Kyrgios incrédule
Nick Kyrgios au bord de la crise de nerf à Shanghai | MIKE FREY / BACKPAGE IMAGES Ltd / DPPI

Nick Kyrgios prend une lourde suspension et un rendez-vous chez le psy

Publié le , modifié le

Rendez-vous en 2017 pour Nick Kyrgios. Le "Kid" australien a été suspendu pour huit semaines entre le 17 octobre 2016 et le 15 janvier 2017 par la commission de discipline de l'ATP après son "comportement antisportif" lors du tournoi de Shanghai qui lui avait déjà valu 16.500 dollars d'amendes. Il a écopé d'une nouvelle amende de 25.000 dollars. Sa suspension devrait toutefois être réduite à trois semaines puisqu'il a accepté de consulter un psychologue du sport. Sur son site internet, Kyrgios a réitéré ses excuses et a accepté la sanction de l'ATP.

L'ATP en a marre de Nick Kyrgios et de ses frasques. L'Australien a dépassé les bornes la semaine dernière à Shanghai après avoir balancé son match du 2e tour face à Mischa Zverev (6-3, 6-1) et insulté un spectateur. Pour "manque d'investissement", il avait écopé d'une amende de 10.000 dollars (9000 EUR), de 5.000 dollars (4500 EUR) pour injure envers un spectateur et 1.500 dollars (1360 EUR) pour comportement antisportif. Sorti sous les hués des spectateurs, Kyrgios s'était justifié en lâchant : "je ne leur dois rien. S'ils savaient de quoi ils parlent, ils seraient sur un court de tennis et auraient du succès."

L'ATP fait le break

Après de "plus amples investigations" et "avoir revisionné le match", l'ATP a donc décidé de marquer le coup en lui infligeant une suspension de huit semaines de tournoi et une nouvelle amende de 25.000 dollars. "Le comportement de Nick à Shanghai était inacceptable, irrespectueux envers le sport et ses fans", a souligné Chris Kermode, le patron de l'ATP. "Nick a un talent phénoménal. Notre souhait est qu'il l'utilise de manière constructive sur le circuit et qu'avec de l'aide, il en soit capable de reprendre la compétition avec un meilleur état d'esprit et qu'il devienne plus fort qu'avant", a-t-il ajouté. L'ATP lui a laissé une porte ouverte puisque s'il consentait à voir un psychologue du sport, sa suspension serait réduite à 3 semaines.

Kyrgios sur un divan

Via la fédération australienne, Kyrgios a accepté de se faire aider. "Le bien-être et la santé de Nick est une priorité et l'ATP a accepté de réduire sa suspension (de huit à trois semaines) s'il s'entoure des conseils d'un professionnel, ce qu'il a accepté de faire", a expliqué Tennis Australia dans un communiqué. "Il relève de notre responsabilité d'aider Nick, comme tous nos jeunes athlètes, à s'améliorer à la fois en tant que joueur sur le court et en tant que personne. Nous avons toujours prodiguer des conseils à Nick et son équipe et nous continueront à le faire", a ajouté la Fédération australienne.

Rendez-vous en 2017

Depuis l'incident, le ton de l'Australien a changé. Kyrgios se confond en excuses. "Après la décision de l'ATP, je voudrais saisir l'opportunité de m'excuser à nouveau à propos des événements de Shanghai", a écrit le Kid de Canberra dans un communiqué. Il explique que sa saison a été compliquée à cause des blessures. Et que la tournée en Asie est éprouvante. "Mon corps a dit stop à Shanghai, aussi bien physiquement que mentalement, a-t-il expliqué même si "ce n'est pas une excuse". Kyrgios "regrette de terminer sa saison de la sorte" et de ne pas avoir une chance de disputer le Masters en fin de saison. L'Australien "accepte et respecte la décision de l'ATP" et va utiliser ce temps pour m'améliorer sur et en dehors des courts. On verra en 2017 s'il a retenu la leçon.