Rafael Nadal
Rafael Nadal | AFP

Nadal: "La transition est difficile"

Publié le , modifié le

"Tout le monde sait combien la transition est difficile", a prévenu le nonuple lauréat de Roland-Garros Rafael Nadal ce mercredi, à la veille de son entrée en lice sur le gazon de Halle face à l'Allemand Dustin Brown.

Comment vous sentez-vous mentalement et physiquement après le 9e sacre à  Roland-Garros ?
RN: "Quand on gagne un tel tournoi, cela ne peut qu'injecter de l'énergie  positive. Evidemment, on est fatigué après Roland-Garros, surtout que la finale  fut difficile physiquement. J'ai eu des crampes à la fin. Mais je suis très  motivé pour essayer d'être compétitif ici. Tout le monde sait combien la  transition (de la terre au gazon) est difficile. Le gazon, c'est toujours un  peu la loterie. Mais je vais me donner à 100%".
   
Trois jours après, réalisez-vous ce que vous avez accompli avec ce 9e  titre ?
"Quand on perd, on a toujours l'occasion de jouer mieux la semaine  suivante. Quand on gagne, on a peur de perdre le prochain match. 9 fois, c'est  beaucoup! Beaucoup parlent des records mais la statistique la plus importante  pour moi c'est d'avoir encore gagné Roland-Garros, le tournoi qui compte le  plus pour moi".
   
Comment approchez-vous mentalement le passage sur gazon?
"Je veux essayer encore car les deux dernières années n'ont pas apporté  de résultats positifs sur herbe. 2012, j'étais blessé sur gazon et n'ai pas  joué durant sept mois. Un an après, j'étais mieux mais pas assez à l'aise sur  gazon où il faut être à 100% car le déplacement est décisif. J'aime cette  surface où j'ai connu du succès par le passé (vainqueur de Wimbledon 2008,  2010). Mais je sais que tout peut se produire, même une défaite au premier  tour. Il faut être réaliste".
   
Que savez-vous sur Dustin Brown, votre adversaire jeudi ?
"Je l'ai vu jouer quelques fois. Ce n'est pas l'idéal pour un premier  match. Pas le type de joueur dont on sait à quoi s'attendre en entrant sur le  court. Il joue avec beaucoup d'inspiration et peut être très agressif. Il ne va  pas me donner du rythme en fond de court. C'est un gros défi pour moi".
   
Que pensez-vous de la collaboration entre Andy Murray et Amélie Mauresmo  ?
"Andy a 27 ans. Et chacun sait ce qui est le meilleur pour soi. Andy est  un super type et s'il a choisi Amélie c'est que c'est la personne dont il a  besoin pour l'instant, qui peut l'aider le plus pour atteindre ses objectifs.  Une femme sur le circuit masculin, c'est nouveau. Mais Amélie a une grande  expérience dans le monde du tennis, c'est une grande championne. Je ne vois  donc aucun problème. Je pense que tout ira bien pour lui".