Rafael Nadal - Londres 2009
Rafael Nadal | AFP - GLYN KIRK

Nadal pour une première ?

Publié le , modifié le

Dimanche, débute à Londres le dernier Masters de l'année. Regroupant les huit meilleurs joueurs de la saison régulière, il se fera l'écrin du tennis mondial et le théâtre des ambitions de chacun. Nikolay Davydenko, vainqueur de l'édition précédente est absent, retombé à la 22e place mondiale. Rafael Nadal, éloigné des courts depuis son titre à Tokyo y fera son retour. Il retrouvera Novak Djokovic dans son groupe lorsque Roger Federer croisera un certain Andy Murray.

Groupe A :

Rafael Nadal (N.1 mondial ; round robin en 2009)

Les superlatifs manquent quand on en vient à résumer la saison de Rafael Nadal. Non seulement, le Majorquin a reconquis son titre perdu à la Porte d'Auteuil mais il a également marché sur Wimbledon et l'US Open. Le premier petit-chelem de sa carrière, portant à 9 son nombre de majeurs remportés. Grâce à une plus grande attention portée à son physique, l'Espagnol a su se préserver pour terminer la saison à son meilleur niveau et sept titres au compteur. Le Masters de Londres est le dernier tournoi majeur qui manque à son palmarès. Avec son service amélioré depuis l'US Open, la surface rapide de Londres pourrait enfin lui sourire. Si les genoux tiennent bons.

Novak Djokovic (Numéro 3 mondial ; round robin en 2009)

Avec la finale de la Coupe Davis en vue, Novak Djokovic a partagé s'impliquer à 100% dans tous ses matchs. Traduction : ne comptez pas sur lui pour se préserver à Londres dans l'optique du match face à la France. "Nole" aime les rendez-vous de fin de saison, en 2008, l'année de son sacre à Melbourne, il s'y était imposé face à Nikolay Davydenko. Cette année, après avoir ravi pour la première fois la place de numéro 2 mondial à Roger Federer, il espère une nouvelle fois rivaliser avec les deux indéboulonnables du classement ATP. Finaliste à l'US Open, à Bâle et vainqueur à Pékin, le "Djoker" a signé une fin de saison remarquée. A lui de confirmer lors de ce dernier rendez-vous.

Tomas Berdych (Numéro 6 mondial ; absent en 2009)

2010 a été de loin la meilleure saison du tchèque. Reconnu parmi les membres du top 20 depuis trois ans, Berdych a passé un cap à la mi-saison en se qualifiant pour les demi-finales de Roland-Garros. Sûr de son jeu en fond de court, il confirmait un mois plus tard à Wimbledon pour rallier la première finale en Grand Chelem de sa carrière, face à Rafael Nadal. Mais la fin de saison a été plus compliquée pour lui. Défait au premier tour de l'US par Michael Llodra, il a depuis été l'ombre de lui-même. Qualifié pour son premier Masters final, il essayera de retrouver le niveau de jeu qui lui a permis l'accès au Top 10 et s'y faire une place en tant que pensionnaire régulier.

Andy Roddick (Numéro 8 mondial ; forfait en 2009)

Peut-être la dernière saison au sein du Top 10 pour A.Rod. Après un début d'année réussi, l'ancien numéro 1 mondial a affiché ses limites durant la période estivale. Sa saison sur herbe a été décevante, avec une élimination dès les 1/8e de finale à Wimbledon. A 28 ans, il a connu une fin de saison particulièrement éprouvante, comme l'étaye son élimination par Roger Federer à Bâle. Si en 2009, son jeu semblait s'être étoffé pour ne plus seulement reposer sur son service et son coup droit, tout cela semble derrière lui. Cependant, l'essentiel est là. Pour la huitième saison consécutive, le numéro 1 américain participera au Masters. Pour de la simple figuration ?

Groupe B :

Roger Federer (Numéro 2 mondial ; demi-finale en 2009)

Une saison en dents de scie. Alors que tous l'imaginaient régner un an de plus sur le tennis mondial, Roger Federer a curieusement coincé à la mi-saison. Il a depuis donné l'impression d'avoir perdu sa condition de dieu et d'être redevenu mortel. N'importe quel autre joueur qualifierait son année de remarquable, avec trois titres (Bâle et Stockholm) dont un du Grand Chelem à l'Open d'Australie, une demie et deux quarts dans les autres Majeurs. Son niveau de jeu étant toujours là, simplement moins irréprochable. Déjà victorieux à quatre reprises du Masters, le Suisse est conscient qu'un nouveau titre serait l'occasion de certifier son retour au premier plan après une année délicate.

Robin Soderling (Numéro 4 mondial ; demi-finaliste en 2009)

Il avait explosé aux yeux de tous en 2009, en devenant le premier (et le seul à ce jour) a avoir battu Rafael Nadal à Roland-Garros. 2010 a été l'année de la confirmation pour le puissant suédois qui a récidivé Porte d'Auteuil pour accéder à sa deuxième finale de Grand Chelem. En fin de saison, il a décroché son premier titre d'importance en s'imposant lors du Masters 1000 de Bercy. Une régularité qui lui a permis d'atteindre ce lundi le meilleur classement de sa carrière, avec une quatrième place mondiale. Mais le Suédois voit plus loin, il sait aujourd'hui que son jeu peut s'appliquer à toutes et les surfaces, de quoi espérer modifier la hiérarchie au sein des trois premiers joueurs mondiaux. Dès Londres ? L'an passé, il avait fait des débuts remarqués à Londres où il s'était imposé face à Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Andy Murray (Numéro 5 mondial ; round robin en 2009)

L'Écossais est passé par tous les états cette saison. État de grâce à Melbourne où il a atteint la deuxième finale de Grand Chelem de sa carrière défait par Roger Federer). L'Etat d'alerte aussi, pour une saison sur terre-battue où il a été transparent. Changement d'entraîneur, perte de son "fighting spirit", Murray a fait peine à voir. Heureusement, l'arrivée de "son" Grand Chelem l'a remis dans le droit chemin. En buttant une nouvelle fois en demi-finale, il a fait monter d'un cran l'attente de ses supporteurs, de plus en plus exigeants quant à ses résultats en Majeur. Renaissant durant la tournée américaine, il s'est imposé à Toronto et était attendu comme l'un des favoris à Flushing Meadows. Mais le britannique a encore failli en s'inclinant dès le troisième tour. Un titre à Londres, devant son public, dans le cinquième tournoi le plus prestigieux, serait l'occasion de se racheter. Et avec la manière.

David Ferrer (Numéro 7 mondial ; absent en 2009)

Non, David Ferrer, n'est pas qu'un joueur de terre battue. S'il est vrai que c'est sur l'ocre qu'il prend le maximum de ses points ATP, l'Espagnol possède des qualités défensives remarquables lui permettant de briller sur surface plus rapide. Pour la deuxième fois de sa carrière, David Ferrer a décroché son sésame pour le Masters final. En 2007, il y avait fait des débuts remarqués en écartant de sa route, Novak Djokovic, Rafael Nadal, Richard Gasquet et Andy Roddick. Cette année, ses titres à Valence, Acapulco et ses finales à Rome, Pékin, Buenos Aires laissent penser qu'il est capable de faire aussi bien. 17e joueur mondial en début de saison, il a gagné dix places pour se glisser dans le Top 10. Une progression constante qu'il compte bien faire perdurer à Londres.

Le programme des rencontres :

Dimanche :
A partir de 14h00 (GMT)
-Andy Murray (GBR) - Robin Soderling (SWE)
A partir de 20h00 GMT
-Roger Federer (SUI) - David Ferrer (ESP)
      
Lundi
A partir de 14h00
-Novak Djokovic (SRB) - Tomas Berdych (CZE)
A partir de 20h00
-Rafael Nadal (ESP) - Andy Roddick (USA)