barcelone, le Slovaque s'est imposé en trois manches. Jamais au rendez-vous des espoirs placés en lui suite à sa victoire à Roland-Garros en juniors en 2006, le gaucher avait bien pris une manche à Rafael Nadal sur la terre battue parisienne en 2014. Mais c'était l'un de ses rares faits d'armes dans une carrière où il a culminé à la 24e place mondiale (en 2015). Il a profité de la "faiblesse" de son adversaire. Il a ainsi remporté son premier match sur le circuit principal depuis le tournoi de Rotterdam, mi-février.

En manque de matches

Novak Djokovic ne pensait pas participer au tournoi de Barcelone. Après son élimination en 8e de finale à Monte-Carlo, il a décidé d'y demander une "wild-card" pour compenser son "manque de matches". Sur le Rocher, vaincu par Dominic Thiem, il se félicitait de ne plus ressentir de douleur à son coude pour la première fois depuis deux ans. Et il voulait enchaîner les matches. C'est raté.

Breaké en début de set, le Serbe n'a jamais pu renverser la tendance dans les sets dans lesquels il était mal parti. Toujours en recherche de confiance, il a raté des coups faciles, et commis des fautes (22 fautes directes pour seulement 19 coups gagnants), par manque de précision dans son jeu de jambes voire d'investissement dans la frappe. Tout ce qui faisait sa force lorsqu'il était au plus haut. Il a même été incapable d'effacer une seule des trois balles de break que son adversaire a obtenues contre lui. Il n'avait plus perdu contre un joueur aussi mal classé depuis son élimination d'entrée aux JO de Rio, en 2016, contre Juan Martin del Potro.

Après ses deux premières victoires (Lajovic et Coric à Monte-Carlo) depuis son opération du coude, Djokovic retombe dans ses travers. Il a besoin de matches, de victoires, pour entrer dans un cercle vertueux. Pour l'instant, il se trouve dans un cercle vicieux.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze