Novak Djokovic est-il le meilleur joueur de tennis de l'histoire ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Jean-Baptiste Lautier
Djokovic
Novak Djokovic a remporté son 18e titre du Grand Chelem à Melbourne, le 21 février 2021. | Patrick HAMILTON / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Avec un nouveau record de 311 semaines à la tête du classement ATP dans la poche ce lundi 8 mars, Novak Djokovic peut prétendre à glaner le titre tant convoité de meilleur de joueur de l'histoire. Mais outre l'aspect statistique, de nombreux autres critères interviennent dans ce débat et le rendent particulièrement indécis, notamment entre les trois légendes actuelles.

Qui est le ‘GOAT’  (NDLR : Greatest Of All time)? Ce débat est infini et particulièrement indécis. Chacun pourrait venir l’alimenter en fonction de souvenirs personnels et subjectifs qui font pencher les cœurs envers tel ou tel joueur parmi l’extraordinaire trio qui domine le tennis actuel. Certains évoqueraient les différents records, d’autres le caractère de l’un  ou bien un coup particulier de l'autre pour tenter de les départager. Si l'on part du postulat que le Grand Chelem fait loi, nul doute que le débat porte entre Federer, Nadal et Djokovic.  En dépit de tout leur génie, les Laver, Borg, Connors, McEnroe ou Sampras devront se contenter des accessits. 

Sur le papier, Djokovic en avance

Avec un nouveau prestigieux record dans la poche depuis ce lundi 8 mars, Novak Djokovic collectionne les nombreuses distinctions qui pourraient faire de lui le plus grand. Pour Stéphane Houdet, joueur de tennis en fauteuil, la réponse est toute trouvée. “Oui, mathématiquement c’est lui. Si on est factuel, c’est lui qui a le record de longévité et il aura potentiellement celui du nombre de Grand Chelem à la fin de sa carrière.” Avec deux unités de retard sur ces principaux concurrents dans ce classement (ndlr, 20 pour Nadal et Federer, 18 pour Djokovic), il paraît raisonnable de penser que le Serbe peut venir prendre la tête dans les années à venir.

“Federer et Nadal ont d’autres records, comme à Wimbledon (ndrl, 8 titres) ou à Roland Garros (ndlr, 13 titres) mais pour l’instant, sur l’aspect comptable, il n’y a pas de débat” assure Stéphane Houdet. Au vu des différents exploits réalisés par le Suisse et l’Espagnol, Sébastien Grosjean se veut plus nuancé. “Il y a des records chez les trois. De plus, Federer va reprendre et Nadal est toujours en train de jouer” note le Marseillais, “il faut attendre leur fin de carrière pour les départager et voir ce qu’on met sur la table.” Il n’est pas exclu de voir ces deux joueurs concurrencer le Serbe encore quelque temps en Grand Chelem.

Selon les critères établis il y a quelques années par James Blake, ancien joueur américain, Novak Djokovic serait ce ‘GOAT’. “Le nombre de semaines à la place de numéro 1 mondial, c’est une donnée très importante. Cela signifie que tu es le meilleur et pas seulement sur un tournoi” avait-il avoué en 2019. Marat Safin, né en 1980, est de la même génération que Roger Federer et, malgré un petit faible pour son ancien rival qu’il a beaucoup plus côtoyé que les deux autres, le Russe ne veut pas trancher. "Peu importe comment vous comptez, le nombre de tournois, ils sont tous au même niveau” avait-il affirmé avant d’ajouter, “tout ce groupe fait déjà partie de l’histoire.”

Djokovic, un jeu moins beau mais plus efficace

“Il ne fait aucun doute que Federer est le plus beau à regarder mais Novak est le meilleur joueur de tous les temps” avait réagi Tennys Sandgren après sa défaite contre le Suisse à l’Open d’Australie en 2020 avant d’ajouter, “nous essayons de frapper un coup gagnant, il (Djokovic) place la balle dans des zones difficiles où il est impossible de le surprendre. Il vous étouffe lentement.” Stéphane Houdet appuie les propos de l’Américain : “On s’est mis en tête qu’une belle volée, qu’un beau coup droit correspondait au jeu de Federer mais force est de constater qu’avec des coups différents, on peut être plus longtemps numéro 1 mondial.”

Il y a plusieurs années déjà, Marin Cilic, proche du Serbe, avait pris parti pour son ami. “Il a un tennis incroyable avec très peu de défauts. Pour moi à son apogée, Djokovic est le meilleur joueur de tous les temps”, avait-il confié en 2016 alors que pour John McEnroe : “C’est le meilleur défenseur de l’histoire.” D'après Sébastien Grosjean, sur ce point encore, il est difficile de trouver un joueur qui se détache. “Ils ont tous gagné les quatre Grands Chelem. Même si ‘Rafa’ préfère la terre battue et Roger le gazon, ce sont des joueurs toutes surfaces” indique t-il tout en précisant,“Djokovic a peut-être besoin de moins de temps que les autres pour s’adapter d’une surface à l’autre.”

Longtemps le ‘Big 3’ avait été étendu à un ‘Big 4’ tant Andy Murray était venu perturber la hiérarchie établie en réussissant à monter sur le trône du classement ATP et s'offrir plusieurs majeurs. Le principal intéressé qui a bataillé avec les trois joueurs sur chaque surface s’est également montré indécis sur cette question. “Les trois meilleurs joueurs de l’histoire jouent en même temps. J’ai eu le sentiment de jouer contre le meilleur de tout les temps sur terre battue, le meilleur de tous les temps sur herbe et le meilleur de tous les temps sur dur” avait confié le Britannique dans un live organisé avec Novak Djokovic sur Instagram pendant le confinement de l’année 2020.

La rivalité Federer-Nadal dépasse Djokovic

Avant que le Serbe ne viennent titiller ses deux rivaux, Federer et Nadal s’offraient déjà des duels au sommet sur le circuit. “Je me souviens de cette finale à Miami en 2005” raconte Sébastien Grosjean. À cette époque, Rafael Nadal n’avait que 19 ans et s’était incliné contre l'ancien numéro 1 mondial après avoir mené deux sets à zéro en finale à Key Biscayne. Djokovic était encore jeune et trop tendre pour se mêler à la bataille. Cette rivalité entre le Suisse et l’Espagnol avait déjà tous les ingrédients pour contenter l’ensemble des observateurs du tennis. 

à voir aussi Novak Djokovic domine Daniil Medvedev en trois sets et décroche son neuvième Open d'Australie Novak Djokovic domine Daniil Medvedev en trois sets et décroche son neuvième Open d'Australie

“Je pense que les gens étaient tellement habitués à voir Roger et 'Rafa', qu'ils aimaient ce contraste entre les deux styles de jeu. C'étaient toujours des matchs passionnants comme les rencontres entre Borg-McEnroe, il y avait une opposition de style” note l’ancien numéro 1 français. En marge du huitième sacre de Djokovic à Melbourne en 2020, Mats Wilander avait également évoqué les similarités avec la rivalité entre l’Américain et le Suédois dans les années 1980 : "C'est surtout le contraste des styles qui rend Federer-Nadal unique, bien plus que leurs affrontements avec ‘Djoko’.”

Cette concurrence, Stéphane Houdet la voit lui, entre les trois joueurs. “Moi je suis fan de tennis, ce qui marque l’histoire ce sont les rivalités et là, on ne peut pas sortir un joueur” affirme le joueur de tennis-fauteuil ajoutant que celles-ci sont bénéfiques, “il faut toujours qu’il y ait un véritable combat qui soit suivi et intéressant. Quand il n’y en a pas, on ne sublime pas le potentiel d’un joueur.” “La rivalité les pousse à repousser leurs limites et à aller chercher des records. Ils ont besoin les uns des autres pour continuer à avancer” explique Sébastien Grosjean.

La popularité, un caillou dans la chaussure de Djokovic

Novak Djokovic a, depuis longtemps, du mal à conquérir le cœur d’un large public. Beaucoup plus démonstratif que ses concurrents sur le court, ses excès de colère et son attitude n’ont pas joué en sa faveur. “Ce qui gêne les gens sur le court c’est aussi l’expression de la complainte physique où on l’a vu presque à l’agonie avant de finalement dérouler jusqu’en finale”, explique Stéphane Houdet en référence à la blessure aux abdominaux du Serbe à l’Open d’Australie avant d’y remporté son 9e sacre. 

“Les gens le perçoivent comme faux et démago. À Roland Garros, il nous a filmés en disant que les joueurs de tennis-fauteuil étaient fantastiques. Les commentaires étaient très critiques en expliquant qu’il voulait se donner bonne conscience. Dès qu’il bouge, il y a un problème” ajoute le joueur de 50 ans. “Il y a des petits moments où on l’a vu casser sa raquette et perdre le contrôle” insiste Sébastien Grosjean, “Federer et Nadal contrôlent leur émotions.” Pour Stéphane Houdet, “Nadal est un grand monsieur sur le court et en dehors, particulièrement dans les vestiaires où il respecte tout le monde. (...) Federer ne bronche pas, on le voit peu casser une raquette. Ça peut influencer certains fans.”

“Roger et ‘Rafa’ ont une aura exceptionnelle et sont tellement hauts au niveau de la popularité. Ça dépasse le tennis” confie Grosjean. Pour Dominic Thiem, Federer est le plus grand : “Sur et en dehors du terrain, c’est une icône, une vraie superstar.” Dans un papier paru dans le New York Times, le journaliste Christopher Clarey avait raconté une anecdote montrant la popularité extraordinaire des deux joueurs à travers le monde : “J'étais en vacances dans un petit village isolé du Laos en 2013. On était tellement isolé qu'il n'y avait rien ! Même pas d'électricité ! Et je me souviens lors d'une conversation avec des locaux d'avoir mentionné le tennis, et de les entendre aussitôt s'exclamer : ‘Federer, Nadal !’ Épique !” Une popularité qui penche en faveur de l'Espagnol et du Suisse mais qui ne clôt pas un débat bien loin de l'être.