nadal rafael 01012011
Rafael Nadal | AFP-SAHIB

Nadal retourne vers le futur

Publié le , modifié le

Vainqueur du Tchèque Tomas Berdych en quart de finale du tournoi Masters 1000 de Miami (6-3, 3-6, 6-3), Rafael Nadal retrouvera Roger Federer pour une 23e opposition entre deux joueurs qui ont vu leur rivalité légendaire naître il y a sept ans... à Miami. Ennemis féroces à leurs débuts, l'Espagnol et le Suisse ont appris depuis à s'apprécier.

Face à Tomas Berdych, qu'il a battu pour la neuvième fois consécutive, Rafael Nadal a connu une alerte dans le deuxième set, quand il a fait appeler deux fois le soigneur pour se faire manipuler l'épaule droite en grimaçant. "J'ai fait un faux mouvement avec le bras droit et j'ai eu comme une inflammation d'un nerf, ça m'a donné mal à la tête. Je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé et j'ai perdu ma concentration", a expliqué Nadal. "Je pense que ce n'est rien de grave", a-t-il ajouté. Après la perte du deuxième set, l'Espagnol était au bord de la rupture à 0-40 mais a réussi à écarter ces trois balles de break en alignant cinq points, dont trois aces consécutifs (8 au total). "Mon service m'a sauvé le match, c'est inhabituel, a expliqué Nadal. Il y a quatre ans, ce ne serait pas arrivé."

Amis à Miami

Ce 23e Federer-Nadal, qui ne sera que le troisième du nom dans le cadre d'une demi-finale, est un peu un retour aux sources. C'est en effet sur l'île de Key Biscayne, au 3e tour de l'édition 2004, que tout a commencé entre les deux joueurs. "Je ne savais pas grand chose de Nadal avant ça, a raconté Roger Federer, qui s'était incliné 6-3, 6-3 face à un Majorquin alors âgé de 17 ans. "Je savais qu'il était bon mais dans ce match il m'avait surpris par sa qualité sur dur à un si jeune âge. J'avais alors pensé qu'il allait devenir N.1 mondial et gagner des Grand Chelem, qu'il était un Espagnol très spécial qui savait jouer sur la terre battue mais aussi ailleurs. Depuis, on connaît l'histoire..."

on a fait tellement de choses ensemble, c'est génial" Roger Federer

Avant que naisse une des plus belles rivalités de l'histoire du tennis, tout opposait les deux jeunes hommes: leurs origines (un latin né sur une petite île contre un cosmopolite, Suisse-Allemand de mère sud-Africaine), leur style de jeu (lift contre frappes à plat), leurs codes vestimentaires (pantalons longs et débardeurs contre tenues aux coupes classiques), leur
maîtrise de l'anglais (langue du circuit), leur morphologie, la main avec laquelle ils jouent. "Au début de ma carrière j'avais un peu de mal à complètement accepter ma rivalité avec Rafa, a d'ailleurs confié Federer. "Ce n'est qu'après que j'ai compris que c'était en fait très cool: un joueur à deux mains contre un autre à une main, un droitier contre un gaucher, son spin contre mes frappes à plat, je me suis rendu compte que tout ça faisait sens et j'ai bien accepté la chose. Aujourd'hui, il y a un respect et une entraide mutuels, au profit de causes caritatives ou de nos fondations, on a fait tellement de choses ensemble, c'est génial", a ajouté le Suisse aux seize titres du Grand Chelem, un record.

Nadal, qui mène 14 victoires à 8 face à Federer, assure qu'une "relation fantastique" l'unit à son aîné de cinq ans. "Nous sommes plus proches qu'avant, comme des amis. Nous passons beaucoup de temps ensemble dans des matches exhibitions ou au conseil de l'ATP, a-t-il souligné. "Nous nous sommes affrontés dans tellement de grands matches, des finales de Grand Chelem et de Masters 1000, ça rend notre rivalité spéciale."

Julien Lamotte