nadal masters londres coup droit coude levé 112010
"Rafa" Nadal | AFP-Kirk

Nadal peut-il égaler Laver ?

Publié le , modifié le

Rafael Nadal (N.1) tient l'occasion unique de réaliser un Grand Chelem (remporter les quatre tournois majeurs consécutivement) dans l'histoire du tennis à l'occasion de l'Open d'Australie (17-30 janvier). L'Espagnol serait le premier à réaliser cette performance depuis "l'Aussie" Rod Laver, en 1969. Pour y parvenir, l'Ibère devra renouer avec le succès aux antipodes, après sa victoire en 2009.

Quarante-deux ans que Rod Laver attend son successeur. Depuis 1969, la légende australienne trône au sommet de la légende du tennis pour être le seul de l'Ere Open à avoir remporté les quatre tournois du Grand Chelem en un an. Un exploit que Rafael Nadal va tenter d'égaler, à cheval sur les saisons 2010 et 2011. Si les puristes estiment qu'un "véritable" Grand Slam s'effectue sur une année calendaire, d'autres argumenteront qu'il sera le premier à le réaliser sur quatre surfaces différentes. En effet, la situation a bien évolué depuis le temps de l'apogée du tennis australien où trois des quatre tournois se disputaient sur herbe (Wimbledon, US Open et Open d'Australie). La tâche est bien évidemment plus grande pour accomplir cet exploit de nos jours. Cela ne fait que donner plus d'ampleur à l'exploit en cours.

A deux reprises, le Suisse Roger Federer s'est présenté dans une situation idéale pour rejoindre Laver dans la légende des joueurs de tennis. A chaque fois, en 2006 et 2007, il lui aura manqué un match pour y parvenir : en finale de Roland-Garros, face à Rafael Nadal. Le Majorquin le privant de ce "Graal" symbolique, ce ne serait donc que justice que le Bâlois cherche à se "venger" de son bourreau. De quoi attiser encore un peu plus la rivalité entre les deux hommes. Occupant toujours les deux premières places mondiales depuis cinq ans, les deux hommes pourraient une nouvelle fois se retrouver en finale, après celle de 2009, remportée par l'Espagnol.

En cas de victoire, en plus d'accomplir ce que nul autre n'a accompli en quarante ans, il rejoindrait au classement des plus grands vainqueurs en Grand Chelem Bill Tilden, avec dix titres. Il pourrait ensuite très vite rejoindre au palmarès Bjorn Borg ou Rod Laver en cas de nouveau succès à Roland-Garros… Mais tout cela n'est que supposition. D'autant plus que l'Espagnol s'est présenté malade à Doha la semaine passée, touché par un virus, et s'est incliné en demi-finale contre le Russe Nikolay Davidenko.

Un scénario encore impensable il y a quelques saisons sur le circuit à l'heure de l'émergence de l'Espagnol au plus haut niveau. Avec un jeu de fond de court résolument défensif, basé sur un coup droit lifté à toute épreuve, "Rafa" ne présentait pas le profil adéquat pour imposer son règne sur toutes les surfaces du circuit. Quelques années plus tard, la donne à changé. Le numéro 1 mondial sait prendre le jeu à son compte, abréger ses échanges au filet et a revu sa copie au service depuis le dernier US Open. Plus important encore, son envie de gagner à toute épreuve est restée intacte. Galvanisé par la possibilité d'un Grand Chelem, gageons que Nadal. L'an passé, une blessure au genou l'avait contraint à l'abandon face à Andy Murray en quart de finale. Son physique retrouvé, il peut ambitionner de reconquérir son titre. Début d'une nouvelle page d'histoire le 17 janvier.

Avant le début de l'Ère Open en 1968, Rod Laver avait effectué un autre Grand Chelem en 1962, non homologué. En 1938, l'Américain Donald Budge en faisait de même, lui aussi sur herbe et gazon.