Rafael Nadal
Rafael Nadal | AFP

Nadal: "le tournoi le plus difficile de l'année"

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a qualifié de "tournoi le plus difficile de la saison" l'étape ATP de Halle, pour le changement "drastique" imposé par le passage de la terre battue de Roland-Garros, où il a triomphé pour la 7e fois lundi, au gazon allemand. Habitué à faire cette transition au Queen's, à Londres, Nadal revient à Halle où il reste sur une sortie au premier tour en 2005. Il entrera dans le tournoi jeudi face au Slovaque Lukas Lacko.

Comment abordez-vous ce tournoi après votre triomphe à Roland-Garros ?
"La semaine qui suit une victoire comme celle de Roland-Garros n'est jamais facile car il y a eu beaucoup de tension, d'émotion. J'ai aussi beaucoup joué sur terre battue cette saison. On est toujours un peu fatigué après Roland-Garros. Il faut être très prudent car le premier match peut être très dangereux contre n'importe quel adversaire".

Avez-vous réalisé votre exploit ?
"Réalisé oui, c'est la 7e fois ! Ce n'est pas ma première année sur le circuit. Mais le Tour continue. Il y a deux jours, c'était un jour très heureux, aujourd'hui, c'est Halle et je peux perdre demain. Le tennis est un sport où on perd plus souvent qu'on ne gagne. Il n'y a qu'un vainqueur par semaine. Pas comme au golf où on ne perd pas, on est 3e, 5e..."

Quels sont les ajustements à faire ?
"Les mêmes chaque année. D'abord s'adapter à la vitesse du court, puis essayer de se souvenir comment frapper la balle sur le gazon, sans compter les déplacements qui sont totalement différents. Je suis venu ici en 2005, j'ai joué au Queen's, et la transition n'a jamais été facile".

Quel souvenir gardez-vous de votre passage en 2005 (éliminé au 1er tour)?
"Pas grand chose. La situation est différente. Comme je l'ai dit, c'est très difficile de jouer la semaine suivant une victoire à Roland-Garros. Surtout quand on gagne pour la première fois, ce qui était le cas en 2005. Cette fois, je peux perdre demain (jeudi), mais c'est sûr que je vais rester concentré sur le match".

Tout le monde attend une finale entre vous et Roger Federer. Etes-vous prêt à faire face à cette pression ?
"Non, pas encore. Il faut avancer jour après jour. Pour moi, c'est le tournoi le plus difficile de l'année. Je n'ai pas de temps d'adaptation, pas le temps de passer trois heures sur le court. J'ai fait de mon mieux ce matin en travaillant une heure et demie en vue du double. Je ne fais jamais cela en temps normal, mais c'est le seul moyen de s'adapter. Je pense que c'est le changement le plus drastique de la saison, ce qui rend le succès ici très difficile".

Mais Roger Federer a gagné cinq fois ici...
"Roger est un spécialiste du gazon. C'est vrai que j'ai plutôt bien réussi ces dernières années à Wimbledon et au Queen's. Mais pour Roger, c'est plus facile de passer de la terre battue au gazon. J'ai besoin de plus de temps, de passer des heures sur le court. Chaque match que je disputerai jouera en ma faveur, j'espère passer le maximum de temps sur le court".

Vous jouez en double ce soir (mercredi, avec l'Espagnol Marcel Granollers). Qu'en attendez-vous ?
"Pour moi, c'est l'occasion de passer du temps sur le court. C'est vrai que je jouerai probablement en double avec Marcel aux jeux Olympiques (de Londres). Mais le plus important est la préparation pour le match en simple".

AFP