Rafael Nadal
L'Espagnol Rafael Nadal | MAXPPP - EFE - ANTONIO LACERDA

Nadal remporte le tournoi de Rio

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a remporté le tournoi de Rio de Janeiro en battant en finale Alexandr Dolgopolov 6-3, 7-6 (7/3). Le N.1 mondial décroche ainsi son deuxième titre de la saison après celui de Doha, en disposant d'un Ukrainien qui ne lui a toujours pas pris la moindre manche en cinq matches. Mais il a, pour la première fois, pris le service de l'Espagnol.

A une semaine du carnaval de Rio, Rafael Nadal n'a pas masqué son talent, ni débuté la fête avant l'heure. Il a débuté sa saison sur terre-battue comme il l'avait finie: en soulevant le trophée en vainqueur. Et surtout pas comme il l'avait commencée en 2013, avec une défaite en finale à Vina del Mar pour son retour à la compétition après 7 mois d'absence. Mais ce n'est pas une surprise. A Rio de Janeiro, l'Espagnol a engrangé sa 24e victoire consécutive sur terre-battue (victoires à Barcelone, Madrid, Rome, Roland-Garros et un succès en Coupe Davis contre l'Ukrainien Stakhovsky). C'est d'ailleurs contre un autre Ukrainien qu'il a disputé la finale.

Après avoir vaincu Gimeno-Traver, Montanes, Sousa et Andujar, le N.1 mondial était confronté à Alexandr Dolgopolov. Doté d'une bonne dose de talent mais surtout d'une énorme quantité d'inconstance, ce dernier a tenu le choc à chaque début de set. Mais face au métronome, à l'empereur de la terre-battue, il a toujours craqué. Toujours au même moment: le 4e jeu de chaque manche. Ce break concédé était suffisant pour l'Espagnol. Sérieux, appliqué, le Majorquin n'a pas forcé son talent. Pour preuve, dans la 1ère manche, il n'a inscrit qu'un point gagnant. mais il l'a tout de même emporté 6-3.  Et la deuxième manche a débuté avec un nouveau break au 4e jeu, pour mener (3-1), puis par une occasion de doubler la mise à 4-2. Mais l'Ukrainien est resté dans la partie, ne concédant pas son engagement, et prenant même le service adverse sur ce qui pouvait être le dernier jeu (5-4), sur un missile en revers. C'est la première fois de sa vie que Dolgopolov parvient à faire le break contre Nadal. Et c'est au jeu décisif que les deux se départageaient. Nadal prenait le large (4-1), pour conclure en 1h40 (7/3).

Pour son tournoi de rentrée après sa blessure au dos en finale de l'Open d'Australie, Rafael Nadal débute son interminable conquête de la terre-battue. Et comme souvent, le N.1 mondial a profité du micro tendu pour assurer son adversaire de son soutien: "Je sais que les moments ne sont pas faciles. Je souhaite le meilleur à l'Ukraine."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze